[SOUTENANCE DE THESE] Buen vivir et vivre-ensemble par Anaïs Guéguen Perrin

Nous avons le plaisir de convier à la soutenance de thèse d’Anaïs Guéguen Perrin, doctorante de l’équipe CRAterre, qui se déroulera le 25 juin à 14h à l’ENSAG.

Titre de la thèse : BUEN VIVIR ET VIVRE-ENSEMBLE : possitopies d’habitats alter-hégémoniques dans l’Anthropocène. Regards croisés entre des communautés guarani au Brésil et des habitats participatifs en France.

La recherche présentée dans cette thèse se situe dans l’Anthropocène, résultant d’un héritage colonial d’exploitation des territoires qui tend à impacter fortement l’habitabilité de notre Terre. Elle explore des possibilités de transformer nos modes de vie et d’habiter pour répondre aux nécessaires transitions sociales et écologiques. Elle porte sur les habitats alter-hégémoniques, notamment des habitats d’indigènes Guarani au Brésil et des habitats participatifs en France, qui proposent des alternatives face au système capitaliste moderne.

L’étude se base sur la compréhension du Buen Vivir des Guarani au Brésil, le Nhanderekó, et les valeurs prônées dans des habitats participatifs.

L’objectif principal est de mettre en évidence les convergences et complémentarités entre ces deux types d’habitat, à des échelles locales et élargies. Cela passe par l’identification de la matérialisation de principes et de valeurs alternatives dans la production de l’habitat et comment ces exemples peuvent inspirer des pratiques pour minimiser l’impact des modes de vie sur les écosystèmes locaux et le système Terre.

Direction

  • Thierry Joffroy, CRAterre/ AE&CC/ ENSAG/ UGA (France)
  • João Marcos de Almeida Lopes HABIS/ IAU/ USP (Brésil)

Composition du jury :

  • Chris Younès, Professeur des Universités Émérite, Ecole Spéciale d’Architecture et ENSA Paris La Villette, rapportrice ;
  • Valéria Mendonça de Macedo, Directrice de recherche, Université Fédérale de São Paulo, rapportrice ;
  • Thierry Joffroy, Ingénieur de Recherche, ENSA Grenoble, directeur de thèse, membre invité ;
  • João Marcos De Almeida Lopes, Professeur des Universités, IAU/ Université de São Paulo (Brésil), co-directeur de thèse ;
  • Kristen Koop, Maîtresse des conférences, Université Grenoble Alpes, examinatrice ;
  • Ailton Krenak, Docteur en Sciences, Université Fédérale de Minas Gerais ( Brésil), examinateur ;
  • Heiner Lippe, Professeur des Universités, Université Polytechnique de Lübeck (Allemagne), examinateur.

📆 Date : 25 juin à 14h (France) / 9h (Brésil)

📍 Lieu : Amphi Simounet – ENSAG (60 avenue de Constantine – 38036 Grenoble cedex 2)

💻 Retransmission en direct : Chaîne YouTube de l’ENSAG

[COLLOQUE] Terra Education IV : J-7 avant la clôture des inscriptions

Les inscriptions pour le colloque international TERRA Education IV, qui aura lieu du 2 au 4 juillet à la MaCI, seront closent dans une semaine (16 juin 2024).

Ce colloque vise à faire le point sur le changement d’échelle induit par l’augmentation récente de la demande globale en solutions constructives de qualité en terre crue dans de nombreux pays. A travers 7 thèmes, la conférence a pour objectif de décrypter les mécanismes et/ou les stratégies qui sous-tendent ce phénomène afin de mieux les intégrer dans les programmes de recherche et de formation du réseau de la Chaire UNESCO « Architecture de terre, cultures constructives et développement durable » et au-delà.

[APPEL] Colloque International 2024 « Auguste Perret, 1874-1954 : un anniversaire »

L’année 2024 marque un double anniversaire pour Auguste Perret : le 150e anniversaire de sa naissance en 1874 et le 70e anniversaire de son décès en 1954. La fondation Auguste Perret – Académie des beaux-arts, créée en 2022 par les membres de l’Association Auguste Perret et l’Académie des beaux-arts, souhaitent lui rendre hommage à travers un colloque international qui sera l’occasion de dresser l’actualité des réflexions historiques, patrimoniales et architecturales sur sa pensée et son œuvre.

