Conférence Terres de Paris, de la matière au matériau

Conférence Terres de Pari

Dans le cadre des Séquences d’architecture, Paul-Emmanuel Loiret, Romain Anger et Hugo Gasnier interviendront lors de la conférence Terres de Paris, de la matière au matériau mardi 7 mars à 18h dans l’amphi Maglione à l’ENSAG.

Conférence Terres de Paris

 

La presse généraliste et spécialisée s’est récemment faite écho de la problématique du stockage des millions de tonnes de “rebuts de sols” extraits chaque année sur les chantiers de la métropole parisienne auxquelles se rajoutent depuis mai 2016, les terres à extraire pour le creusement des 200km du “Grand Paris Express”.

Alertés par les enjeux et les atouts que représente ce constat, nous pensons que ce gigantesque chantier ouvert à minima pour les 20 prochaines années peut – et doit – offrir l’opportunité d’inventer le “levier d’un rééquilibrage” assurant un recyclage optimal pouvant valoriser ces prétendus “rebuts” ainsi extraits du sol et jusqu’ici mis en décharges.

Paradoxalement, la terre crue est depuis la haute antiquité un éco-matériau universel de construction. Un tiers de l’humanité vit aujourd’hui dans des édifices en terre et la France regorge de patrimoines architecturaux bâtis en terre depuis des siècles et toujours habités. La France est par ailleurs reconnue internationalement comme étant, depuis trois décennies déjà, un pays moteur assurant l’avancement des savoirs et des savoir-faire en matière de construction en terre crue. Recherche, enseignement et connaissances constructives et interdisciplinaires y sont en développement continu. Depuis une dizaine d’année, la science de la matière en grains et des argiles a ainsi permis des avancées scientifiques considérables ainsi que la maitrise de nouvelles techniques de fabrication et de mise en œuvre.

Comme le bois, la pierre ou les fibres végétales, la terre possède aussi de formidables vertus écologiques et sociales. Elle affiche un très faible bilan en carbone ; elle est totalement biodégradable si non stabilisée ; elle est 100% saine et sans COV; elle est perspirante, régule l’humidité, la température intérieure et possède une forte inertie. La terre est surtout valorisante pour les constructeurs et offre de surprenantes qualités haptiques liées à sa matérialité.

Constatant cet “alignement de planètes” inédit, nous présentons ici une expérimentation de matériaux de construction pour l’architecture à partir du réemploi d’une ressource locale et manifestement sous employée – “les terres de Paris” et de sa région – avec l’ambition d’en faire une nouvelle matière urbaine, à la fois innovante et durable.

L’approche est non exhaustive. Elle a vocation à enrichir le débat de l’utilisation dans l’architecture de cette matière méconnue et à tort déconsidérée et perçue comme un déchet. Une matière vertueuse et qui permet de construire, certes, mais qui offre aussi la possibilité d’incarner un rapport au monde réellement soutenable.

Venez écouter les doctorants d’AE&CC pendant la journée doctorale

Jeudi 16 février 2017 aura lieu une journée doctorale de l’ENSAG. Deux doctorants d’AE&CC vont présenter leur travail de thèse. Venez les écouter et échanger avec eux!

11H30-12H30
NICOLAS VERNET

Des garden cities pour le 21ème siècle : le modèle de la garden city comme une des réponses possibles à la crise du logement dans un contexte de transition énergétique ?
Doctorant en architecture, ED 454, Université Grenoble Alpes
Unité de recherche AE&CC – Laboratoire Cultures Constructives
Directeurs de thèse : Anne Coste, Stéphane Sadoux

15H00-16H00
LEA GENIS

« Comment ça tient ? » enquêtes et attachements dans les milieux de la réhabilitation du bâti ancien pise en Isère.
Doctorante en architecture, ED 454, Université Grenoble Alpes
Unité de recherche AE&CC – Laboratoire Craterre
Directeurs de thèse : Hubert Guillaud , Michel Rautenberg

Programme de la journée

Revoir la conférence inaugurale de l’exposition “Terres de Paris”

La conférence inaugurale de l’exposition Terres de Paris est disponible en ligne!

Chaque année, plus d’une vingtaine de millions de tonnes de terres sont extraites en Île-de-France, auxquelles s’ajouteront jusqu’en 2030 une quarantaine de millions de tonnes excavées pour permettre l’aménagement du Grand Paris Express. Particulièrement encombrantes à stocker, importunes et polluantes à déplacer, complexes à traiter et parfois toxiques, ces excavations souterraines généralement entassées à l’air libre interpellent. « Terres de Paris » analyse le parcours de cette matière, rend compte de l’état des connaissances sur nos sous-sols et révèle un potentiel jusqu’alors inexploré pour imaginer un nouveau cycle plus vertueux, non plus de la terre aux déblais, mais de la ressource au matériau.


