Soutenance de thèse de Cécile Leonardi

Le jeudi 10 septembre 2015 à l’EHESS à Paris a eu lieu la soutenance de thèse de Cécile Leonardi, enseignante au laboratoire Cultures constructives .

Titre de la thèse: L’œuvre d’art comme outil de lecture de la sociologie. Relire Goffman à partir de quelques pièces de Pina Bausch.

Composition du jury :
Jean-Louis Fabiani, directeur de thèse, EHESS
Florent Gaudez, codirecteur de thèse, Université Pierre Mendès France
Barbara Carnevali, EHESS
Laurent Fleury, Université Paris-Diderot
Jacques Leenhardt, EHESS
Bruno Péquignot, Université Sorbonne Nouvelle
Yves Winkin, Musée des Arts et Métiers

Résumé de la thèse :
Si les œuvres d’art restent un objet problématique pour la sociologie, elles ne cessent en revanche de faire penser les sociologues et d’alimenter de manière variable les procès de connaissance qu’ils consacrent à d’autres objets d’étude. Parfois, ce sont leurs paradigmes qu’ils réinterrogent en faisant des œuvres de précieux analyseurs de ce qui échappe au regard de la science. Certains évoquent dans ce cas la possibilité de construire un partenariat épistémologique fécond entre art et sociologie, partenariat dont les enjeux sont ouverts et dont les modalités restent à explorer et à questionner dans le même mouvement. C’est ce questionnement que j’ai choisi d’approfondir en m’intéressant à la manière dont l’oeuvre de Pina Bausch pouvait m’aider à relire celle d’Erving Goffman. La sociologie goffmanienne est souvent associée aux analogies que son auteur construit pour analyser les situations d’interaction en face à face, la plus connue étant la métaphore dramaturgique qu’il file d’un bout à l’autre de La Présentation de soi. Pina Bausch s’est quant à elle rendue célèbre en expérimentant dans ses pièces toute sorte de continuités entre les performances ordinaires de l’interactant et les prouesses que l’on attend d’un acteur en scène. Mon hypothèse a été de faire de cet « amalgame dramaturgique » un objet-limite des métaphores goffmaniennes, objet capable de mettre ces montages conceptuels en jeu et à l’épreuve d’une manière inédite. Menée sur trois pièces, Kontakthof, 1980 et Walzer, cette expérience analytique m’a permis de sonder la complexité du texte goffmanien et de défendre, dans la continuité de cette exploration, la possibilité de faire de l’art un outil de lecture de la sociologie et de ses modalités d’écriture.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search