Soutenance de thèse d’Emmanuel MILLE (Grenoble, 30 juin)

Nous avons le plaisir de convier à la soutenance de thèse d’Emmanuel MILLE, doctorant de l’équipe CRAterre, qui se déroulera le 30 juin à 14h à l’ENSAG.

Titre de la thèse : 𝘾𝙤𝙣𝙨𝙩𝙧𝙪𝙞𝙧𝙚 𝙡𝙖 𝙫𝙞𝙡𝙡𝙚 𝙚𝙣 𝙩𝙚𝙧𝙧𝙚. 𝙇𝙚 𝙥𝙞𝙨𝙚́, 𝙢𝙖𝙩𝙚́𝙧𝙞𝙖𝙪 𝙚𝙨𝙨𝙚𝙣𝙩𝙞𝙚𝙡 𝙙𝙚 𝙡𝙚𝙭𝙩𝙚𝙣𝙨𝙞𝙤𝙣 𝙪𝙧𝙗𝙖𝙞𝙣𝙚 𝙙𝙚 𝙇𝙮𝙤𝙣 (𝙓𝙑𝙚𝙓𝙄𝙓𝙚 𝙨𝙞𝙚̀𝙘𝙡𝙚𝙨)

Cette thèse renouvelle les connaissances historiques sur l’emploi du pisé de terre à Lyon. Basée sur l’analyse d’un très riche corpus de plusieurs centaines de bâtiments, elle met en lumière l’importance de ce matériau dans l’histoire urbaine de la ville, depuis le Moyen-Age jusqu’au début des années 1900.

Ce corpus illustre une maîtrise remarquable de cette technique de construction et traduit le rôle fondamental de ce matériau économique dans l’urbanisation de Lyon. Il présente de nombreux bâtiments importants (châteaux, maisons bourgeoises, hôpitaux, etc.) ainsi que des ensembles urbains, dont des immeubles collectifs de très grande hauteur (jusqu’à six niveaux) qui font de Lyon une des villes où les édifices en pisé sont les plus hauts au monde.

Cette thèse incite donc à porter un nouveau regard sur l’histoire constructive et urbaine de la ville et ses implications patrimoniales. Plus largement, dans le contexte actuel de crise écologique, elle porte une dimension prospective sur le potentiel des architectures de terre en milieu urbain, tant dans les pratiques de réhabilitation que dans les chantiers de mise en œuvre contemporaine.

Composition du jury

  • Rapportrice : Béatrice Mariolle, architecte et professeure HDR (TPCAU), ENSA de Lille
  • Rapporteur : Vincent Negri, chercheur HDR, CNRS et Institut des Sciences Sociales du Politique
  • Examinateur : Philippe Devillers, maître de conférences HDR (STA-CIMA), ENSA de Montpellier
  • Examinateur : Thierry Paquot, philosophe de l’urbain et professeur HDR émérite, Institut d’urbanisme de Paris
  • Examinatrice : Sophie Paviol, professeure HDR (HCA), ENSA de Grenoble
  • Directeur de la thèse : Thierry Joffroy, chercheur HDR, directeur de l’équipe CRAterre, AE&CC, ENSA de Grenoble
  • Personnalité invitée : Christophe Margueron, Architecte des Bâtiments de France, UDAP du Rhône et de la Métropole de Lyon

Date : 30 juin 2023 à 14h
Lieu : Amphi Simounet – ENSAG (60 avenue de Constantine – CS 12636 – 38036 Grenoble cedex 2)
Retransmission en direct : Chaîne YouTube de l’ENSAG
Infos : https://www.grenoble.archi.fr/recherche-soutenance-de-these-emmanuel-mille/

Call for abstracts : Nile’s Earth International Conference

Earth, as a building material, played an important role in making possible the development of the ancient kingdoms along the Nile Valley from its earliest periods. However, this outstanding earthen heritage remains poorly known, while its resulting archaeological assets are increasingly threatened due to neglect, human activities, as well as by climatic and ecological changes (e.g., heavy rains, dam construction, extension of cultivation areas, soil salinisation), etc.

The hypothesis of the ANR Nile’s Earth project is that specific solutions are needed to effectively preserve and protect this heritage. Its aim is to explore the potential of multidisciplinary approaches for a better identification and knowledge of these earthen archaeological remains, the assessment of their state of conservation, and the definition of adapted and sustainable conservation methods and techniques. The assumption is that, to be relevant, conservation protocols must rely on a thorough knowledge of ancient building techniques and materials, as well as the original building culture.

Continuer la lecture de « Call for abstracts : Nile’s Earth International Conference »

Début du doctorat de Clara Caroff

Nous sommes heureux d’accueillir Clara Caroff qui a débuté son doctorat depuis janvier au sein de l’équipe Culture Constructive.