Conférence inaugurale de l’exposition “Terres… par Pavillon-Arsenal

Conférence – L’architecture en pisé à Lyon et dans la région

Affiche de la conférence sur l episé au Musée Gallo-Romain

Lyon, une ville en terre ? Entre 1981 et 1983, deux historiennes des formes urbaines et de l’architecture, Dominique Bertin et Anne-Sophie Clémençon réalisent, en collaboration avec l’ethnologue Domar Idrissi, le premier inventaire de l’architecture de terre de la région lyonnaise. Ce travail révèle alors que Lyon est l’une des rares grandes villes européennes construite en pisé de terre dans des proportions aussi importantes et met l’accent sur la notion de « pisé urbain ». Cette présence du pisé reste méconnue car la terre est très souvent cachée par des enduits de façades.

Depuis 2015, Emmanuel Mille, ingénieur-architecte spécialiste du patrimoine en terre formé au laboratoire CRAterre (école d’architecture de Grenoble) fait la synthèse des inventaires existants et coordonne un inventaire participatif, réalisé par le musée des Confluences en partenariat avec le CNRS, l’ENS, le Service Régional de l’Inventaire le laboratoire CRAterre et l’association Patrimoine Aurhalpin. Dans quels quartiers y a-t-il du pisé ? Pour quels types de constructions ? L’objectif est de changer notre regard sur le bâti de la métropole lyonnaise en reconnaissant la présence du pisé.

Conférence d’Anne-Sophie Clémençon, historienne des formes urbaines et de l’architecture, chargée de recherche au CNRS et membre du laboratoire Environnement Ville Société Bio-Géophile à l’ENS de Lyon, et Emmanuel Mille, ingénieur-architecte, spécialiste du patrimoine en terre crue.

Samedi 3 décembre à 15h

Musée Gallo-Romain de Lyon

Entrée libre dans la limite des places disponibles.

Affiche de la conférence sur l episé au Musée Gallo-Romain

Terra 2016: posters

Les posters du congrès mondial Terra 2016 sont disponibles sur le blog de CRAterre.

Ils sont classés par thèmes:

Thème 1 : Inventaires et études des patrimoines
Thème 2 : Conservation et gestion du patrimoine
Thème 3 : Culture et développement local
Thème 4 : Recherche, expérimentation, innovation
Thème 5 : Nouvelles dynamiques
Thème 6 : Transfert des connaissances et renforcement des capacités

 

Terres de Paris

Inauguration de l’exposition Terres de Paris le 12 octobre 2016 au Pavillon de l’Arsenal.

Trois conférences sont prévues:

Romain Anger, Directeur pédagogique et scientifique du projet Amaco – Grands Ateliers, responsable du thème Matériaux du laboratoire CRAterre ENSAG

Paul-Emmanuel Loiret & Serge Joly,
 Architectes, enseignants, associés aux laboratoires CRAterre/ Concevoir&Construire, ENSAG, et La Fabrique collective, ESA

Martin Rauch,
 Artiste, Constructeur spécialisé dans la terre et professeur honoraire de la Chaire Unesco “Architectures de terres

Pour en savoir plus: site du Pavillon de l’Arsenal

 

L’exposition est présentée du 13 octobre au  8 janvier au Pavillon de l’Arsenal à Paris. Elle présente des solutions architecturales pour l’utilisation des terres de remblai, particulièrement encombrantes à stocker, polluantes à déplacer, complexes à traiter…

Site de l’exposition

 

L’apprentissage expérientiel pour l’enseignement de l’architecture et de la conception des espaces habités

L’apprentissage expérientiel pour l’enseignement de l’architecture et de la conception des espaces habités

Apprendre l’architecture par l’expérimentation

Ce colloque est organisé par les Grands Ateliers, l’ENSAL et l’ENSAG, et se tiendra les 17, 18 et 19 octobre dans l’amphithéâtre Gaston Berger de l’INSA de Lyon, sur le Campus de la Doua.

Il est centré sur l’enseignement de la conception des espaces habités en général, et l’enseignement de l’architecture en particulier. Les questions de l’expérimentation en architecture et de l’apprentissage expérientiel comme méthodes d’apprentissage pour les architectes seront abordées.

L’hypothèse du colloque ExpLearn est que, plus que jamais, l’apprentissage expérientiel et l’enseignement pratique ont un rôle essentiel à jouer dans la formation des urbanistes, architectes, ingénieurs et constructeurs du futur. En effet, d’une part, l’apprentissage expérientiel semble avoir un potentiel important dans l’enseignement de base du projet architectural pour accroitre la conscience de l’espace. Et d’autre part, les expérimentations spatiales et constructives apparaissent comme des outils efficaces pour préparer les futurs professionnels à affronter les défis actuels, en complémentarité avec l’enseignement théorique.

