[WEBINAIRE] Matériaux Bas carbone: de la caractérisation à l’application

Dans le cadre de la réduction des consommations d’énergies primaires des bâtiments, de nouveaux matériaux de constructions sont amenés à être développés. Ces matériaux doivent être moins impactant sur l’environnement tout en garantissant le confort des occupants.

Pour mieux comprendre les enjeux et défis de l’utilisation des matériaux bas carbone dans la construction, le forum Matériaux Innovants et de la Construction Durable en Afrique de l’Ouest (MICD-AO) propose un webinaire sur le thème : Matériaux bas carbone et locaux : de la caractérisation à l’application.

Le webinaire aura lieu le 20 février 2024 à 16h et sera animé par Olivier Moles (CRAterre, France), Zi Mahamoudou (Zi-Materiaux, Burkina Faso) et Doudou Dème (Elèmenterre, Sénégal)

Lien d’inscription

[REPORTAGE] The renewal of raw earth architecture

Réalisé à l’occasion du voyage d’étude organisé par Jean Dethier pour les étudiants et professeurs de l’Université Polytechnique de Zürich, ce reportage présente l’histoire et la modernité de l’architecture de terre de la ville de Lyon et ses proches alentours.

Emmanuel Mille ainsi que Marie et Keith Zawistowski prenne la parole afin de présenter respectivement l’histoire de la construction en terre à Lyon et le projet du DesignBuild Lab « Maison Pour Tous » à Four. Quelques mentions sont également faites au CRAterre et au DSA Architecture de Terre de l’ENSAG.

Consulter le reportage réalisé par Les Délires Productions sur Vimeo

The renewal of raw earth architecture from caviar.archi on Vimeo.

[PARUTION] Storage in Ancient Egypt and Nubia : Earthen architecture and building techniques

Faisant suite à deux webinaires qui ont eu lieu en 2020 et 2021, l’ouvrage « Storage in ancient Egypt and Nubia : earthen architecture and building techniques » édités par Nadia Licitra et Adeline Bats vient de paraître aux éditions Sidestone Press.

À travers plusieurs études de cas, archéologues, architectes et agronomes s’interrogent sur le fonctionnement des bâtiments de stockage en terre de l’ancienne vallée du Nil, tout en faisant appel à des recherches ethnoarchéologiques en Afrique de l’Ouest et à des projets de construction contemporains.

L’approche interdisciplinaire adoptée pour étudier les stratégies de stockage le long de l’ancienne vallée du Nil aborde efficacement la complexité du sujet et les questions socio-économiques impliquées, qui ne concernent pas seulement le monde antique mais aussi les sociétés modernes. Tout au long de l’ouvrage, l’analyse fonctionnelle et technique des vestiges architecturaux et archéologiques permet de comprendre comment des aménagements, des matériaux de construction et des techniques spécifiques ont été utilisés dans le passé pour créer des conditions propices au stockage à court, moyen et long terme.

Consulter l’ouvrage en libre accès sur le site de l’éditeur

[PARUTION] Rythmes et flux à l’épreuve des territoires 

L’ouvrage « Rythmes et flux à l’épreuve des territoires » vient de paraître sous la direction de Chistian Graff et de Luc Gwiazdzinski aux éditions Rhuthmos.

Face aux mutations accélérées de nos temps, de nos espaces et modes de vie, nous devons trouver d’autres mots pour dire la complexité des mondes en mouvement, imaginer d’autres manières d’observer, de représenter et d’analyser les nouvelles configurations, les nouveaux agencements spatiotemporels. Il nous faut chercher à construire des formes inédites d’intelligence collective, pour « habiter » ces mondes. L’ouvrage explore la notion de « rythme » comme grille de lecture, mode de représentation et de transformation par la pratique, voire comme nouveau paradigme. Pour les auteurs, le « rythme » au sens de « rhuthmos » ne se limite pas à l’ « ordre du mouvement » mais s’élargit aux « manières de fluer », configurations particulières du mouvant, formes dans l’instant, arrangements.

Aysegul Cankat a participé à cet ouvrage par la rédaction du chapitre “La diversité des rythmes dans la ville informelle. Faire un détour par la poésie pour explorer le rythme en architecture” pp. 91-110.

