Présentation de l’unité de recherche

Localisation, historique et champ scientifique de l’unité

Basée au sein de l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Grenoble (ENSAG, www.grenoble.archi.fr ), l’unité de recherche AE&CC (aecc.hypothese.org) a été créée en octobre 2010, en préparation du contrat 2011-2014 par le rapprochement des laboratoires CRAterre et Cultures constructives (initialement « Dessin-Chantier »), créés à la fin des années 1970 (respectivement en 1979 et 1978). L’AERES validait le projet présenté par AE&CC et lui accordait la notation A+. Le champ scientifique de l’unité de recherche est l’architecture appréhendée au prisme des « cultures constructives » et selon trois thèmes de recherche : Patrimoine, Matériaux et Habitat. Le projet scientifique de l’unité de recherche aborde la question centrale de la soutenabilité des établissements humains à l’échelle du territoire selon trois positionnements forts.

Le premier est celui d’une architecture située basée sur le développement économique, social et culturel local. A l’opposé de la vision moderniste d’une architecture « internationale » identique d’un bout à l’autre de la planète, notre approche privilégie la diversité en relation avec le contexte dans lequel elle se développe. L’architecture émerge du lieu, du territoire et de la culture des hommes qui l’habitent. Cette approche refuse cependant tout passéisme qui consiste à ne valider comme local que le traditionnel. Il s’agit bien de synthétiser, à chaque époque, les caractéristiques spatiales, paysagères, matérielles et culturelles d’un territoire spécifique. L’objectif est d’être capable de projeter l’àvenir en pleine connaissance des cultures constructives locales qui constituent un ensemble de ressources pouvant être comme un levier du développement local.

Le deuxième est celui du développement de cette architecture située dans un esprit d’économie entendu dans son sens étymologique grec (oikonomos) qui renvoie à « la bonne gestion de la maison » – en l’occurrence celle de chaque homme, mais aussi celle de la maison commune, notre planète. L’objectif affiché est de systématiquement chercher à concevoir des architectures capables de faire, dans tous les secteurs de la conception, « le mieux avec le moins », et notamment le plus d’impact spatial et social avec le moins de matière et d’énergie possible. L’objectif sociétal qui motive cette approche est bien sûr celui de contribuer à améliorer l’accès à un habitat durable et de qualité pour le plus grand nombre.

Le troisième est celui du développement de cette architecture située et économique avec un esprit pragmatique. Dans le domaine encore parfois subjectif du développement durable qui convoque autant les anticipations éclairées que les peurs ancestrales et leur lot de fantasmes apocalyptiques, l’approche scientifique raisonnée, nourrie des cultures constructives locales, reste une plateforme solide qui force l’esprit à s’appuyer sur des données objectives, tout en identifiant les jeux d’acteurs et les conflits d’intérêts qui sont à l’oeuvre dans le domaine de la production de l’habitat.

Le Laboratoire CRAterre

www.craterre.org

Depuis 1979, CRAterre, Centre international de la construction en terre, œuvre à la reconnaissance du matériau terre comme moyen de réponse aux défis liés à l’environnement, à la diversité culturelle et à la lutte contre la pauvreté. Dans cette perspective, CRAterre poursuit trois objectifs :

  • mieux utiliser les ressources locales, humaines, naturelles et matérielles ;
  • améliorer l’habitat et les conditions de vie ;
  • valoriser la diversité culturelle.

Équipe pluridisciplinaire et internationale, CRAterre est un Laboratoire de recherche de l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Grenoble et une Association, qui rassemblent chercheurs, professionnels et enseignants, et travaillent avec de nombreux partenaires à travers le monde dans les domaines du patrimoine, de l’habitat et de la science des matériaux, ce qui permet d’établir des liens innovants et des synergies entre recherche fondamentale, R&D, recherche-action de terrain, formation et diffusion des connaissances.

