Début du doctorat de Clara Caroff

Nous sommes heureux d’accueillir Clara Caroff qui a débuté son doctorat depuis janvier au sein de l’équipe Culture Constructive.

Intitulé de la thèse :

Habiter l’impermanence et processus projectuels contemporains : l’eau comme territoire vécu et pensé, à partir du cas du bassin du Tonlé Sap (Cambodge)

Résumé de la thèse :

Habiter l’impermanence : en quoi considérer l’eau comme ressource et territoire permet-il d’interroger les processus projectuels contemporains ? Comment penser les lieux d’établissement de l’homme avec les risques et aléas d’un milieu contraint, notamment par l’eau ? 
 
L’objectif de ce temps de recherche est d’appréhender l’eau comme espace d’impermanence, afin de renouveler les méthodes projectuelles afférentes à différents milieux contraints et d’inventer des outils qui permettent d’accepter les aléas d’un site pour affiner les processus de conception. Cette sensibilité accrue au contexte ancre l’intervention architecturale dans le milieu qui l’accueille. 
 
Nous proposons l’approche des aléas par le médium qu’est l’édifice, au travers du dialogue entre les connaissances savantes et vernaculaires d’un territoire. Le cas du bassin du Tonlé Sap, au Cambodge, nous intéresse car nous pourrons y appréhender l’eau comme espace et territoire vécu et pensé. À partir d’un milieu contraint tel que ce bassin, l’hypothèse est qu’il est possible de nourrir les processus de projet par l’interrogation des mythes et connaissances scientifiques, et ce à travers le prisme des questions sociétales contemporaines. Ce terrain a été auparavant pour nous un sujet d’étude dans le cadre du mémoire de master 1 ainsi que du Projet de Fin d’Etudes. 
 
Un temps de ce travail sera consacré au terrain, par le dessin et re-dessin de l’habitat du Tonlé Sap. Les connaissances extraites permettront de produire à propos de ce lieu de nouvelles données spatiales. L’étude d’un cas, connaissant de grands aléas saisonniers, permettra d’interroger les stratégies mises en place dans d’autres contextes, ainsi que l’expertise spécifique à l’architecte. 
 
En quoi la mise en vis-à-vis de connaissances vernaculaires (dispositifs, cycles, organisation spatiale) avec les connaissances institutionnelles peut-elle nourrir et renouveler la pratique de l’architecte ? Comment les connaissances produites à partir d’un terrain spécifique peuvent, au-delà de cette localité, participer à la mise en place et l’assemblage d’outils servant le processus de projet, et ce notamment au regard des enjeux actuels liés à l’environnement, l’économie et la société. Comment les outils propres au domaine de l’architecture tels que le dessin et re-dessin participent-ils à la construction des processus projectuels ? 
 
Dans le cadre de la thèse, ce temps de recherche vise à explorer les possibilités de renouveler les pratiques de projet en architecture, et ce en accord avec les questions actuelles de société. À partir de l’étude des établissements humains du Tonlé Sap, deux objectifs sont visés par ce projet de thèse : le premier est la production de connaissances locales. Le deuxième objectif est d’élargir la réflexion à partir de ces connaissances, pour contribuer aux processus projectuels contemporains, où l’aléa et l’impermanence font partie de la pensée.
 

Directeur de thèse : Aysegül CANKAT

Pour plus d’informations consulter sa fiche sur le site de l’ENSAG : http://www.grenoble.archi.fr/pdf/doctorants/caroff-clara-fiche.pdf