Laboratoire Cultures constructives

Présentation

Le rapprochement des termes « culture » et « construction » spécifie une approche de l’acte constructif comme fait culturel. Il s’agit de décrire les processus par lesquels le savoir technique s’articule au fait architectural et urbain. La notion d’expérience occupe le centre de cette problématique. Le statut de l’expérimentation peut être réinterprété de manière fructueuse, en renouant avec le sens premier de ce terme, soit la construction empirique d’une connaissance. Ainsi formulée, cette définition permet de requalifier, dans le champ de l’architecture et de la fabrique de la ville, « l’expérimentation constructive ».

Le laboratoire Cultures constructives réunit architectes, historiens, urbanistes et ingénieurs, il développe des recherches dans les trois thèmes d’AE&CC : Habitat, Matériaux et Patrimoine. Les champs couverts par les travaux du laboratoire vont de la recherche à vocation théorique à la R&D, tous entendent contribuer au développement de la discipline architecturale et des outils de pensée de l’architecte.

Membre fondateur de l’unité de recherche AE&CC, notée A+ par l’AERES lors de l’évaluation 2010, Cultures constructives est partenaire du Labex AE&CC porté par CRAterre-ENSAG. Le laboratoire Cultures constructives accueille une partie des enseignants chercheurs encadrant l’équipe du projet Canopea®, vainqueur de la compétition Solar Decathlon Europe – Madrid 2012, emmenée par Pascal Rollet.

Historique du laboratoire Cultures constructives

L’équipe Cultures constructives a été fondée en 2002 sur la base de l’héritage d’une vingtaine d’années de travaux de recherche dans différents cadres institutionnels. C’est avec le laboratoire Dessin-Chantier, fondé au début des années 1980 par Sergio Ferro à l’école d’architecture de Grenoble, que commence l’histoire (c’est à cette période que nous devons des ouvrages tels que Le Corbusier, Le Couvent de la Tourette, de S. Ferro, C. Kebbal, P. Potié et C. Simonnet). Elle se poursuit avec le réseau Cultures constructives, initié par le Bureau de la Recherche Architecturale, Urbaine et Paysagère en 1993, et dirigé successivement par Philippe Potié et Cyrille Simonnet : ce réseau a progressivement fait émerger une problématique commune qui ne trouvait pas son inscription dans les laboratoires existants. La question constructive, telle que la posaient les différents chercheurs de l’équipe, n’était pas liée aux seules sciences de l’ingénieur, comme c’est souvent le cas, mais s’inscrivait dans l’orbite de la discipline architecturale, et plus précisément du champ théorie et pratique de la conception architecturale et urbaine de nos écoles d’architecture. Il s’agissait d’interroger la relation architecture-construction à partir du champ de l’architecture plutôt que de celui de la technique qui est l’optique habituellement privilégiée. De cette période datent des ouvrages fondateurs tels que Culture constructive (sous la direction de P. Potié et C. Simonnet, 1992) et Philibert De l’Orme (P. Potié, 1998).
De 2002 à 2009, l’équipe Cultures constructives, devenue en 2007 laboratoire habilité, s’étoffe et produit des ouvrages qui marqueront cette période féconde : André Ravéreau, l’atelier du désert (P. Potié et R. Baudouï, 2003) ; Le Béton, histoire d’un matériau (C. Simonnet, 2005) ; Le projet tectonique (sous la direction de J.P. Chupin et C. Simonnet, 2005) ; etc. Si l’ancrage de l’équipe reposait sur un noyau de chercheurs historiquement situé à l’école d’architecture de Grenoble, ses membres issus de l’ancien réseau Cultures constructives appartenaient à plusieurs écoles : au pôle historique grenoblois s’était peu à peu adjointe la dynamique versaillaise qui a accueilli et largement favorisé le développement de cette activité de recherche en son sein. Jusqu’à 2009, Cultures Constructives était donc une unité de recherche multi-site dont les membres étaient répartis entre l’école nationale supérieure d’architecture de Grenoble et l’école nationale supérieure d’architecture de Versailles. Elle accueille alors ses premiers doctorants et contribue significativement à la réflexion portée par l’ENSAG pour la mise en place du doctorat en architecture (qui verra concrètement le jour avec les premières inscriptions en 2007).
C’est cette même notion partagée de cultures constructives qui a motivé en 2010 le rapprochement du laboratoire Cultures constructives avec le laboratoire CRAterre-ENSAG. Alors que les chercheurs de l’ENSA Versailles se repliaient sur un nouveau laboratoire versaillais dans une logique de site, CRAterre et Cultures constructives posaient ensemble les bases du projet d’unité de recherche Architecture, Environnement et Cultures Constructives, soumis à l’évaluation de l’AERES en 2010 (note obtenue : A+) et lauréat en 2011 de la première vague des LabEx (LabEx AE&CC)

Site web de Cultures constructives icone_internet


Vous aimerez aussi...