Soutenance de thèse d’Eric Ruiz

Nous vous invitons à la soutenance de thèse d’Eric Ruiz le lundi 3 novembre à 14h, dans l’amphi haut à l’ENSAG.

Titre de la thèse

L’autopromotion: une piste pour l’innovation architecturale, environnementale et urbaine, école doctorale “Sciences de l’Homme, du Politique et du Territoire” (Université de Grenoble), directeurs de thèse: Hubert Guillaud et Anne-Monique Bardagot

Composition du jury

Hubert GUILLAUD, Professeur HDR, ENSAG, directeur de thèse
Francesco LO PICCOLO, Professeur, Université de Palerme, rapporteur
Yves CABANNES, Professeur, University College London, rapporteur
Anne-Monique BARDAGOT, Maître assistante, ENSAG, co-directrice de thèse
Cecilia Maria Neves DELGADO, Professeur, Universidade Nova de Lisboa, examinateur

Résumé de la thèse

Au-delà du cadre classique de la production du logement, des projets originaux à l’initiative de citoyens ou impliquant fortement des habitants, se développent sur le territoire européen et notamment français. S‘émancipant de l’offre professionnelle privée ou publique, ces maîtrises d’ouvrage d’usagers produisent un habitat original, tant du point de vue architectural et environnemental, que de l’insertion sociale et au territoire qui l’accueille. Ce type de dynamique n’est pas un phénomène nouveau. En Amérique Latine notamment, des mouvements populaires et coopératifs développent ce type de démarche depuis plusieurs décennies. Insuffisamment étudié, ce phénomène mérite d’être analysé plus précisément, en particulier dans le champ de l’architecture et du point de vue des porteurs de ces projets : les habitants. Cette recherche vise à montrer, par une analyse des différentes typologies d’organisations collectives, adoptées par ces maîtrises d’ouvrage non professionnelles d’habitants, les atouts et les résultats de leur production, du point de vue de :
• la question « spatiale », qui interroge la notion de l’habitat et de son usage ;
• la question du « métier » du concepteur, qui interroge le mode de production du projet au travers de la relation architecte – maîtrise d’ouvrage (non professionnelle) ;
• et enfin la question de « l’insertion spatiale et sociale », qui interroge la dimension urbaine de ces projets et citoyenne de leurs promoteurs. Se basant sur les notions de « droit à l’oeuvre » et de « droit à la ville » définies par Henri Lefebvre et de « bien commun » définie par Elinor Ostrom, cette thèse propose un apport de connaissances visant à contribuer à la réponse des professionnels et des politiques publiques, à une demande sociale chaque jour plus présente en matière d’initiatives citoyennes dans la production de l’habitat.

Mots clefs

• Autopromotion
• Habitat participatif
• Habitat groupé
• Insertion sociale et spatiale
• Droit à la ville
• Droit à l’œuvre
• Bien commun
• Organisations collectives
• Pouvoir d’agir


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search