Plus d’informations sur l’ouvrage

[PARUTION EN LIGNE] « La ville historique de Yazd en Iran », Cahier des UMIFRE n°10

Fruit d’un partenariat entre le Ministère de l’Europe et des Affaires étrangères, le CNRS et la Fondation Maison des Sciences de l’Homme, le Cahier des UMIFRE offre un panorama du travail scientifique mené dans les Unités mixtes des instituts français de recherche à l’étranger. Il vise à mieux faire connaitre les 27centres de recherche en sciences humaines et sociales qui contribuent au déploiement de la recherche française dans le monde, au plus près des terrains d’étude, des sources et des archives, et des communautés scientifiques travaillant dans les pays où ils sont implantés.

Dans ce 10e numéro du Cahier, chercheuses et chercheurs questionnent la ville comme phénomène central des sociétés contemporaines. A cette occasion, Bakonirina Rakotomamonjy a rédigé un article sur « La ville historique de Yazd en Iran ». Cet article présente la coopération entre l’équipe CRAterre et l’Université de Yazd dans le cadre d’un projet visant à établir de meilleures conditions pour la conservation et la valorisation du centre historique de Yazd en favorisant les approches de conservation intégrées et participatives entre les nombreuses parties prenantes.

Ce projet a donné lieu à une publication, fruit de cette coopération, en persan et en anglais, destinée au grand public, et portant sur les bonnes pratiques de préservation et de restauration du bâti en terre à Yazd.

Consulter l’article p.25 du cahier des UMIFRE n°10

 

[APPEL] Colloque scientifique « Le projet comme terrain de la recherche contributive »

L’unité de recherche AE&CC organise les 9 et 10 décembre 2024 un colloque scientifique portant sur la thématique du projet comme terrain de la recherche contributive.

La communauté des architectes et, plus largement, de la plupart des métiers de la conception s’interroge depuis longtemps sur le double statut de leur discipline, comme science et comme exercice professionnel. Plusieurs colloques s’y sont intéressés ces dernières années, certains interrogeant plus spécifiquement la place du projet dans la recherche. Le colloque « Le projet comme terrain de la recherche contributive » a pour objet de poursuivre ces réflexions en explorant les dimensions pluridisciplinaires, multi-professionnelles et territorialisées des recherches conduites dans les disciplines de projet. Il continuera à nourrir les échanges sur les relations pratiques-pédagogie-recherche ainsi que les liens entre pratiques professionnelles et recherches.

L’appel à proposition s’adresse à toutes les disciplines de design. Il est attendu des propositions décrivant une (des) expérience(s) précise(s) : contexte d’émergence de la recherche, objectifs et résultats de recherches impliquées. Les contributions témoigneront d’expériences de recherche-action, de recherche-projet, recherche par le design ou de recherche-action-formation. Elles montreront la valeur-ajoutée par l’ancrage dans le projet et la dimension contributive (multi-professionnalité, pluri- ou transdisciplinarité, ancrage territorial, …).

Plus d’information sur le colloque

TELECHARGER L’APPEL

Déposer un résumé

 

[CONFERENCE] Autour de l’ouvrage « Histoire de l’urbanisme » de Gilles Novarina 

L’agence d’urbanisme de la région grenobloise organise le 15 février 2024 à 18h une Conférence / Débat autour de l’ouvrage « Histoire de l’urbanisme : de la Renaissance à nos jours. L’art et la raison » en présence de son auteur Gilles Novarina.

 

Aujourd’hui l’adaptation au changement climatique, la préservation des ressources naturelles et de la biodiversité, la lutte contre la pollution de l’air et de l’eau conduisent bon nombre de praticiens de l’urbanisme, de chercheurs et plus largement d’acteurs politiques et associatifs à mettre en avant de nouveaux concepts (la ville durable, la ville résiliente) qui permettraient de mieux cerner les défis auxquels se trouvent confrontées les villes et de trouver les solutions permettant de favoriser leur transformations.

