Table ronde Cultures Constructives et reconstruction post-catastrophe

Dans le cadre de l’événement « Lyon 2016 Capitale de la terre », dont l’un des points d’orgue sera le XIIème congrès mondial sur les architectures de terre, nous avons le plaisir de vous convier à la table ronde « Cultures Constructives et reconstruction post-catastrophe » qui a lieu le jeudi 31 mars 2016 à partir de 19 heures au Grand Auditorium, musée des confluences.

Derrière ce titre se profile la question de la nature de la reconstruction après les catastrophes majeurs et des enjeux liés aux choix stratégiques et techniques. Au-delà, il s’agit non seulement de penser la reconstruction mais aussi la prévention des risques, et d’envisager avant tout, dans des lieux et sociétés réputées vulnérables, les gisements de « résilience » pré-existants.

L’exposition aux risques d’un nombre de plus en plus important d’habitants de notre planète résulte d’un phénomène pour partie lié au changement climatique mais aussi à la croissance démographique et à l’exode rural qui engendrent une urbanisation difficile à contrôler y compris dans les zones soumis aux aléas. Cette combinatoire a des effets néfastes aux 4 coins du monde, débouchant sur les crises majeures que nous avons connus ces dernières décennies (Népal, Haïti, etc.) avec d’énormes coûts économiques et surtout humains. Les catastrophes sont de plus en plus meurtrières et couteuses. Elles ne cesseront de l’être que si nous faisons évoluer nos pratiques.

Face à ces enjeux, l’hégémonie d’un modèle unique international et « exogène » basé sur des approches « clefs en main », en particulier pour ce qui concerne l’habitat, est bien trop souvent un facteur aggravant. Cela l’est d’autant plus que la propagation de modèles exogènes contribue à un rejet des cultures constructives locales par les populations elles-mêmes. Pourtant, celles-ci, issues de l’expérience locale, présentent très souvent des qualités indéniables et ce d’autant plus qu’elles favorisent le développement économique local.

Dans ce contexte, alors que les problèmes semblent s’amplifier chaque jour, s’impose donc la nécessité d’une meilleure valorisation de ces intelligences locales. En restant proche de ce qui est maîtrisable par les populations et les professionnels locaux, techniquement et économiquement, on a ainsi plus de chances de réussir à renforcer la capacité de résilience des communautés locales. La reconnaissance de la diversité et des valeurs des cultures constructives locales est donc un enjeu de premier plan, à l’instar de celui, aujourd’hui bien compris et globalement assez bien partagé, de la protection de la biodiversité.

Cette table-ronde ouverte au grand public sera animée par le journaliste Lionel Astruc et accueillera les intervenants suivants : Marriana Correia (ESG, Portugal), Corinne Treherne (Shelter department, IFRC, Suisse), Annabelle Moatty (Université Montpellier III – UMR GRED IRD), Ferrucio Ferrigni (CUEBC, Italie), Philippe Garnier (CRAterre, France).

Le format de cette table-ronde, à l’instar des deux précédentes se veut participatif. L’animateur fera appel à la salle pour questionner ou réagir aux propos des intervenants.

Nous profitons de ce moment fort et la venue de ces intervenants pour organiser à partir de 14h30 au musée des confluences une réflexion en comité « restreint » autour de la question du lien entre recherche(s) et action(s) des ONGs dans le domaine de la reconstruction post-catastrophe.

Nous serions très honoré de vous compter parmi nous en cette occasion.

L’ambition d’une telle démarche est avant tout de pouvoir échanger et partager entre représentants issus du monde de la recherche et du monde des ONGs sur la question des expériences et pratiques en la matière, identifier les questions clefs qui permettent de mettre en perspective les apports, complémentarités et synergies mais aussi les contraintes entre recherche et action de post-urgence at au niveau des acteurs issus de deux mondes bien distincts, celui de la recherche et celui des ONGs.

Nous pensons votre présence essentielle et vous remercions de bien vouloir nous confirmer votre participation avant mardi 29 mars 17 heures. A cette occasion, nous aurons le plaisir de vous remettre les deux documents suivants : « Reconstruire Haïti » et « Assessing local building cultures for resilience and development ».

Nous vous remercions de bien vouloir diffuser l’information concernant la table ronde grand public « Cultures Constructives et reconstruction post-catastrophe » de jeudi 31 mars dans tous vos réseaux : http://terralyon2016.com/2016/02/09/cultures-constructives-locales-et-reconstruction-postcatastrophe/

 

 


Vous aimerez aussi...