Démarche :

La démarche de projet de CRAterre se fonde sur une cohérence forte entre concepts, méthodes et objectifs en facilitant la participation active des parties prenantes (institutionnelles, professionnelles et communautaires). Cette approche lie de façon dynamique diagnostic, recherche, expérimentation et application. Elle renforce les compétences et valorise les coopérations scientifiques et universitaires ainsi qu’avec les acteurs professionnels et institutionnels.

Des capacités d’innovation :

L’analyse des « Cultures Constructives » permet à CRAterre de développer des filières de construction et des méthodes de projets adaptées aux contextes locaux. CRAterre a également mis au point des pédagogies innovantes allant de la connaissance de la matière jusqu’au chantier formation. Ses capacités d’innovation et d’intégration pluridisciplinaire sont reconnues et inspirent de nombreuses institutions de par le monde. A cet égard, des projets d’envergure, comme les Grands Ateliers, la Chaire UNESCO « Architectures de terre » et les projets régionaux développés en Afrique subsaharienne et en Asie centrale illustrent de manière exemplaire ce potentiel.

Action :

CRAterre déploie des activités dans trois domaines principaux :

  • la conservation et la gestion des patrimoines architecturaux en terre et autres matériaux locaux ;
  • la constitution des bases scientifiques et techniques pour la construction et l’architecture de terre et en matériaux locaux ;
  • les établissements humains, l’habitat et la cohésion sociale et territoriale en lien avec l’amélioration des conditions de vie.

Les activités sont menées en partenariat avec des organisations internationales, nationales et locales dans plus de 50 pays.

Le Laboratoire Cultures constructives

www.culturesconstructives-aecc.com

L’expression “cultures constructives” qualifie un regard sur l’architecture éclairé par les deux termes de « culture » et de « construction » renvoyant respectivement à la sphère anthropologique et au domaine technique, soit aux sociétés humaines, dans leur pluralité, leurs traditions, leurs représentations, et à l’univers des techniques. Suivant cette conception, dans le domaine de l’architecture, l’agir prime sur la forme. « Bâtir » : telle est la fonction qu’interrogent les cultures constructives. Pour une part majeure de son objet, le projet de bâtir rejoint celui d’« habiter », de s’établir.

Dès lors, les objets de la construction – matériaux, techniques, outillages requis, contrôle des ambiances, maintenance… – sont qualifiables dans leur dimension éthique, responsable : implantation, ressources, savoir-faire, environnement, consommation, recyclage.

A parts égales, l’intérêt du laboratoire Cultures constructives porte sur :

  • les modes d’habiter, d’utiliser, d’entretenir, de gérer, de faire évoluer le bâti ;
  • les matériaux employés, leur origine : extraction, transformation, livraison sur le chantier,
  • les techniques de mise en oeuvre, moyens, savoirs et savoir-faire déployés ;
  • les nécessités environnementales, énergétiques et thermiques telles qu’on sait les déterminer ;
  • l’organisation, le rôle et la valorisation des différents acteurs à ces diverses étapes.

La prise en compte de ces critères aide à mieux mesurer l’adaptation au contexte, aide à mieux évaluer l’impact économique et social du bâti. Elle aide à apprécier la possible valorisation des ressources locales, humaines, naturelles et matérielles. De tels critères permettent encore d’évaluer la façon dont la production de l’habitat contribue au bienêtre et au développement local et, au-delà, à l’effet d’entraînement qu’elle peut engendrer.

Partant de là, le concept de cultures constructives, au pluriel, permet de reconnaître la diversité des cultures qui se sont développées et qui continuent de se développer localement, leur intelligence, avec ou en dépit des conditions environnementales particulières qui les voit s’épanouir ou dépérir ; d’en tirer des leçons, y compris sur l’évolution qu’elles ont connues à différentes époques. Le recours aux « cultures constructives » permet d’envisager l’architecture, plus généralement la production architecturale, en mobilisant les ressources des territoires et en faisant des choix éclairés quant aux impacts sociaux, économiques et culturels à tous les stades du cycle de vie du bâti. Il permet de contrer certains effets pervers d’une mondialisation culturellement aliénante.