Consulter l’appel à communication : https://academiedesbeauxarts.wiin.io/fr/applications/appel-a-communications-colloque-auguste-perret-2024?page-section=presentation

Les propositions de communications sont à déposer pour le 15 juin 2024


Date du colloque : 28-29 novembre 2024

Comité scientifique : Joseph Abram, Ana Bela de Araujo, Cédric Avenier, François Botton, Helena Čapková, François Chaslin, Marie Gaimard, Guy Lambert, Bertrand Lemoine, Olivier Lesieutre, Arnaud de Saint Jouan, Maryvonne de Saint Pulgent, Aymeric Zublena.

[RENCONTRES] Encuentro international para la Construccion con Tierra y Materiales Naturales

Dans le cadre de la Chaire UNESCO Architecture de Terre, le Colectiva Tierra de l’Université ITESO organise la Rencontre Internationale de la Construction en Terre et Matériaux Naturels les 13 et 14 juin 2024 à Tlaquepaque Jalisco (Mexique).

Cette rencontre s’adresse aux étudiants, aux professionnels de la construction, aux architectes et plus largement à toutes personnes intéressées par le partage et l’apprentissage des techniques anciennes, contemporaines et futures de la construction en terre et en matériaux naturels.

L’événement s’organisera autour de conférences, de tables rondes, d’expositions ainsi que d’ateliers et traiteront de la construction en terre crue et des matériaux naturels au travers des axes thématiques suivants :

  • Les femmes dans la construction ;
  • La récupération des pratiques et techniques de construction traditionnelles ;
  • Les processus de construction dans l’édification des logements contemporains ;
  • La formation et la recherche ;
  • Les avancées technologiques contemporaines et à venir ;
  • La réglementation.

A cette occasion, Bakonirina Rakotomamonjy et Wilfredo Carazas Aedo donnerons respectivement une conférence sur la Chaire UNESCO Architecture de terre et le Test Carazas.


Inscriptions : colectivatierra@iteso.mx

Plus d’informations : https://www.instagram.com/catedra.unesco.tierra.iteso/  

Contact: Dra. Ana Rosa Olivera Bonilla  (aolivera@iteso.mx)

[FORMATION DOCTORANTS] Immersion/Devenir étranger

La formation à destination des doctorants intitulée « Immersion/Devenir étranger : spatialiser les ressources locales pour les instaurer comme connaissance  » aura lieu les 19 et 20 juin à l’ENSAG.

Objectifs de la formation :
Le terrain, au-delà de constituer un lieu d’application de théories élaborées ou des méthodologies éprouvées, est le lieu de production de connaissances mobilisables pour élargir ou infléchir, non seulement les hypothèses mais aussi les problématiques. Le renouvellement des outils et méthodes de cette production est l’une des conditions de l’élargissement des connaissances produites.

Le module proposé veut rendre accessible les outils du domaine de l’architecture à d’autres disciplines, par la mobilisation des modalités de spatialisation qui ont capacité à rendre visible une multitude d’informations contenues dans le terrain, de manière privilégiée dans les espaces ouverts où la vie se déploie individuellement et socialement.

Méthode pédagogique :
Partant du postulat que les sciences sociales sont des sciences expérimentales, les outils de spatialisation vont être mis en œuvre pour un travail de terrain organisé par groupe d’étudiants de disciplines différentes.

Chaque groupe va travailler à fabriquer un récit problématisé qui va se constituer en chapitres, en accord avec le sujet de thèse de chacun des doctorants du groupe. Ce récit va s’appuyer sur les différents travaux de recherche et d’outils qui seront présentés par les enseignants ainsi que sur les connaissances produites à partir du terrain. Ce récit va lui-même être une forme de connaissance, de ce qui est en acte et en puissance sur le terrain.
Il s’agira, plus précisément, de voir et de rendre visibles : les usages, les traces d’usage et d’histoire, les traces de passage, les signes d’une immatérialité ou de la matérialisation temporaire et les relations et systèmes : liens, articulations, connexions.