Intitulé de la thèse :

Habiter l’impermanence et processus projectuels contemporains : l’eau comme territoire vécu et pensé, à partir du cas du bassin du Tonlé Sap (Cambodge)

Résumé de la thèse :

Habiter l’impermanence : en quoi considérer l’eau comme ressource et territoire permet-il d’interroger les processus projectuels contemporains ? Comment penser les lieux d’établissement de l’homme avec les risques et aléas d’un milieu contraint, notamment par l’eau ? 
 
L’objectif de ce temps de recherche est d’appréhender l’eau comme espace d’impermanence, afin de renouveler les méthodes projectuelles afférentes à différents milieux contraints et d’inventer des outils qui permettent d’accepter les aléas d’un site pour affiner les processus de conception. Cette sensibilité accrue au contexte ancre l’intervention architecturale dans le milieu qui l’accueille. 
 
Nous proposons l’approche des aléas par le médium qu’est l’édifice, au travers du dialogue entre les connaissances savantes et vernaculaires d’un territoire. Le cas du bassin du Tonlé Sap, au Cambodge, nous intéresse car nous pourrons y appréhender l’eau comme espace et territoire vécu et pensé. À partir d’un milieu contraint tel que ce bassin, l’hypothèse est qu’il est possible de nourrir les processus de projet par l’interrogation des mythes et connaissances scientifiques, et ce à travers le prisme des questions sociétales contemporaines. Ce terrain a été auparavant pour nous un sujet d’étude dans le cadre du mémoire de master 1 ainsi que du Projet de Fin d’Etudes. 
 
Un temps de ce travail sera consacré au terrain, par le dessin et re-dessin de l’habitat du Tonlé Sap. Les connaissances extraites permettront de produire à propos de ce lieu de nouvelles données spatiales. L’étude d’un cas, connaissant de grands aléas saisonniers, permettra d’interroger les stratégies mises en place dans d’autres contextes, ainsi que l’expertise spécifique à l’architecte. 
 
En quoi la mise en vis-à-vis de connaissances vernaculaires (dispositifs, cycles, organisation spatiale) avec les connaissances institutionnelles peut-elle nourrir et renouveler la pratique de l’architecte ? Comment les connaissances produites à partir d’un terrain spécifique peuvent, au-delà de cette localité, participer à la mise en place et l’assemblage d’outils servant le processus de projet, et ce notamment au regard des enjeux actuels liés à l’environnement, l’économie et la société. Comment les outils propres au domaine de l’architecture tels que le dessin et re-dessin participent-ils à la construction des processus projectuels ? 
 
Dans le cadre de la thèse, ce temps de recherche vise à explorer les possibilités de renouveler les pratiques de projet en architecture, et ce en accord avec les questions actuelles de société. À partir de l’étude des établissements humains du Tonlé Sap, deux objectifs sont visés par ce projet de thèse : le premier est la production de connaissances locales. Le deuxième objectif est d’élargir la réflexion à partir de ces connaissances, pour contribuer aux processus projectuels contemporains, où l’aléa et l’impermanence font partie de la pensée.
 

Directeur de thèse : Aysegül CANKAT

Pour plus d’informations consulter sa fiche sur le site de l’ENSAG : http://www.grenoble.archi.fr/pdf/doctorants/caroff-clara-fiche.pdf

Mampionona RAKOTONIRINA reçoit un prix pour sa thèse «Pertinence et impacts d’une approche interdisciplinaire dans les projets de reconstruction post-catastrophe : cas du projet ANR ReparH après le séisme de 2010 à Port-au-Prince»

Le 18 novembre a eu lieu l’atelier doctoral « construction durable et innovante » organisé à Annemasse par la Cité de la solidarité internationale (CSI) et le Campus des métiers et des qualifications. Cet atelier portait sur la rénovation, la réhabilitation, la conception de bâtiments à haute performance énergétique et environnemental ainsi que toutes les notions liées au confort, à la qualité de vie et de santé de ses occupants. A cette occasion des doctorants à dimension internationale ont présenté leurs recherches et expliqué comment ces dernières peuvent éclairer les enjeux de la construction durable, conduire à des applications concrètes et inspirer de l’innovation dans le domaine.

Mampionona RAKOTONIRINA, étudiante en thèse au laboratoire CRAterre d’AE&CC y a participée et a été récompensée d’un prix pour sa thèse “Pertinence et impacts d’une approche interdisciplinaire dans les projets de reconstruction post-catastrophe: cas du projet ANR ReparH après le séisme de Port-au-Prince en 2010″. Elle a obtenu la 3ème place parmi les 8 doctorants ayant présenté leur travail de thèse.

