Soutenance de thèse d’Hugo Guillet

Vous êtes chaleureusement conviés à la soutenance de thèse d’Hugo Guillet, doctorant de l’équipe Cultures Constructives, qui se déroulera le vendredi 5 février 2021 à l’ENSAG (amphi Simounet).

 

Titre de la thèse :

« Les pratiques opérationnelles de la ville durable. Analyse de trois projets urbains : Bordeaux, Lyon, Grenoble »

École doctorale « Sciences de l’Homme, du Politique et du Territoire » (Université de Grenoble Alpes). Thèse préparée au sein de l’équipe Cultures Constructives, Unité de recherche Architecture, Environnement et Cultures Constructives.

Directeur de thèse : Gilles Novarina

 

Résumé de la thèse :

Consécutif à l’émergence du développement durable dans nos sociétés modernes, la ville durable révèle aujourd’hui un caractère polysémique plus proche de la doxa que du concept scientifique. Sa définition à tendance à évoluer en fonction de l’échelle d’action, des acteurs mis en jeu et de leurs objectifs. Si aucun consensus ne semble prévaloir sur l’objet, sa mise en œuvre à travers une action territorialisée locale paraît être une approche partagée. L’émergence de méthodologies et de stratégies territoriales à l’échelle locale a pour ambition de garantir une certaine transversalité, tout en répondant de manière concrète à des problématiques ciblées. Ainsi, lesdits projets urbains durables sont de plus en plus nombreux à voir le jour, et semblent se positionner comme un standard dans les pratiques de l’aménagement en France. Nous sommes alors en mesure de nous questionner sur la dimension prise par de telles réalisations dans la fabrique de la ville, dont la récurrence apparaît comme un nouveau paradigme de l’aménagement urbain.

Cette thèse a pour intention d’étudier la mise en application de la ville durable dans la conception et la réalisation de projets urbains, dans le contexte professionnel des praticiens en agences d’architecture, d’urbanisme, et de paysage. Cette thèse questionne les lacunes théoriques sur la fabrique de la ville durable, autour d’une question centrale : la ville durable, entendue comme un nouveau paradigme, a-t-elle modifié la pratique du projet urbain ?

Pour tenter de répondre à cette question, une analyse comparée est menée entre trois projets urbains durables de grandes métropoles françaises : Ginko à Bordeaux, De Bonne à Grenoble et La Confluence à Lyon. Il s’agit alors d’illustrer les caractéristiques plurielles que peuvent prendre ces projets de villes durables, ainsi que leurs paradoxes. Loin d’être une énième re-conceptualisation de la ville durable, ce travail de recherche considère le cadre existant dans la maîtrise d’œuvre comme un des éléments centraux à étudier. Il s’agira d’observer les dynamiques qui régissent aujourd’hui le pré-carré opérationnel et institutionnel de la ville durable. Ce travail de recherche considère l’hypothèse d’une approche intégrée de l’urbanisme comme un savant compromis entre qualité environnementale des opérations, économie de projet, approche sociale par l’usage et réponse aux besoins sociétaux actuels et futurs.

 

Composition du jury :

Cyria EMELIANOF, professeur d’urbanisme à l’Université du Maine (rapporteur)
Laurent DEVISME, professeur à l’École Nationale Supérieure d’Architecture de Nantes, HDR (rapporteur)
Christian DEVILLERS, architecte-urbaniste, professeur des Écoles d’architecture, directeur de l’agence Devillers & Associés (examinateur)
Patrizia INGALLINA, professeur d’urbanisme à l’Université Paris-Sorbonne (examinateur)
Laurent GAILLARD, architecte-urbaniste, directeur général de AKTIs (examinateur)
Gilles NOVARINA, professeur d’urbanisme, Université Grenoble Alpes, directeur de thèse


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search