Conférence Terres de Paris, de la matière au matériau

Dans le cadre des Séquences d’architecture, Paul-Emmanuel Loiret, Romain Anger et Hugo Gasnier interviendront lors de la conférence Terres de Paris, de la matière au matériau mardi 7 mars à 18h dans l’amphi Maglione à l’ENSAG.

Conférence Terres de Paris

 

La presse généraliste et spécialisée s’est récemment faite écho de la problématique du stockage des millions de tonnes de « rebuts de sols » extraits chaque année sur les chantiers de la métropole parisienne auxquelles se rajoutent depuis mai 2016, les terres à extraire pour le creusement des 200km du « Grand Paris Express ».

Alertés par les enjeux et les atouts que représente ce constat, nous pensons que ce gigantesque chantier ouvert à minima pour les 20 prochaines années peut – et doit – offrir l’opportunité d’inventer le « levier d’un rééquilibrage » assurant un recyclage optimal pouvant valoriser ces prétendus « rebuts » ainsi extraits du sol et jusqu’ici mis en décharges.

Paradoxalement, la terre crue est depuis la haute antiquité un éco-matériau universel de construction. Un tiers de l’humanité vit aujourd’hui dans des édifices en terre et la France regorge de patrimoines architecturaux bâtis en terre depuis des siècles et toujours habités. La France est par ailleurs reconnue internationalement comme étant, depuis trois décennies déjà, un pays moteur assurant l’avancement des savoirs et des savoir-faire en matière de construction en terre crue. Recherche, enseignement et connaissances constructives et interdisciplinaires y sont en développement continu. Depuis une dizaine d’année, la science de la matière en grains et des argiles a ainsi permis des avancées scientifiques considérables ainsi que la maitrise de nouvelles techniques de fabrication et de mise en œuvre.

Comme le bois, la pierre ou les fibres végétales, la terre possède aussi de formidables vertus écologiques et sociales. Elle affiche un très faible bilan en carbone ; elle est totalement biodégradable si non stabilisée ; elle est 100% saine et sans COV; elle est perspirante, régule l’humidité, la température intérieure et possède une forte inertie. La terre est surtout valorisante pour les constructeurs et offre de surprenantes qualités haptiques liées à sa matérialité.

Constatant cet « alignement de planètes » inédit, nous présentons ici une expérimentation de matériaux de construction pour l’architecture à partir du réemploi d’une ressource locale et manifestement sous employée – « les terres de Paris » et de sa région – avec l’ambition d’en faire une nouvelle matière urbaine, à la fois innovante et durable.

L’approche est non exhaustive. Elle a vocation à enrichir le débat de l’utilisation dans l’architecture de cette matière méconnue et à tort déconsidérée et perçue comme un déchet. Une matière vertueuse et qui permet de construire, certes, mais qui offre aussi la possibilité d’incarner un rapport au monde réellement soutenable.


Vous aimerez aussi...