 

 Résumé de la thèse de Mampionona :

Dans  un contexte  de  mondialisation  qui  montre  une  augmentation  importante  des  catastrophes naturelles et de la précarité, les questions de l’adaptation au changement climatique (ACC) et de la réduction des  risques de  catastrophe  (RRC)  figurent en bonne  place  dans l’agenda international des organisations et des parties prenantes. Dans ce cadre, les problèmes de RRC pour les établissements humains   sont   souvent   confrontés   au   défi   des   coûts   et   de   la   pertinence   des   interventions (reconstruction, atténuation, etc.) pour répondre aux besoins quantitatifs et qualitatifs. En raison des contraintes économiques et de la volonté de l’« efficience », les interventions d’aide donnent la priorité  aux  infrastructures  critiques  et  fournissent  des  soutiens  à  certains  projets  de  logement. Néanmoins, l’aide et les efforts de reconstruction ne pourront jamais profiter à tous. Par conséquent, les communautés les plus vulnérables et défavorisées sont souvent laissées pour compte sans aucune solution  appropriée,  et  même  pire,  avec  des  solutions  qui  contribuent  à  éradiquer  les  cultures  de construction locales et à mettre les personnes en situation de vulnérabilité. Cependant, des éléments de  réponses  pertinentes  émergent  de  projets  de  terrain  impliquant  des  centres  de  recherche  ayant articulé enquêtes,  expérimentation  et  recherche-développement  soutenus  par  des  approches  de recherche multidisciplinaires / transversales. C’est plus spécifiquement le cas de celui soutenu par une subvention de recherche ANR FIash Haïti, le projet ReparH, avec lesquels des chercheurs des disciplines de  l’architecture  et  de  l’ingénierie  ont  collaboré  avec  le  soutien  d’autres  scientifiques  (sociologue, anthropologue, etc.) ainsi que des praticiens du secteur humanitaire et du bâtiment, partageant leurs expériences, méthodologies et développement de nouvelles connaissances. Les bons résultats obtenus et l’impact à moyen terme de la composante recherche sur le programme national de reconstruction des logements ont conduit à interroger les chercheurs et la communauté internationale d’experts. La question est actuellement discutée au sein du Global Shelter Cluster avec un groupe de travail spécifiquement consacré au BBB : Building Back Better. L’hypothèse de recherche est que les approches interdisciplinaires offrent un grand potentiel pour une meilleure analyse des situations de RRC et déterminent stratégies, projets et programmes pertinents pour  répondre  au  besoin  de  reconstruction  de  l’habitat  après  une  catastrophe,  ainsi  que  politiques préventives. Bien que cela doive encore être mieux compris, plus spécifiquement sur le (s) consortium (s) à construire et à quel niveau de décision / calendrier, de manière à ce qu’il puisse être mieux planifié et approfondi, appliqué largement.

Soutenance de HDR d’Aysegül Cankat

Soutenance HDR

Vous êtes tous conviés à la soutenance de HDR d’Aysegül Cankat qui se déroulera le lundi 4 mars à 14h30 à l’université Paris-Nanterre (la salle sera communiquée ultérieurement).

Titre: “Etre architecte, la construction d’une éthique par la compétence spatiale”

Sous le parrainage de Mme. Monique Poulot, Professeure de géographie, HDR, Université Paris-Nanterre

Composition du jury:

M. Baudoui Rémi, Professeur, HDR, Université de Genève,
M. Bonnaud Xavier, Professeur, HDR, ENSA de Paris-la-Villette,
Mme. Grout Catherine, Professeure, HDR, ENSAP de Lille,
M. Insel Ahmet, Professeur émérite, IEP Paris et Université de Galatasaray Istanbul,
M. Novarina Gilles, Professeur, HDR, Université Grenoble Alpes,
Mme. Very Françoise, Professeure d’architecture honoraire, ENSA de Grenoble.

Résumé:

“La compétence spatiale est multiple et n’est pas uniquement celle de l’architecte auteur/fabricant/constructeur. Elle est, bien sûr, celle de la mesure, de la dimension, des proportions, et fondamentalement celle des relations. Relations entre les lieux, les temps et les hommes qui engagent la responsabilité de l’architecte. Elle est celle de la capacité à saisir les qualités de tous les espaces, même des plus ordinaires, des plus délaissés, des plus pauvrement agrémentés, produits par les architectes ou autres professionnels de l’espace, ou par la transmission des savoir-faire et des savoir-vivre propres aux processus sans architecte et sans planification. Elle n’est pas que matérialisation physique mais aussi pensée ; elle n’est pas que technique mais aussi philosophie ; elle est processus inclusif. Il ne s’agit donc pas d’une éthique fournie par autrui, même bien fondée, qui dira à l’architecte ce qu’il doit ou ne doit pas faire, ce qui est bien ou mal pour lui, pour la société, pour l’environnement. L’architecture se déploie comme une éthique en soi, en d’autres termes comme un savoir du monde qui se construit et qui est construit à travers des choix, de pensée et d’action.

Il s’agit dans ce travail d’expliciter le cheminement qui m’amène, via la recherche et l’enseignement, à la construction d’un monde conceptuel renouvelé qui ouvre les possibles d’une manière propre de penser le projet où l’éthique se met en acte dès le début du processus.