L’ouvrage écrit par Gilles Novarina part d’un présupposé différent : dans le champ de l’urbanisme, les innovations ne peuvent se construire qu’en tenant compte de la ville existante et de son histoire. Il propose donc une relecture de l’histoire de l’urbanisme qui s’appuie sur l’identification de trois modèles : le modèle de la ville régulière qui organise l’espace à partir de principes et règles de nature géométrique ; le modèle de la ville organique qui naît d’une critique de l’urbanisme haussmannien et s’appuie sur la géographie et l’histoire pour construire une action urbanistique qui prenne en compte les diversités spatiales et sociales ; le modèle de la ville moderne qui cherche à adapter les structures urbaines à un progrès technique et économique qui s’incarne dans la voiture et l’immeuble résidentiel. L’ouvrage montre enfin comment ces modèles doivent être revisités pour répondre aux défis contemporains de la durabilité, de la résilience et de la transition écologique.

Cette conférence sera également l’occasion d’inaugurer le nouveau centre de documentation de l’agence qui est dédié à l’aménagement et l’urbanisme dans toutes leurs dimensions.

Infos & inscriptions

[SOUTENANCE DE THESE] Estelle Carlier

Vous êtes convié.e.s à la soutenance de la thèse de doctorat en Sciences du Territoire, préparée par Estelle CARLIER à l’Université Grenoble Alpes (ED SHPT – Sciences de l’homme, du politique et du territoire), accueillie dans l’Unité de Recherche AE&CC et au sein de la Chaire Territorialisation, menée sous la direction de Romain LAJARGE, elle s’intitule :

L’approche paysagère comme outil de territorialisation pour l’action environnementale. Le cas des Espaces Naturels Sensibles (ENS)

La soutenance est ouverte au public et se tiendra le mercredi 14 février 2024, à 14h00, dans l’amphithéâtre Simounet, École Nationale Supérieure d’Architecture de Grenoble – ENSAG (60 avenue de Constantine – 38100 Grenoble). Elle sera retransmise en ligne. Si vous souhaitez assister à la soutenance en visioconférence, merci de compléter le questionnaire disponible ici.

Le jury se compose de :

  • Anne SGARD, Professeure, Université de Genève, Rapporteure
  • Samuel DEPRAZ, Maître de conférences HDR, École supérieure des professions immobilières, Rapporteur
  • Marie-José FORTIN, Professeure, Université du Québec à Rimouski
  • Hervé DAVODEAU, Maître de conférences HDR, L’Institut Agro Angers-Rennes
  • Aysegül CANKAT, Professeure, École nationale supérieure d’architecture de Grenoble/UGA-AE&CC
  • Romain LAJARGE, Professeur, École nationale supérieure d’architecture de Grenoble/UGA-AE&CC
  • Patrick MOQUAY, Professeur, École nationale supérieure du paysage

 

Résumé de la thèse :

Dans le contexte des crises socio-écologiques qui marquent le XXIe siècle, la préservation de la nature et des paysages est énoncée par les pouvoirs publics, les acteurs locaux et les populations, comme politiquement et socialement nécessaires. Les liens entre paysages et projets de territoires sont au cœur de cette proposition. L’anniversaire des trente ans de la loi paysage rappelle notamment la place transversale de l’approche paysagère, dans l’ensemble des politiques publiques territoriales, pour renouveler les relations entre les sociétés et la nature.

Dans ce cadre, la thèse interroge le rôle de l’approche paysagère dans la territorialisation de l’action publique de préservation, gestion et valorisation des aires naturelles. L’hypothèse défendue est que l’approche paysagère contribue à cette territorialisation en encourageant la construction de territorialités favorables à de nouvelles relations socio-environnementales. Cette question est abordée théoriquement avec l’aide des sciences territoriales telles qu’envisagées dans les travaux de la Fédération de recherche CIST (Collège international des sciences territoriales) en France (Beckouche et al., 2012 ; Lajarge et al., 2019) ainsi que de ceux de l’école territorialiste italienne (Magnaghi 2003, 2014, 2017) et dans les travaux sur le paysage (Sgard, 2012, Donadieu, 2014, Besse, 2018, Davodeau, 2021). Elle conduit une enquête multiscalaire du dispositif départemental « Espace naturel sensible (ENS) », grâce notamment à la création d’une base de données nationale quantitative et qualitative établie à partir des schémas départementaux, confortée et confrontée à des analyses paysagères de sites, complétée par des entretiens semi-directifs avec les opérateurs du dispositif. Son analyse utilise les outils méthodologiques de la résilience (Gunderson, Holling, 2002 ; Plieninger, Bieling, 2012 ; Robert, 2021).

