Soutenance de HDR d’Aysegül Cankat

Vous êtes tous conviés à la soutenance de HDR d’Aysegül Cankat qui se déroulera le lundi 4 mars à 14h30 à l’université Paris-Nanterre (la salle sera communiquée ultérieurement).

Titre: “Etre architecte, la construction d’une éthique par la compétence spatiale”

Sous le parrainage de Mme. Monique Poulot, Professeure de géographie, HDR, Université Paris-Nanterre

Composition du jury:

M. Baudoui Rémi, Professeur, HDR, Université de Genève,
M. Bonnaud Xavier, Professeur, HDR, ENSA de Paris-la-Villette,
Mme. Grout Catherine, Professeure, HDR, ENSAP de Lille,
M. Insel Ahmet, Professeur émérite, IEP Paris et Université de Galatasaray Istanbul,
M. Novarina Gilles, Professeur, HDR, Université Grenoble Alpes,
Mme. Very Françoise, Professeure d’architecture honoraire, ENSA de Grenoble.

Résumé:

“La compétence spatiale est multiple et n’est pas uniquement celle de l’architecte auteur/fabricant/constructeur. Elle est, bien sûr, celle de la mesure, de la dimension, des proportions, et fondamentalement celle des relations. Relations entre les lieux, les temps et les hommes qui engagent la responsabilité de l’architecte. Elle est celle de la capacité à saisir les qualités de tous les espaces, même des plus ordinaires, des plus délaissés, des plus pauvrement agrémentés, produits par les architectes ou autres professionnels de l’espace, ou par la transmission des savoir-faire et des savoir-vivre propres aux processus sans architecte et sans planification. Elle n’est pas que matérialisation physique mais aussi pensée ; elle n’est pas que technique mais aussi philosophie ; elle est processus inclusif. Il ne s’agit donc pas d’une éthique fournie par autrui, même bien fondée, qui dira à l’architecte ce qu’il doit ou ne doit pas faire, ce qui est bien ou mal pour lui, pour la société, pour l’environnement. L’architecture se déploie comme une éthique en soi, en d’autres termes comme un savoir du monde qui se construit et qui est construit à travers des choix, de pensée et d’action.

Il s’agit dans ce travail d’expliciter le cheminement qui m’amène, via la recherche et l’enseignement, à la construction d’un monde conceptuel renouvelé qui ouvre les possibles d’une manière propre de penser le projet où l’éthique se met en acte dès le début du processus.

Cinq parties organisent le volume inédit. Chaque fois, l’architecture croise un champ spécifique pour construire une distance réflexive dans laquelle se situe la pensée.
1) – Le vide comme le plan d’immanence de l’architecte
2) – Le territoire comme culture de l’architecte
3) – Le projet d’architecture comme question au territoire
4) – L’informel comme machine à penser l’espace et le temps
5) – Le dessin/re-dessin, mettre l’espace en récit pour l’habiter”


Vous aimerez aussi...