Cinq parties organisent le volume inédit. Chaque fois, l’architecture croise un champ spécifique pour construire une distance réflexive dans laquelle se situe la pensée.
1) – Le vide comme le plan d’immanence de l’architecte
2) – Le territoire comme culture de l’architecte
3) – Le projet d’architecture comme question au territoire
4) – L’informel comme machine à penser l’espace et le temps
5) – Le dessin/re-dessin, mettre l’espace en récit pour l’habiter”

Présentation de l’unité de recherche

Equipe AE&CC

Localisation, historique et champ scientifique de l’unité

Basée au sein de l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Grenoble (ENSAG, www.grenoble.archi.fr ), l’unité de recherche AE&CC (aecc.hypothese.org) a été créée en octobre 2010, en préparation du contrat 2011-2014 par le rapprochement des laboratoires CRAterre et Cultures constructives (initialement « Dessin-Chantier »), créés à la fin des années 1970 (respectivement en 1979 et 1978). L’AERES validait le projet présenté par AE&CC et lui accordait la notation A+. Le champ scientifique de l’unité de recherche est l’architecture appréhendée au prisme des « cultures constructives » et selon trois thèmes de recherche : Patrimoine, Matériaux et Habitat. Le projet scientifique de l’unité de recherche aborde la question centrale de la soutenabilité des établissements humains à l’échelle du territoire selon trois positionnements forts.

Le premier est celui d’une architecture située basée sur le développement économique, social et culturel local. A l’opposé de la vision moderniste d’une architecture « internationale » identique d’un bout à l’autre de la planète, notre approche privilégie la diversité en relation avec le contexte dans lequel elle se développe. L’architecture émerge du lieu, du territoire et de la culture des hommes qui l’habitent. Cette approche refuse cependant tout passéisme qui consiste à ne valider comme local que le traditionnel. Il s’agit bien de synthétiser, à chaque époque, les caractéristiques spatiales, paysagères, matérielles et culturelles d’un territoire spécifique. L’objectif est d’être capable de projeter l’àvenir en pleine connaissance des cultures constructives locales qui constituent un ensemble de ressources pouvant être comme un levier du développement local.

Le deuxième est celui du développement de cette architecture située dans un esprit d’économie entendu dans son sens étymologique grec (oikonomos) qui renvoie à « la bonne gestion de la maison » – en l’occurrence celle de chaque homme, mais aussi celle de la maison commune, notre planète. L’objectif affiché est de systématiquement chercher à concevoir des architectures capables de faire, dans tous les secteurs de la conception, « le mieux avec le moins », et notamment le plus d’impact spatial et social avec le moins de matière et d’énergie possible. L’objectif sociétal qui motive cette approche est bien sûr celui de contribuer à améliorer l’accès à un habitat durable et de qualité pour le plus grand nombre.

Le troisième est celui du développement de cette architecture située et économique avec un esprit pragmatique. Dans le domaine encore parfois subjectif du développement durable qui convoque autant les anticipations éclairées que les peurs ancestrales et leur lot de fantasmes apocalyptiques, l’approche scientifique raisonnée, nourrie des cultures constructives locales, reste une plateforme solide qui force l’esprit à s’appuyer sur des données objectives, tout en identifiant les jeux d’acteurs et les conflits d’intérêts qui sont à l’oeuvre dans le domaine de la production de l’habitat.

Le Laboratoire CRAterre

www.craterre.org

Depuis 1979, CRAterre, Centre international de la construction en terre, œuvre à la reconnaissance du matériau terre comme moyen de réponse aux défis liés à l’environnement, à la diversité culturelle et à la lutte contre la pauvreté. Dans cette perspective, CRAterre poursuit trois objectifs :

  • mieux utiliser les ressources locales, humaines, naturelles et matérielles ;
  • améliorer l’habitat et les conditions de vie ;
  • valoriser la diversité culturelle.

Équipe pluridisciplinaire et internationale, CRAterre est un Laboratoire de recherche de l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Grenoble et une Association, qui rassemblent chercheurs, professionnels et enseignants, et travaillent avec de nombreux partenaires à travers le monde dans les domaines du patrimoine, de l’habitat et de la science des matériaux, ce qui permet d’établir des liens innovants et des synergies entre recherche fondamentale, R&D, recherche-action de terrain, formation et diffusion des connaissances.

Démarche :

La démarche de projet de CRAterre se fonde sur une cohérence forte entre concepts, méthodes et objectifs en facilitant la participation active des parties prenantes (institutionnelles, professionnelles et communautaires). Cette approche lie de façon dynamique diagnostic, recherche, expérimentation et application. Elle renforce les compétences et valorise les coopérations scientifiques et universitaires ainsi qu’avec les acteurs professionnels et institutionnels.

Des capacités d’innovation :

L’analyse des « Cultures Constructives » permet à CRAterre de développer des filières de construction et des méthodes de projets adaptées aux contextes locaux. CRAterre a également mis au point des pédagogies innovantes allant de la connaissance de la matière jusqu’au chantier formation. Ses capacités d’innovation et d’intégration pluridisciplinaire sont reconnues et inspirent de nombreuses institutions de par le monde. A cet égard, des projets d’envergure, comme les Grands Ateliers, la Chaire UNESCO « Architectures de terre » et les projets régionaux développés en Afrique subsaharienne et en Asie centrale illustrent de manière exemplaire ce potentiel.