La territorialisation décrit une dynamique collective d’un certain type entre acteurs pour construire leur territoire. La thèse montre qu’elle nécessite : une transversalité entre les questions environnementales, culturelles et sociales ; une proximité entre les acteurs publics, privés et collectifs ; un ancrage dans les spécificités et enjeux territoriaux. La mobilisation de l’approche paysagère appelle pour cela à une culture commune de la nature entre l’ensemble des parties prenantes, quel que soient leur rôle (décisionnaire, gestionnaire, usagers récréatifs et/ou exploitants) et leur statut (public, privé ou collectif) donc à l’émergence de territorialités collectives et négociées. Ces dernières facilitent alors la mise en projet d’espaces naturels projetés, de communs territoriaux, qui, appliqués aux espaces naturels, s’appuient sur les motifs paysagers (re-)structurant les relations entre les sociétés et la nature.

[OUVERTURE AU PUBLIC] Philomaton terrestre

Dans le cadre du projet lauréat IDEX Rayonnement social et culturel Matière à penser – ma terre à penser, Les Fées Rosses présenteront le philomaton terrestre à l’ENSAG (espace de médiation CRATerre) les lundi 29 janvier, jeudi 1er et vendredi 2 février de 14h à 16h.

Le Philomaton terrestre est un dispositif original qui mélange citations philosophiques et photos souvenirs sur fond d’installation artistique. À partir de réflexions de philosophes, comme par exemple celle de Bruno Latour au sujet de la tension qui existe entre « le monde où l’on vit et le monde dont on vit », le public sera invité à exprimer ses émotions face aux citations afin d’ouvrir des perspectives de réflexion sur le monde.

Durant les ouvertures au public :

  • Venez expérimenter la puissance expressive de la matière terre pour donner à voir, à toucher, à sentir et à penser.
  • Découvrez des pensées d’architectes et de philosophes à propos de l’habitat, de la terre, de l’environnement et de notre société.
  • Participez à un concert interactif avec une musicienne, plongez dans le spectacle de la matière, et partez avec l’instantané de votre cartographie philosophique.

[JOURNEES DOCTORALES] Ce que l’immonde dit du monde : étudier les déchets en sciences humaines et sociales

La  2ème édition des Doctoriales de Rudologie aura lieu du 5 au 7 février 2024 au Mans. Ces journées vise à réunir doctorants et jeunes docteurs de toutes disciplines des sciences humaines et sociales et des lettres afin d’échanger autour des enjeux d’une thèse sur les déchets. Les communications s’articuleront autour d’enjeux transversaux comme l’épistémologie de l’étude des déchets, la posture et la réflexivité du chercheur, la mobilisation et la production de données, l’analyse des données et la diffusion des résultats.

Emma Colombari et Julien Nourdin dans le cadre de leurs recherches respectives sur la terre crue interviendront sur la thématique “Décarboner le secteur du bâtiment en valorisant des terres rejetées” lors de la session 4 “Analyse, diffusion et usage des résultats de recherche sur les déchets”.

Plus d’informations 

[JOURNEE D’ETUDE] L’architecture durable s’use-t-elle ?

L’Institut de recherche de Louvain pour le Territoire, l’Architecture, l’Environnement Bâti organise le 1er février une journée d’étude autour de la question « L’architecture durable s’use-t-elle ? ». Posée de manière apparemment paradoxale, la question est celle des rapports entre architecture, durabilité et usure. Si, en théorie, il paraît tomber sous le sens que l’architecture est faite pour durer, se doit aujourd’hui d’être durable, et est destinée à être usée, en pratique, cela ne va pas sans soulever de nombreuses interrogations, tensions et contradictions.