Équipe pédagogique :
– Cankat Aysegül, HDR géographie et aménagement de l’espace, Professeure
– Mama Awal Halimatou, Docteur en architecture, Maître de conférences
– Baptiste Haour , architecte, doctorant
– Cyril Coste, architecte, association
– Lucie Grau Perrier, architecte association GRAU
– Frédéric Dellinger, paysagiste, Maître de conférences

[WEBINAIRE] Matériaux Bas carbone: de la caractérisation à l’application

Dans le cadre de la réduction des consommations d’énergies primaires des bâtiments, de nouveaux matériaux de constructions sont amenés à être développés. Ces matériaux doivent être moins impactant sur l’environnement tout en garantissant le confort des occupants.

Pour mieux comprendre les enjeux et défis de l’utilisation des matériaux bas carbone dans la construction, le forum Matériaux Innovants et de la Construction Durable en Afrique de l’Ouest (MICD-AO) propose un webinaire sur le thème : Matériaux bas carbone et locaux : de la caractérisation à l’application.

Le webinaire aura lieu le 20 février 2024 à 16h et sera animé par Olivier Moles (CRAterre, France), Zi Mahamoudou (Zi-Materiaux, Burkina Faso) et Doudou Dème (Elèmenterre, Sénégal)

Vous n’avez pas pu assister au webinaire ? Consultez dès à présent le replay :

[CONFERENCE] Autour de l’ouvrage « Histoire de l’urbanisme » de Gilles Novarina 

L’agence d’urbanisme de la région grenobloise organise le 15 février 2024 à 18h une Conférence / Débat autour de l’ouvrage « Histoire de l’urbanisme : de la Renaissance à nos jours. L’art et la raison » en présence de son auteur Gilles Novarina.

 

Aujourd’hui l’adaptation au changement climatique, la préservation des ressources naturelles et de la biodiversité, la lutte contre la pollution de l’air et de l’eau conduisent bon nombre de praticiens de l’urbanisme, de chercheurs et plus largement d’acteurs politiques et associatifs à mettre en avant de nouveaux concepts (la ville durable, la ville résiliente) qui permettraient de mieux cerner les défis auxquels se trouvent confrontées les villes et de trouver les solutions permettant de favoriser leur transformations.

L’ouvrage écrit par Gilles Novarina part d’un présupposé différent : dans le champ de l’urbanisme, les innovations ne peuvent se construire qu’en tenant compte de la ville existante et de son histoire. Il propose donc une relecture de l’histoire de l’urbanisme qui s’appuie sur l’identification de trois modèles : le modèle de la ville régulière qui organise l’espace à partir de principes et règles de nature géométrique ; le modèle de la ville organique qui naît d’une critique de l’urbanisme haussmannien et s’appuie sur la géographie et l’histoire pour construire une action urbanistique qui prenne en compte les diversités spatiales et sociales ; le modèle de la ville moderne qui cherche à adapter les structures urbaines à un progrès technique et économique qui s’incarne dans la voiture et l’immeuble résidentiel. L’ouvrage montre enfin comment ces modèles doivent être revisités pour répondre aux défis contemporains de la durabilité, de la résilience et de la transition écologique.

Cette conférence sera également l’occasion d’inaugurer le nouveau centre de documentation de l’agence qui est dédié à l’aménagement et l’urbanisme dans toutes leurs dimensions.

Infos & inscriptions

[SOUTENANCE DE THESE] Estelle Carlier

Vous êtes convié.e.s à la soutenance de la thèse de doctorat en Sciences du Territoire, préparée par Estelle CARLIER à l’Université Grenoble Alpes (ED SHPT – Sciences de l’homme, du politique et du territoire), accueillie dans l’Unité de Recherche AE&CC et au sein de la Chaire Territorialisation, menée sous la direction de Romain LAJARGE, elle s’intitule :

L’approche paysagère comme outil de territorialisation pour l’action environnementale. Le cas des Espaces Naturels Sensibles (ENS)

La soutenance est ouverte au public et se tiendra le mercredi 14 février 2024, à 14h00, dans l’amphithéâtre Simounet, École Nationale Supérieure d’Architecture de Grenoble – ENSAG (60 avenue de Constantine – 38100 Grenoble). Elle sera retransmise en ligne. Si vous souhaitez assister à la soutenance en visioconférence, merci de compléter le questionnaire disponible ici.