Pour en savoir plus: https://explearn2016.sciencesconf.org/

Conférence « Growing Historic Towns », Université d’Oxford, 12 et 13 septembre 2016

Growing Historic Cities: a Symposium in conjunction with The URBED Trust and Oxford City Council, sponsored by Grosvenor Estates

The pressures on Britain’s historic towns – unaffordable housing, congestion and pollution, and an ageing population – are leading to demands for ‘smarter ‘growth.  These can include urban extensions and even new garden cities, and the possibility of using New Town Development Corporations to mobilise resources. There have been calls for fundamental rethinking on green belts, as well as countervailing lobbies to keep historic cities small.

Kellogg College, 60-62 Banbury Road, Oxford, OX26P

There will be a small number of places reserved for invitees

Programme

This conference will draw together lessons from leading examples of recent growth in both the UK and Europe. It will enable local politicians, officers and professional practitioners to discuss how to secure quality investment while improving both the built and the natural environment.  A particular focus in be on funding local infrastructure, working with Local Authorities, and securing quality.

The event will feature case studies from three leading examples of historic cities that have benefitted from planned growth:

  • Cambridge, a world university , where new housing is being developed on land taken out of the greenbelt, linked by a Guided Busway, with business parks around the edge of the city
  • Grenoble, France’s premier science city, where five tram lines have enabled the city to expand, while the historic centre has become a place to relax, hosting offices of leading engineering companies
  • Freiburg, Germany’s award winning ‘Solar Capital’, where the new extensions of Vauban and Rieselfeld are influencing developments all over Europe

More information on Cultures constructives’ website and on symposium’s website.

 

 

 

IIIe conférence internationale SOStierra 2017

SOStierra2017, Conférence internationale sur l’architecture de terre vernaculaire: architecture, conservation et durabilité, se tiendra à l’école d’architecture de l’Universitàt Politècnica de València, du 14 au 15 septembre 2017.

Deux autres conférences auront lieu en même temps:

  • ResTAPIA 2017: 3e conférence sur la conservation du pisé
  • VerSUS 2017: 3e conférence sur les leçons tirées du patrimoine vernaculaire pour une architecture contemporaine durable

Thèmes de la conférence:

Thème 1 – Architecture de terre vernaculaire

Thème 2 – Réhabilitation de l’architecture de terre vernaculaire

Thème 3 – Architecture de terre contemporaine

Thème 4 – Restauration de l’architecture de terre monumentale. 3ème Restapia

Thème 5 –  Leçons tirées du patrimoine vernaculaire pour une architecture contemporaine durable. 3ème VerSUS

Thème 6 – Analyse structurelle de l’architecture vernaculaire

Plus d’informations ici: www.sostierra2017.blogs.upv.es

Télécharger le flyer

Table ronde – Reconquête des Grands Boulevards : témoignage de la richesse architecturale du XXe siècle

Dans le cadre de l’exposition Architectures du XXe siècle en Rhône-Alpes,  Cédric Avenier, chercheur du laboratoire Cultures Constructives, interviendra dans la table ronde Reconquête des Grands Boulevards : témoignage de la richesse architecturale du XXe siècle mercredi 27 avril 19 h à La Plateforme à Grenoble.

Pour en savoir plus:

Programme de l’exposition et des conférences

Site du CAUE de l’Isère

 

 

 

Table ronde Cultures Constructives et reconstruction post-catastrophe

Dans le cadre de l’événement « Lyon 2016 Capitale de la terre », dont l’un des points d’orgue sera le XIIème congrès mondial sur les architectures de terre, nous avons le plaisir de vous convier à la table ronde « Cultures Constructives et reconstruction post-catastrophe » qui a lieu le jeudi 31 mars 2016 à partir de 19 heures au Grand Auditorium, musée des confluences.

Derrière ce titre se profile la question de la nature de la reconstruction après les catastrophes majeurs et des enjeux liés aux choix stratégiques et techniques. Au-delà, il s’agit non seulement de penser la reconstruction mais aussi la prévention des risques, et d’envisager avant tout, dans des lieux et sociétés réputées vulnérables, les gisements de « résilience » pré-existants.

L’exposition aux risques d’un nombre de plus en plus important d’habitants de notre planète résulte d’un phénomène pour partie lié au changement climatique mais aussi à la croissance démographique et à l’exode rural qui engendrent une urbanisation difficile à contrôler y compris dans les zones soumis aux aléas. Cette combinatoire a des effets néfastes aux 4 coins du monde, débouchant sur les crises majeures que nous avons connus ces dernières décennies (Népal, Haïti, etc.) avec d’énormes coûts économiques et surtout humains. Les catastrophes sont de plus en plus meurtrières et couteuses. Elles ne cesseront de l’être que si nous faisons évoluer nos pratiques.