Qu’il s’agisse de l’évaluation des durabilités mécanique et environnementale d’un matériau de construction, ou des dilemmes entre maintenance, rénovation et (re)construction, l’architecture durable est aujourd’hui prise dans de multiples ambiguïtés. La première de celles-ci peut être cherchée dans la duplicité de la notion de durabilité elle-même. Et pourtant, il y a urgence à prendre le temps de trouver les conditions de notre installation dans la durée, par-delà la soutenabilité d’un système économique et productif à laquelle renvoi la notion le développement durable (Vivien 2003). L’usure agit ici comme révélateur en plaçant la question de la durabilité de l’architecture à l’épreuve de la trace des usages et du temps qui passe.

A cette occasion, Martin Pointet s’intéressera aux pathologies rencontrées dans les constructions contemporaines en pisé et leurs leçons pour mieux concevoir et construire aujourd’hui.

Inscriptions gratuites

Programme

Plus d’infos

 

 

 

[REPLAY] Global Shelter Cluster’s environmental engagement

Le Global Shelter Cluster (GSC) a organisé en décembre dernier un webinaire afin de présenter son approche écologique dans le cadre de la réponse humanitaire en matière d’abris et d’établissements humains.

Les interventions humanitaires nécessitent souvent une mobilisation rapide et à grande échelle de ressources. Cependant, ces interventions peuvent accroître le risque d’impacts environnementaux négatifs et ainsi entraîner des dommages supplémentaires à long terme pour les survivants des crises et les communautés locales.

Le webinaire comprend des présentations du GSC et de ses partenaires afin qu’ils exposent leurs activités respectives et leur contribution à l’écologisation de la réponse humanitaire en matière d’abris. En tant que partenaire, CRAterre a participé au webinaire afin de présenter le travail effectué autour de la production des Fiches Réponses Abris, la formation sur l’analyse participative de l’habitat local et la production d’outils pour l’aide à la décision pour des habitats plus durables.

Consulter le replay  –  Plus d’informations

[ARTICLE EN LIGNE] L’usage du bois local en construction

Rédigé par David Rodrigues-Soares, Yannick Sieffert et Thierry Joffroy, l’article « L’usage du bois local en construction : évolution des outils face aux enjeux environnementaux » questionne l’évolution récente des pratiques de la construction bois au regard de l’évolution historique des techniques et des enjeux actuels de développement soutenable.

Cet article a été publié en libre accès dans le numéro spécial de la revue Archéologie, société et environnement (vol. 3, no 1) qui est consacré à la publication des actes des « Journées bois. Échanges interdisciplinaires sur le bois et les sociétés » organisées les 18 et 19 octobre 2021 à l’INHA à Paris

Consulter l’article

Consulter l’ensemble des articles de la revue

[RÉSUMÉ] Étudier les séismes de 2023 en Turquie et en Syrie – Séance 2

En novembre dernier, Mustafa Celebi participé au séminaire doctoral « étudier les séismes de 2023 en Turquie et en Syrie » de l’EHESS.

A cet occasion, il a présenté le travail de terrain qu’il mène dans le cadre de sa thèse intitulée « Les espaces ouverts comme fondement de la réorganisation de la vie et de l’habitat face aux séismes : exploration des résiliences dans les villes d’Antakya, d’Ercis et de Lice en Turquie ».

Cette présentation a été l’occasion d’aborder les sujets suivants :

  • Faire du terrain en zone sinistrée
  • Question des espaces ouverts
  • Poursuite de la vie quotidienne/ retour à la normalité
  • Gestion des risques et de l’eau

Consulter le résumé de la présentation

[PARUTION] Taipa

Le 4ème volume de la collection « Cadernos de Construção com Terra » des éditions ARGUMENTUM vient de paraître.

Cet ouvrage, rédigé par Miguel Ferreira Mendes, est consacré au Pisé, une technique ancienne que l’on retrouve dans de nombreuses régions du monde et qui est encore largement utilisée aujourd’hui. L’objectif est d’aider le lecteur à comprendre les questions relatives à la conception, à l’exécution et à l’application du pisé dans la construction.

ISBN: 978-989-8885-22-7
Format: 14 x 24cm
Nombres de pages : 112 p.
Disponible à la ventre : https://argumentum.pt/

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search