Le jury se compose de :

  • Anne SGARD, Professeure, Université de Genève, Rapporteure
  • Samuel DEPRAZ, Maître de conférences HDR, École supérieure des professions immobilières, Rapporteur
  • Marie-José FORTIN, Professeure, Université du Québec à Rimouski
  • Hervé DAVODEAU, Maître de conférences HDR, L’Institut Agro Angers-Rennes
  • Aysegül CANKAT, Professeure, École nationale supérieure d’architecture de Grenoble/UGA-AE&CC
  • Romain LAJARGE, Professeur, École nationale supérieure d’architecture de Grenoble/UGA-AE&CC
  • Patrick MOQUAY, Professeur, École nationale supérieure du paysage

 

Résumé de la thèse :

Dans le contexte des crises socio-écologiques qui marquent le XXIe siècle, la préservation de la nature et des paysages est énoncée par les pouvoirs publics, les acteurs locaux et les populations, comme politiquement et socialement nécessaires. Les liens entre paysages et projets de territoires sont au cœur de cette proposition. L’anniversaire des trente ans de la loi paysage rappelle notamment la place transversale de l’approche paysagère, dans l’ensemble des politiques publiques territoriales, pour renouveler les relations entre les sociétés et la nature.

Dans ce cadre, la thèse interroge le rôle de l’approche paysagère dans la territorialisation de l’action publique de préservation, gestion et valorisation des aires naturelles. L’hypothèse défendue est que l’approche paysagère contribue à cette territorialisation en encourageant la construction de territorialités favorables à de nouvelles relations socio-environnementales. Cette question est abordée théoriquement avec l’aide des sciences territoriales telles qu’envisagées dans les travaux de la Fédération de recherche CIST (Collège international des sciences territoriales) en France (Beckouche et al., 2012 ; Lajarge et al., 2019) ainsi que de ceux de l’école territorialiste italienne (Magnaghi 2003, 2014, 2017) et dans les travaux sur le paysage (Sgard, 2012, Donadieu, 2014, Besse, 2018, Davodeau, 2021). Elle conduit une enquête multiscalaire du dispositif départemental « Espace naturel sensible (ENS) », grâce notamment à la création d’une base de données nationale quantitative et qualitative établie à partir des schémas départementaux, confortée et confrontée à des analyses paysagères de sites, complétée par des entretiens semi-directifs avec les opérateurs du dispositif. Son analyse utilise les outils méthodologiques de la résilience (Gunderson, Holling, 2002 ; Plieninger, Bieling, 2012 ; Robert, 2021).

La territorialisation décrit une dynamique collective d’un certain type entre acteurs pour construire leur territoire. La thèse montre qu’elle nécessite : une transversalité entre les questions environnementales, culturelles et sociales ; une proximité entre les acteurs publics, privés et collectifs ; un ancrage dans les spécificités et enjeux territoriaux. La mobilisation de l’approche paysagère appelle pour cela à une culture commune de la nature entre l’ensemble des parties prenantes, quel que soient leur rôle (décisionnaire, gestionnaire, usagers récréatifs et/ou exploitants) et leur statut (public, privé ou collectif) donc à l’émergence de territorialités collectives et négociées. Ces dernières facilitent alors la mise en projet d’espaces naturels projetés, de communs territoriaux, qui, appliqués aux espaces naturels, s’appuient sur les motifs paysagers (re-)structurant les relations entre les sociétés et la nature.

[OUVERTURE AU PUBLIC] Philomaton terrestre

Dans le cadre du projet lauréat IDEX Rayonnement social et culturel Matière à penser – ma terre à penser, Les Fées Rosses présenteront le philomaton terrestre à l’ENSAG (espace de médiation CRATerre) les lundi 29 janvier, jeudi 1er et vendredi 2 février de 14h à 16h.

Le Philomaton terrestre est un dispositif original qui mélange citations philosophiques et photos souvenirs sur fond d’installation artistique. À partir de réflexions de philosophes, comme par exemple celle de Bruno Latour au sujet de la tension qui existe entre « le monde où l’on vit et le monde dont on vit », le public sera invité à exprimer ses émotions face aux citations afin d’ouvrir des perspectives de réflexion sur le monde.