Action :

CRAterre déploie des activités dans trois domaines principaux :

  • la conservation et la gestion des patrimoines architecturaux en terre et autres matériaux locaux ;
  • la constitution des bases scientifiques et techniques pour la construction et l’architecture de terre et en matériaux locaux ;
  • les établissements humains, l’habitat et la cohésion sociale et territoriale en lien avec l’amélioration des conditions de vie.

Les activités sont menées en partenariat avec des organisations internationales, nationales et locales dans plus de 50 pays.

Le Laboratoire Cultures constructives

www.culturesconstructives-aecc.com

L’expression “cultures constructives” qualifie un regard sur l’architecture éclairé par les deux termes de « culture » et de « construction » renvoyant respectivement à la sphère anthropologique et au domaine technique, soit aux sociétés humaines, dans leur pluralité, leurs traditions, leurs représentations, et à l’univers des techniques. Suivant cette conception, dans le domaine de l’architecture, l’agir prime sur la forme. « Bâtir » : telle est la fonction qu’interrogent les cultures constructives. Pour une part majeure de son objet, le projet de bâtir rejoint celui d’« habiter », de s’établir.

Dès lors, les objets de la construction – matériaux, techniques, outillages requis, contrôle des ambiances, maintenance… – sont qualifiables dans leur dimension éthique, responsable : implantation, ressources, savoir-faire, environnement, consommation, recyclage.

A parts égales, l’intérêt du laboratoire Cultures constructives porte sur :

  • les modes d’habiter, d’utiliser, d’entretenir, de gérer, de faire évoluer le bâti ;
  • les matériaux employés, leur origine : extraction, transformation, livraison sur le chantier,
  • les techniques de mise en oeuvre, moyens, savoirs et savoir-faire déployés ;
  • les nécessités environnementales, énergétiques et thermiques telles qu’on sait les déterminer ;
  • l’organisation, le rôle et la valorisation des différents acteurs à ces diverses étapes.

La prise en compte de ces critères aide à mieux mesurer l’adaptation au contexte, aide à mieux évaluer l’impact économique et social du bâti. Elle aide à apprécier la possible valorisation des ressources locales, humaines, naturelles et matérielles. De tels critères permettent encore d’évaluer la façon dont la production de l’habitat contribue au bienêtre et au développement local et, au-delà, à l’effet d’entraînement qu’elle peut engendrer.

Partant de là, le concept de cultures constructives, au pluriel, permet de reconnaître la diversité des cultures qui se sont développées et qui continuent de se développer localement, leur intelligence, avec ou en dépit des conditions environnementales particulières qui les voit s’épanouir ou dépérir ; d’en tirer des leçons, y compris sur l’évolution qu’elles ont connues à différentes époques. Le recours aux « cultures constructives » permet d’envisager l’architecture, plus généralement la production architecturale, en mobilisant les ressources des territoires et en faisant des choix éclairés quant aux impacts sociaux, économiques et culturels à tous les stades du cycle de vie du bâti. Il permet de contrer certains effets pervers d’une mondialisation culturellement aliénante.

Deux projets transversaux : le LABEX AE&CC et le projet IDEFI amàco

La reconnaissance de AE&CC comme LABEX et le soutien accordé par l’Etat aux initiatives d’excellence en formations Innovantes (IDEFI) avec le projet amàco, dans le cadre des appels à projets du programme « Investissements d’avenir », confirment tout autant la qualité et pertinence du projet de l’Unité de recherche que son rayonnement et son attractivité académiques au plan national, européen et plus largement international.

LABEX AE&CC

https://aecc.hypotheses.org/

En avril 2011, AE&CC répondait à l’appel à projet LABEX lancé dans le cadre du programme gouvernemental des investissements d’avenir. Le projet présenté par AE&CC était alors sélectionnée parmi les cent premiers laboratoires d’excellence.

AE&CC est le seul LABEX porté par une Ecole Nationale Supérieure d’Architecture (ENSA) et, au-delà, du Ministère de la Culture. Le LABEX AE&CC fait partie des huit LABEX initiaux du site grenoblois, aujourd’hui « Université Grenoble Alpes ».

Le projet du LABEX AE&CC est fondé sur le projet scientifique de l’Unité de recherche et se focalise plus particulièrement sur les études relatives au patrimoine bâti, aux matériaux de construction, à l’habitat et aux établissements humains dans un environnement durable. Il vise à contribuer à la réflexion sur l’habitat et l’environnement durable focalisée sur l’usage des ressources des territoires (autant cognitives que pragmatiques). Depuis sa validation, le LABEX AE&CC a contribué au développement de plusieurs projets européens et soutenus par l’ANR (projets VerSus, Repar’H, entres autres). AE&CC porte une ambition de développement des formations à l’international (avec le portage de la chaire UNESCO « Architectures de terre, cultures constructives et développement durable » que pilote le laboratoire CRAterre) et une ambition de valorisation (publications, séminaires, colloques et conférences, expositions, matériel didactique audiovisuel, etc.).

