Mampionona RAKOTONIRINA reçoit un prix pour sa thèse «Pertinence et impacts d’une approche interdisciplinaire dans les projets de reconstruction post-catastrophe : cas du projet ANR ReparH après le séisme de 2010 à Port-au-Prince»

Le 18 novembre a eu lieu l’atelier doctoral « construction durable et innovante » organisé à Annemasse par la Cité de la solidarité internationale (CSI) et le Campus des métiers et des qualifications. Cet atelier portait sur la rénovation, la réhabilitation, la conception de bâtiments à haute performance énergétique et environnemental ainsi que toutes les notions liées au confort, à la qualité de vie et de santé de ses occupants. A cette occasion des doctorants à dimension internationale ont présenté leurs recherches et expliqué comment ces dernières peuvent éclairer les enjeux de la construction durable, conduire à des applications concrètes et inspirer de l’innovation dans le domaine.

Mampionona RAKOTONIRINA, étudiante en thèse au laboratoire CRAterre d’AE&CC y a participée et a été récompensée d’un prix pour sa thèse “Pertinence et impacts d’une approche interdisciplinaire dans les projets de reconstruction post-catastrophe: cas du projet ANR ReparH après le séisme de Port-au-Prince en 2010″. Elle a obtenu la 3ème place parmi les 8 doctorants ayant présenté leur travail de thèse.

 

 Résumé de la thèse de Mampionona :

Dans  un contexte  de  mondialisation  qui  montre  une  augmentation  importante  des  catastrophes naturelles et de la précarité, les questions de l’adaptation au changement climatique (ACC) et de la réduction des  risques de  catastrophe  (RRC)  figurent en bonne  place  dans l’agenda international des organisations et des parties prenantes. Dans ce cadre, les problèmes de RRC pour les établissements humains   sont   souvent   confrontés   au   défi   des   coûts   et   de   la   pertinence   des   interventions (reconstruction, atténuation, etc.) pour répondre aux besoins quantitatifs et qualitatifs. En raison des contraintes économiques et de la volonté de l’« efficience », les interventions d’aide donnent la priorité  aux  infrastructures  critiques  et  fournissent  des  soutiens  à  certains  projets  de  logement. Néanmoins, l’aide et les efforts de reconstruction ne pourront jamais profiter à tous. Par conséquent, les communautés les plus vulnérables et défavorisées sont souvent laissées pour compte sans aucune solution  appropriée,  et  même  pire,  avec  des  solutions  qui  contribuent  à  éradiquer  les  cultures  de construction locales et à mettre les personnes en situation de vulnérabilité. Cependant, des éléments de  réponses  pertinentes  émergent  de  projets  de  terrain  impliquant  des  centres  de  recherche  ayant articulé enquêtes,  expérimentation  et  recherche-développement  soutenus  par  des  approches  de recherche multidisciplinaires / transversales. C’est plus spécifiquement le cas de celui soutenu par une subvention de recherche ANR FIash Haïti, le projet ReparH, avec lesquels des chercheurs des disciplines de  l’architecture  et  de  l’ingénierie  ont  collaboré  avec  le  soutien  d’autres  scientifiques  (sociologue, anthropologue, etc.) ainsi que des praticiens du secteur humanitaire et du bâtiment, partageant leurs expériences, méthodologies et développement de nouvelles connaissances. Les bons résultats obtenus et l’impact à moyen terme de la composante recherche sur le programme national de reconstruction des logements ont conduit à interroger les chercheurs et la communauté internationale d’experts. La question est actuellement discutée au sein du Global Shelter Cluster avec un groupe de travail spécifiquement consacré au BBB : Building Back Better. L’hypothèse de recherche est que les approches interdisciplinaires offrent un grand potentiel pour une meilleure analyse des situations de RRC et déterminent stratégies, projets et programmes pertinents pour  répondre  au  besoin  de  reconstruction  de  l’habitat  après  une  catastrophe,  ainsi  que  politiques préventives. Bien que cela doive encore être mieux compris, plus spécifiquement sur le (s) consortium (s) à construire et à quel niveau de décision / calendrier, de manière à ce qu’il puisse être mieux planifié et approfondi, appliqué largement.