Durant les ouvertures au public :

  • Venez expérimenter la puissance expressive de la matière terre pour donner à voir, à toucher, à sentir et à penser.
  • Découvrez des pensées d’architectes et de philosophes à propos de l’habitat, de la terre, de l’environnement et de notre société.
  • Participez à un concert interactif avec une musicienne, plongez dans le spectacle de la matière, et partez avec l’instantané de votre cartographie philosophique.

[JOURNEES DOCTORALES] Ce que l’immonde dit du monde : étudier les déchets en sciences humaines et sociales

La  2ème édition des Doctoriales de Rudologie aura lieu du 5 au 7 février 2024 au Mans. Ces journées vise à réunir doctorants et jeunes docteurs de toutes disciplines des sciences humaines et sociales et des lettres afin d’échanger autour des enjeux d’une thèse sur les déchets. Les communications s’articuleront autour d’enjeux transversaux comme l’épistémologie de l’étude des déchets, la posture et la réflexivité du chercheur, la mobilisation et la production de données, l’analyse des données et la diffusion des résultats.

Emma Colombari et Julien Nourdin dans le cadre de leurs recherches respectives sur la terre crue interviendront sur la thématique “Décarboner le secteur du bâtiment en valorisant des terres rejetées” lors de la session 4 “Analyse, diffusion et usage des résultats de recherche sur les déchets”.

Plus d’informations 

[JOURNEE D’ETUDE] L’architecture durable s’use-t-elle ?

L’Institut de recherche de Louvain pour le Territoire, l’Architecture, l’Environnement Bâti organise le 1er février une journée d’étude autour de la question « L’architecture durable s’use-t-elle ? ». Posée de manière apparemment paradoxale, la question est celle des rapports entre architecture, durabilité et usure. Si, en théorie, il paraît tomber sous le sens que l’architecture est faite pour durer, se doit aujourd’hui d’être durable, et est destinée à être usée, en pratique, cela ne va pas sans soulever de nombreuses interrogations, tensions et contradictions.

Qu’il s’agisse de l’évaluation des durabilités mécanique et environnementale d’un matériau de construction, ou des dilemmes entre maintenance, rénovation et (re)construction, l’architecture durable est aujourd’hui prise dans de multiples ambiguïtés. La première de celles-ci peut être cherchée dans la duplicité de la notion de durabilité elle-même. Et pourtant, il y a urgence à prendre le temps de trouver les conditions de notre installation dans la durée, par-delà la soutenabilité d’un système économique et productif à laquelle renvoi la notion le développement durable (Vivien 2003). L’usure agit ici comme révélateur en plaçant la question de la durabilité de l’architecture à l’épreuve de la trace des usages et du temps qui passe.

A cette occasion, Martin Pointet s’intéressera aux pathologies rencontrées dans les constructions contemporaines en pisé et leurs leçons pour mieux concevoir et construire aujourd’hui.

Inscriptions gratuites

Programme

Plus d’infos

 

 

 

Vous n’avez pas pu assister à la journée d’étude ? Consultez dès à présent le replay :

[DEBAT] Pourquoi s’intéresser à l’histoire de l’urbanisme à l’heure de la transition écologique ?

Le 21 décembre 2023 de 18h30 à 19h30, la SFU vous propose de débattre en visio-conférence avec Gilles Novarina autour de la question « Pourquoi s’intéresser à l’histoire de l’urbanisme à l’heure de la transition écologique ? »

Face à la nécessité de lutter contre le réchauffement climatique et de préserver de l’environnement, nombreux sont ceux qui cherchent aujourd’hui à promouvoir un nouveau modèle de ville qui prend des dénominations variées : ville durable, ville résiliente et plus récemment ville en transition.

Les expériences en la matière, si elles se sont traduites par des innovations dans la gestion de l’énergie et des ressources naturelles, n’ont pas débouché sur la recherche de nouvelles formes urbaines qui ne renverraient pas aux modèles (ville régulière, ville organique, ville moderne) que l’histoire nous permet de connaître.