Deux projets transversaux : le LABEX AE&CC et le projet IDEFI amàco

La reconnaissance de AE&CC comme LABEX et le soutien accordé par l’Etat aux initiatives d’excellence en formations Innovantes (IDEFI) avec le projet amàco, dans le cadre des appels à projets du programme « Investissements d’avenir », confirment tout autant la qualité et pertinence du projet de l’Unité de recherche que son rayonnement et son attractivité académiques au plan national, européen et plus largement international.

LABEX AE&CC

https://aecc.hypotheses.org/

En avril 2011, AE&CC répondait à l’appel à projet LABEX lancé dans le cadre du programme gouvernemental des investissements d’avenir. Le projet présenté par AE&CC était alors sélectionnée parmi les cent premiers laboratoires d’excellence.

AE&CC est le seul LABEX porté par une Ecole Nationale Supérieure d’Architecture (ENSA) et, au-delà, du Ministère de la Culture. Le LABEX AE&CC fait partie des huit LABEX initiaux du site grenoblois, aujourd’hui « Université Grenoble Alpes ».

Le projet du LABEX AE&CC est fondé sur le projet scientifique de l’Unité de recherche et se focalise plus particulièrement sur les études relatives au patrimoine bâti, aux matériaux de construction, à l’habitat et aux établissements humains dans un environnement durable. Il vise à contribuer à la réflexion sur l’habitat et l’environnement durable focalisée sur l’usage des ressources des territoires (autant cognitives que pragmatiques). Depuis sa validation, le LABEX AE&CC a contribué au développement de plusieurs projets européens et soutenus par l’ANR (projets VerSus, Repar’H, entres autres). AE&CC porte une ambition de développement des formations à l’international (avec le portage de la chaire UNESCO « Architectures de terre, cultures constructives et développement durable » que pilote le laboratoire CRAterre) et une ambition de valorisation (publications, séminaires, colloques et conférences, expositions, matériel didactique audiovisuel, etc.).

IDEFI amàco (atelier matières à construire)

www.amaco.org / www.lesgrandsateliers.org

En fin de cette même année 2011, le laboratoire CRAterre, répond à l’appel à projets initiatives d’excellence en formations innovantes (IDEFI) avec le projet amàco (atelier matières à construire) qui sera lui aussi sélectionné et lancé en septembre 2012. Porté par les Grands Ateliers, en responsabilité de l’ENSAG, son Unité de recherche AE&CC et son Laboratoire CRAterre, le projet amàco est développé en partenariat avec l’ESPCI ParisTech (Ecole Supérieure de Physique et Chimie Industrielles) et le laboratoire MATEIS (Matériaux : Ingénierie et Science), de l’INSA de Lyon (Institut National des Sciences Appliquées). Amàco est un centre de ressources pédagogiques qui vise à rendre visibles les comportements physico-chimiques des matières naturelles les plus communes telles que le sable, l’eau, la terre, le bois, la pierre, les fibres, etc. Le projet a pour objectif de faire connaître et comprendre leurs applications pmossibles dans la construction afin de contribuer à l’émergence de pratiques éco-responsables ou les renforcer. Amàco est fondé sur la pédagogie de l’atelier et de l’expérimentation. Il s’agit avant tout d’apprendre et de comprendre avec les mains, avec le corps. Le projet fait également appel à l’esthétique et à l’émotion pour aiguiser la curiosité, favoriser l’ouverture d’esprit et le plaisir d’apprendre. Cette démarche d’apprentissage est pleinement ouverte vers l’évolution des pensées scientifiques et artistiques d’aujourd’hui et fait appel à des intelligences multiples et complémentaires.

 


Vous aimerez aussi...