Territoires & énergies: vers un écosystème énergétique territorial

Comment imaginer la vie post-carbone en milieu rural, au-delà des approches « technicistes » d’installations d’équipements photovoltaïques, éoliens ou hydroélectriques ?

Comme de nombreux auteurs s’accordent à le reconnaître (Gras, 2007, Lovins, 2013)[1] , on doit « réinventer le feu » : entrevoir comment nos sociétés contemporaines pourraient s’engager dans un autre rapport au temps et à l’espace et s’affranchir des logiques énergétiques dominantes depuis la révolution industrielle. Comment ce défi peut-il être concrètement relevé en France dans le contexte des petites agglomérations situées dans des territoires à dominante rurale ? Quelles implications spatiales majeures peut-on y associer dans les modes d’habiter et dans l’évolution du cadre de vie quotidien, de l’échelle de l’espace édifié à celle du grand paysage ? Comment les disciplines de projet, architectes, paysagistes, designers, doivent-elles accompagner cette transition ? En quoi celle-ci en modifie les pratiques, voire les fondements ?

Une équipe de recherche a mobilisé trois écoles d’architecture pendant deux années pour esquisser les principes d’un « écosystème énergétique territorial » prenant en compte les modes d’habiter, de se déplacer, de s’alimenter, de travailler dans ces territoires.

Cette étude est centrée sur la ville d’Ambert, dans le Parc naturel régional Livradois-Forez, Puy-de-Dôme.

En savoir plus sur le projet IMR

Site web du projet

ARCHITECTURE, TERRITOIRES ET ENERGIES

Suite à un appel à projets lancé en 2009 par le Ministère de la culture et de la communication sur la thématique de la transition énergétique (Ignis mutat res : Penser l’architecture, la ville et les paysages au prisme de l’énergie), l’unité de recherche « Architecture, environnement et cultures constructives — Émanation de l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Grenoble » et le réseau d’enseignement et de recherche « Espace rural & projet spatial — Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Saint-Étienne » lancent un programme de recherche visant à envisager la transition énergétique à l’aune de l’aménagement des territoires, plus particulièrement en zone rurale.

L’équipe de recherche développe une réflexion autour de plusieurs interrogations concernant : Les modes d’habiter, d’utiliser, d’entretenir, de gérer, de faire évoluer le bâti, les matériaux employés, leur origine (extraction, transformation, livraison), les techniques de mise en œuvre (moyens, savoirs et savoir-faire déployés), les nécessités environnementales, énergétiques et thermiques, l’organisation, le rôle et la valorisation des différents acteurs à ces diverses étapes…

Les questions fondamentales restant : « Quelle appropriation citoyenne pour la transition énergétique ? La transition énergétique permet-elle d’envisager une transformation positive de l’espace de vie, de mieux habiter son logement, son quartier ou son village ?

LA « RECHERCHE PAR LE PROJET »

47 projets d’étudiants des écoles d’architecture de Grenoble, Lyon et Saint-Étienne, élaborés sur 3 années, servent de base à la réflexion de l’équipe de recherche sur « la construction d’une nouvelle alliance homme/territoire basée sur une redéfinition de notre rapport à l’énergie et à ses modes de production ».

En somme, de la recherche par l’action et pour l’action. Le Parc Naturel Régional du Livradois-Forez est le terrain de cette recherche, la ville d’Ambert le lieu de l’action et des projets.

JOURNÉE D’EXPRESSION CITOYENNE À AMBERT

Le 7 mai 2015, est organisée une journée de présentation des études de l’équipe de recherche couplées aux projets d’étudiants, dans les rues d’Ambert. Cette journée, un des points d’orgue du programme de recherche, permet notamment de confronter les principes de l’étude à la réalité du terrain et surtout à l’appréciation de ses habitants, qu’ils soient élus, techniciens ou simples citoyens.

UN FILM POUR REVIVRE LES MOMENTS FORTS

Le réalisateur et documentariste Bernard David-Cavaz suit, micros et caméras en main, les déambulations et moments d’expression citoyenne.

Le foisonnement très inventif des projets d’étudiants — libérés pour la circonstance de la question du foncier, mais très attentifs à la dimension environnementale, énergétique et sociétale de leurs hypothèses d’aménagement — a non seulement ouvert la voie à un imaginaire architectural et urbain aussi rafraichissant que séduisant, mais a aussi révélé la très forte interaction potentielle entre ces propositions d’aménagements et les modes de vie de leurs occupants, évocations reprises et développées par les thèses de l’équipe de recherche qui les décline à travers sept thématiques fondatrices :
l’architecture, l’agriculture, les déplacements, la production d’énergie, la construction, l’économie locale et l’énergie humaine.

Il résulte de ces très riches échanges un film 13 minutes qui permet de revivre les moments forts de cette visite guidée, commentée et illustrée à travers la ville, et le « forum citoyen » qui a conclu ces échanges.

Quatre années de recherches et d’études sur le terrain des équipes de recherche et 47 projets d’étudiants des Écoles Nationales Supérieures d ‘Architecture de Grenoble, Lyon et Saint-Etienne ont ainsi convergé dans la ville d’Ambert… et dans le film qui en résume les principales étapes.

GRENOBLE : 7e RENCONTRES DU RÉSEAU « ESPACE RURAL & PROJET SPATIAL

Fondé en 2009 par la rencontre de plusieurs praticiens, enseignants et chercheurs dans le domaine de la conception architecturale, du paysage et de l’aménagement, le réseau d’enseignement et de recherche « Espace rural & projet spatial » (ERPS) organise annuellement une rencontre dont les objectifs sont de confronter pratiques pédagogiques, démarches professionnelles et travaux de recherche.

Les 18,19 et 20 novembre 2015, le réseau  « espace rural et projet spatial », en association avec l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Grenoble (ENSAG) organise ses 7èmes rencontres intitulées : « Transition énergétique et ruralités contemporaines. Enjeux architecturaux et territoriaux / stratégies de projets »

 

[1] GRAS, Alain, 2007. Le choix du feu: aux origines de la crise climatique. Paris, France : Fayard. 281 p.

LOVINS, Amory, 2013. Reinventing fire: bold business solutions for the new energy era. White River Junction, USA: Chelsea Green Publishing. 352 p


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search