IDEFI amàco (atelier matières à construire)

www.amaco.org / www.lesgrandsateliers.org

En fin de cette même année 2011, le laboratoire CRAterre, répond à l’appel à projets initiatives d’excellence en formations innovantes (IDEFI) avec le projet amàco (atelier matières à construire) qui sera lui aussi sélectionné et lancé en septembre 2012. Porté par les Grands Ateliers, en responsabilité de l’ENSAG, son Unité de recherche AE&CC et son Laboratoire CRAterre, le projet amàco est développé en partenariat avec l’ESPCI ParisTech (Ecole Supérieure de Physique et Chimie Industrielles) et le laboratoire MATEIS (Matériaux : Ingénierie et Science), de l’INSA de Lyon (Institut National des Sciences Appliquées). Amàco est un centre de ressources pédagogiques qui vise à rendre visibles les comportements physico-chimiques des matières naturelles les plus communes telles que le sable, l’eau, la terre, le bois, la pierre, les fibres, etc. Le projet a pour objectif de faire connaître et comprendre leurs applications pmossibles dans la construction afin de contribuer à l’émergence de pratiques éco-responsables ou les renforcer. Amàco est fondé sur la pédagogie de l’atelier et de l’expérimentation. Il s’agit avant tout d’apprendre et de comprendre avec les mains, avec le corps. Le projet fait également appel à l’esthétique et à l’émotion pour aiguiser la curiosité, favoriser l’ouverture d’esprit et le plaisir d’apprendre. Cette démarche d’apprentissage est pleinement ouverte vers l’évolution des pensées scientifiques et artistiques d’aujourd’hui et fait appel à des intelligences multiples et complémentaires.

 

Projet scientifique 2016-2020

projet scientifique 2016-2020

Stratégie et perspectives scientifiques pour le futur contrat

Les réunions thématiques de ces deux dernières années au sein de chacun des deux laboratoires et en séances de travail transversal, renforcées par les réunions, par deux fois, en 2011 et en 2013 du Conseil scientifique international de l’unité de recherche LABEX AE&CC ont permis de dégager quelques grandes directions et des points saillants pour la prospective et l’orientation du projet scientifique 2016-2020 (mise en œuvre engageable dès 2015, en fait).

Grandes directions du projet pour le prochain quadriennal

  • Progresser et avancer dans une définition matricielle croisant les trois axes de recherche principaux (Patrimoine, Matériaux et Habitat), en systématisant la dimension « transition énergétique » et en intégrant l’axe émergeant de la didactique du projet et les activités effectives de l’équipe (formation de base, formation de formateurs, recherche et valorisation).
  • Maintenir le cap des questionnements de recherche fondateurs en visant une clarification et une explicitation plus élaborée pour renforcer les positions, mieux établir une visibilité et permettre ainsi une meilleure compréhension des objectifs de l’Unité de recherche par un nombre élargi de personnes.
  • Maintenir et développer la démarche originale de l’expérimentation et de la R&D au travers de la mise en situation de pratiques opérationnelles et de l’application sur le terrain en lien avec divers partenaires. Mieux se placer, ainsi, dans la mouvance de la « recherche intégrée » qui apparaît aujourd’hui comme porteuse d’un immense potentiel quand on veut mesurer l’intérêt de travaux de recherche à l’aune des enjeux sociétaux et des apports directs pour l’évolution de la société.
  • Consolider plus avant le lien entre recherche et enseignement (au niveau Master notamment) et développer l’axe de la formation de formateurs dans le domaine d’étude qui est propre à l’Unité de Recherche. Répondre plus concrètement au besoin de former des enseignants et chercheurs aux méthodes et aux techniques que prône et défend AE&CC. L’utilisation des TICE doit supporter ce mouvement.

Points saillants du projet pour le prochain quadriennal

Poursuivre les efforts de clarification pour ce qui constitue la spécificité, le positionnement, le coeur de métier d’AE&CC et de ses deux laboratoires, tout en montrant bien les liens que nous tenons à maintenir avec d’autres secteurs de recherche et d’application avec nos partenaires privilégiés.