La relecture de l’histoire de l’urbanisme constitue le meilleur moyen pour comprendre quels sont les modes d’organisation spatiale les mieux à même de relever les défis de la transition écologique.

Plus d’informations et lien vers la visio-conférence

[SOUTENANCE] Thèse de David Rodrigues Soares

Nous avons le plaisir de convier à la soutenance de thèse de David RODRIGUES SOARES, doctorant de l’équipe CRAterre, qui se déroulera le 18 décembre 2023 à 9h30 à l’ENSAG.

Titre de la thèse : Architecture et développement économique territorial soutenable en Auvergne-Rhône-Alpes : “le cas de la filière bois local”

Ce travail de recherche met en évidence des pistes de progression et d’innovations, qui prennent leurs sources dans le partage de connaissance des enjeux et des ressources naturelles, humaines et matérielles locales existantes de la filière bois construction. Dans cette filière, l’architecte joue un rôle important et engage sa responsabilité par ses choix constructifs, qui se doivent d’être à la fois raisonnés dans leur niveau de technicité et adaptés à la diversité des ressources naturelles, humaines et matérielles disponibles à proximité, afin de permettre un développement soutenable. Une attention particulière permettant de valoriser les bois de feuillus et les gros, très gros bois, est importante pour préserver la biodiversité présente dans nos forêts, tout comme une meilleure maîtrise des bois faiblement transformés est souhaitable à la réduction de l’énergie grise produite par le secteur du bâtiment. Pour cela il apparaît essentiel de penser à des solutions maîtrisables par les petites et moyennes entreprises qui constituent un maillage de proximité déjà présent sur le territoire Auralpin. Cette thèse se conclue avec des suggestions pour que la conception architecturale contribue de façon effective à ces objectifs généraux de développement d’une économie locale soutenable et de réduction d’émission de gaz à effet de serre.


Date : 18 décembre 2023, 9h30
Lieu : Amphi Simounet – ENSAG (60 avenue de Constantine – CS 12636 – 38036 Grenoble cedex 2)
Retransmission en direct : https://univ-grenoble-alpes-fr.zoom.us/
ID de réunion: 997 6411 2741
Code secret: 272314

[REPLAY] Méthodes de recherches pour développer la construction en terre crue : observation participante, expérimentation et recherche diagnostique 

Julien Nourdin, doctorant de l’équipe CRAterre, a participé le vendredi 13 octobre aux 7ème Rencontres Doctorales Nationales en Architecture et Paysage.

Sa communication intitulée « Méthodes de recherches pour développer la construction en terre crue : observation participante, expérimentation et recherche diagnostique » est disponible en rediffusion sur la chaîne Youtube de l’ENSA de Toulouse

Résumé de la communication

Cette intervention propose d’explorer trois outils méthodologiques mobilisés conjointement dans la thèse Vers une « filière terre » écoresponsable capable de répondre aux enjeux des transitions du XXIe siècle. Ainsi les démarches d’observation participante, d’expérimentation et de recherche diagnostique sont successivement définies et contextualisées. L’objectif de cette réflexion est de démontrer que ces démarches consistent bien à faire de la recherche par le projet. Après un peu plus d’un an de mise en œuvre d’une telle méthodologie de recherche, il est également possible de tirer des leçons sur l’efficacité et les limites de ces méthodes et outils de recherche par le projet.

[REPLAY] Les relations entre architecture et urbanisme de la renaissance à nos jours

Gilles Novarina, professeur émérite à l’UGA et chercheur à l’Unité de recherche AE&CC, a donné une conférence suite à la parution de son livre sur les relations entre architecture et urbanisme de la renaissance à nos jours.

Résumé de la conférence

« Lors de la Renaissance, l’architecture se constitue comme une discipline autonome dont les principes sont fixés dans des traités, pour ensuite être transférés à l’organisation des espaces publics. Au milieu du XIXe siècle, Haussmann à Paris, Cerdà à Barcelone définissent les champs respectifs de l’urbanisme et de l’architecture. Dans les années 1930, Le Corbusier, en donnant priorité au logement, remet en cause cette séparation. Mais l’architecture moderne est l’objet de critiques et nombreuses sont les recherches d’une hybridation entre tradition de la ville régulière et apports du Mouvement Moderne. »

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search