Face à ces enjeux, l’hégémonie d’un modèle unique international et « exogène » basé sur des approches « clefs en main », en particulier pour ce qui concerne l’habitat, est bien trop souvent un facteur aggravant. Cela l’est d’autant plus que la propagation de modèles exogènes contribue à un rejet des cultures constructives locales par les populations elles-mêmes. Pourtant, celles-ci, issues de l’expérience locale, présentent très souvent des qualités indéniables et ce d’autant plus qu’elles favorisent le développement économique local.

Dans ce contexte, alors que les problèmes semblent s’amplifier chaque jour, s’impose donc la nécessité d’une meilleure valorisation de ces intelligences locales. En restant proche de ce qui est maîtrisable par les populations et les professionnels locaux, techniquement et économiquement, on a ainsi plus de chances de réussir à renforcer la capacité de résilience des communautés locales. La reconnaissance de la diversité et des valeurs des cultures constructives locales est donc un enjeu de premier plan, à l’instar de celui, aujourd’hui bien compris et globalement assez bien partagé, de la protection de la biodiversité.

Cette table-ronde ouverte au grand public sera animée par le journaliste Lionel Astruc et accueillera les intervenants suivants : Marriana Correia (ESG, Portugal), Corinne Treherne (Shelter department, IFRC, Suisse), Annabelle Moatty (Université Montpellier III – UMR GRED IRD), Ferrucio Ferrigni (CUEBC, Italie), Philippe Garnier (CRAterre, France).

Le format de cette table-ronde, à l’instar des deux précédentes se veut participatif. L’animateur fera appel à la salle pour questionner ou réagir aux propos des intervenants.

Nous profitons de ce moment fort et la venue de ces intervenants pour organiser à partir de 14h30 au musée des confluences une réflexion en comité « restreint » autour de la question du lien entre recherche(s) et action(s) des ONGs dans le domaine de la reconstruction post-catastrophe.

Nous serions très honoré de vous compter parmi nous en cette occasion.

L’ambition d’une telle démarche est avant tout de pouvoir échanger et partager entre représentants issus du monde de la recherche et du monde des ONGs sur la question des expériences et pratiques en la matière, identifier les questions clefs qui permettent de mettre en perspective les apports, complémentarités et synergies mais aussi les contraintes entre recherche et action de post-urgence at au niveau des acteurs issus de deux mondes bien distincts, celui de la recherche et celui des ONGs.

Nous pensons votre présence essentielle et vous remercions de bien vouloir nous confirmer votre participation avant mardi 29 mars 17 heures. A cette occasion, nous aurons le plaisir de vous remettre les deux documents suivants : « Reconstruire Haïti » et « Assessing local building cultures for resilience and development ».

Nous vous remercions de bien vouloir diffuser l’information concernant la table ronde grand public « Cultures Constructives et reconstruction post-catastrophe » de jeudi 31 mars dans tous vos réseaux : http://terralyon2016.com/2016/02/09/cultures-constructives-locales-et-reconstruction-postcatastrophe/

 

 

Lyon capitale de la terre

Du 11 au 14 juillet 2016, Lyon accueillera le XIIe Congrès mondial Terra 2016. Experts, chercheurs, professionnels et un large public venus du monde entier sont attendus pour ce grand rendez-vous international autour des architectures de terre.

A l’occasion de ce rassemblement, Lyon, riche d’un patrimoine bâti en terre (pisé) et située au centre de la zone de plus grande concentration de constructions en terre d’Europe,  devient six mois durant capitale de la Terre. Au programme, plusieurs expositions, des conférences, des tables rondes, des spectacles, des animations, ainsi que des workshops sur la thématique de l’architecture de terre. Autant d’occasions pour vous d’aller à la découverte de ce matériau de construction méconnu et pourtant mondialement répandu qu’est la terre crue, et de son potentiel indéniable pour  répondre aux grands enjeux globaux d’aujourd’hui (lutte contre la pauvreté , environnement, diversité culturelle).

Les manifestations commenceront dès le mois de février et se poursuivront jusqu’au mois de juillet dans différents lieux culturels de Lyon, notamment à l’Hôtel de Région, au musée des Confluences, aux musées Gallo-Romains et aux musées Gadagne, mais également, « hors les murs », dans toute la région Rhône-Alpes.

Site web de l’événement Lyon capitale de la terre

Programme de Lyon Capitale de la terre:

Programme_LCT

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search