  • Mieux se positionner dans la mouvance des approches « territoires » pour lesquelles il y a de plus en plus de demandes et qui apparaissent fortement porteuses pour l’avenir.
  • Donner plus de centralité à l’axe « Patrimoine » à ne considérer pas seulement comme un ensemble fragile à protéger mais comme une source de connaissance, d’autant plus importante qu’il est le seul document de savoirs et savoir-faire testés sur la durée, mais qui n’ont (presque) jamais fait l’objet de descriptions et encore moins de manuels ou d’enseignements formels.
  • Créer un pôle de formation et de recherche à l’échelle européenne. La création d’un Master européen dont AE&CC assurerait le leadership en partenariat avec des établissements polytechniques européens semble la meilleure piste à suivre. Trouver les partenariats avec des écoles françaises et européennes partageant les mêmes objectifs ou apportant une approche complémentaire.
  • Développer la formation de formateurs comme un axe fort du pôle spécialisé défini ci-dessus, afin de diffuser largement les options théoriques d’AE&CC et son approche méthodologique, avec ses différentes déclinaisons. S’appuyer sur les nouvelles méthodes et outils tels que le e-learning. Dans cette perspective, comme on l’a précisé par avant, l’Unité devra concrétiser le renforcement de ses capacités internes en termes d’encadrement de thèses (HDR).
  • Développer la valorisation et diffusion grâce aux outils multimédias du type vidéo. Créer la revue AE&CC permettant la valorisation au niveau international. Développer le site internet d’AE&CC en rendant disponibles l’ensemble des informations sur l’Unité de Recherche.
  • Créer une structure et les outils de gestion administrative et financière en cohérence et adéquation avec les objectifs d’une recherche intégrée qui nous permettront d’assurer de façon durable et dynamique la conduite de recherches et de formations par la recherche, dans le cadre de pratiques opérationnelles sur le terrain ou en lien très proche avec celles-ci (contributions, assistance, diagnostics, conseil).

Les possibilités liées au contexte

  • L’Unité de recherche entend renforcer les collaborations scientifiques qui ont été engagées et développées au cours du dernier contrat pluriannuel, notamment avec l’Institut National de l’Energie Solaire (INES), avec l’UMR 5194 PACTE Territoires dans le cadre du Pôle SHS 1 « Gouvernance, Territoires et Développement Durable », sur l’axe transversal transformant EnSo (Environnement et Société), et sur des objets de recherche et d’études transversaux aux thématiques Habitat, ville et territoire. Mais aussi avec les laboratoires LTHE et 3SR de l’Université Joseph Fourier (UJF) sur le thème matériaux ainsi que sur les situations de risques naturels et résilience (sismique notamment). Au niveau national, les partenariats existants avec l’INSA de Lyon, l’ESPCI ParisTech et Les Grands Ateliers seront poursuivis, voire amplifiés. Un rapprochement avec le LRMH (Laboratoire de Recherche sur les Monuments Historiques), sur des thématiques de recherche transversales aux thèmes patrimoine et matériaux offre de nouvelles perspectives. Ce rapprochement a été engagé au cours de la précédente période et doit être renforcé.
  • D’autre part, l’intégration de l’Unité de recherche AE&CC, avec les autres laboratoires de recherche de l’ENSAG est déjà effective dans sa participation aux pôles de Recherche de la ComuE Grenoble Alpes mis en place à la rentrée 2014 et qui ont fait l’objet d’assises en avril 2014. AE&CC et les autres laboratoires de l’ENSAG sont inscrits en premier lieu dans le pôle «Sciences Juridiques, Politiques, Economiques, du Territoire, Sociologie et Gestion» et de manière secondaire dans le pôle «Arts, Lettres, Langues, Sciences humaines, cognitives et sociales».
  • AE&CC doit ambitionner de devenir leader d’un consortium européen d’équipe ou de laboratoires partageant les mêmes questions de recherche en apportant des angles d’approche complémentaires permettant de renforcer les transversalités thématiques. Les développements récents des deux projets européens « Terra Incognita » et « VerSus », ont renforcé le partenariat scientifique entre plusieurs écoles et universités de la région méditerranéenne, dans le cadre des activités de la Chaire UNESCO (avec l’ESG du Portugal, l’UNIFI de Florence et l’UNICA de Cagliari en Italie, et l’Université Polytechnique de Valencia, en Espagne). Cette plateforme scientifique est en mesure de viser la mise en place d’un Master, voire d’un doctorat européen (type Mundus). Une telle évolution devra s’appuyer sur l’utilisation d’outils contemporains du type e-learning pour être au fait des méthodes innovantes d’enseignement, de formation par la recherche et de formation continue qui permettront de diffuser plus largement les connaissances issues des travaux de l’unité de recherche et de ses partenaires.
  • L’Unité de recherche est de plus en plus sollicitée par des partenaires industriels (Lafarge, Vicat, Groupe CB, CEMEX, etc.) ouvrant des pistes de collaborations scientifiques et des co-financements de thèses. De même, les demandes croissantes des collectivités territoriales vont renforcer les interactions avec l’environnement social, économique et culturel.

Evolution du projet scientifique

L’importance prise par les préoccupations liées à la transition énergétique donne à la fois une nouvelle légitimité aux programmes de recherche et ouvre de nouvelles perspectives. Elle conforte et amplifie les transversalités entre les deux laboratoires de l’U.R.
La structure générale du projet scientifique conservera les trois grands thèmes, Patrimoine, Matériaux et Habitat. Toutefois, pour le prochain contrat pluriannuel 2016-2020, le projet scientifique de l’Unité de recherche AE&CC vise à renforcer les transversalités entre les trois axes thématiques et les approches pluri et transdisciplinaires (sciences de la matière, sciences et techniques de la construction, Energétique, Sciences humaines et sociales), notamment sur les thématiques suivantes :

  • Histoire des cultures constructives ;
  • Archéologie et conservation ;
  • Patrimoine mondial ;
  • Patrimoine et développement local ;
  • Compréhension de la matière ;
  • Matières sensibles ;
  • Dessin-chantier ;
  • Ressources des territoires et développement local ;
  • Construire et habiter écoresponsable ;
  • Production du bâti et développement social ;
  • Habitat coopératif ;
  • Habitat en situations de risque.

Evolutions prévues sur l’axe Patrimoine:

Dans la continuité des efforts de recherche menés ces dernières années, le programme Patrimoine se structure dans des logiques à la fois locales et globales.
En effet, le terrain qu’offre la région Rhône-Alpes favorise à la fois des recherches sur l’architecture de terre (plus d’un million d’édifices bâtis aux 19e et 20e siècles) et sur l’utilisation du ciment (Grenoble est un des berceaux de la création du ciment par Vicat), les deux apparaissant d’ailleurs extrêmement liés puisque l’utilisation du béton banché a connu ses premières utilisations en continuité du banchage du pisé de terre. Les particuliers et les collectivités locales sont aujourd’hui particulièrement attentifs à la conservation de ces patrimoines avec un enjeu particulier, celui de l’amélioration énergétique tout en conservant l’identité patrimoniale.
D’un autre côté, CRAterre, en tant que partenaires privilégié de l’ICCROM (depuis la fin des années 80) puis de l’UNESCO (années 90) est un des organismes les plus reconnus en matière de conservation et de gestion du patrimoine. Son expertise qui s’exprime régulièrement sur de nombreux biens du patrimoine mondial, permet à AE&CC d’être au tout premier plan au niveau international aux côtés de ces organismes prestigieux.
C’est dans ce cadre que depuis une quinzaine d’années des efforts particuliers ont été développés sur les spécificités des sites archéologiques bâtis en terre. Malgré des avancées, cette question reste encore problématique, des points de vue technique, mais aussi éthique, et de respect de l’authenticité. Des enjeux disciplinaires différents (archéologie, conservation des sites, tourisme culturel) doivent être mieux articulés. Des efforts particuliers seront menés par l’unité de recherche en ce domaine dans les prochaines années en vue de définir des pratiques adaptées en matière de conservation préventive à exécuter simultanément avec les fouilles archéologiques tout en envisageant leur diffusion dans les programmes de formation des archéologues.
Internationalement aussi, les collectivités territoriales qui se développent partout dans le monde dans un processus de décentralisation largement poussé, notamment par l’Union Européenne, font que les besoins sont énormes en matière de pratiques locales de conservation et mise en valeur des patrimoines au profit du développement local des territoires. Au-delà des aspects techniques, ce sont de nouvelles pratiques et de nouveaux mécanismes qui doivent être définis et mis en place.

Le thème Patrimoine sera plus ramassé et restructuré en trois sous-thématiques :

  • Archéologie et conservation ;
  • Patrimoine et développement local ;
  • Patrimoine mondial.

Archéologie et conservation :

L’évolution de cette thématique, à l’interface des enjeux de la recherche archéologique et de la conservation architecturale a donné lieu au cours de 2014 à l’organisation d’un séminaire international en vue de mieux articuler ces enjeux différents, encore souvent opposés, et pour fédérer la définition de voies de recherche transversales conjointement validées. Un doctorat développant ce sujet est d’ores et déjà engagé (David GANDREAU) qui prend appui sur l’analyse d’un corpus de sites en diverses régions du monde. Plus concrètement, cette orientation de la thématique, qui sera renforcée au cours du prochain exercice pluriannuel, vise la définition de méthodes, de stratégies interdisciplinaires et d’outils techniques de conservation préventive et de mise en valeur des sites archéologiques qui ménagent les intérêts réciproques des disciplines confrontées sur les sites lors de campagnes qui associent les fouilles, leur documentation et la protection des vestiges mis au jour. Ces méthodes et stratégies interdisciplinaires seront expérimentées pour des sites sélectionnés sur lesquels les chercheurs de l’unité de recherche sont actuellement investis dans le cadre du programme de missions d’expertises réalisées à la demande du Centre du Patrimoine Mondial de l’UNESCO et de diverses institutions culturelles nationales.
Par ailleurs, l’expérience de conservation et valorisation des sites archéologiques en terre développée au cours de ces dernières années permet désormais de publier un ouvrage sur les techniques de conservation des sites archéologiques. Cet ouvrage qui privilégiera la conservation préventive associera la collaboration de partenaires privilégiés de l’unité de recherche, dont l’ICCROM, le Getty Conservation Institute et le World Monument Watch. Cette publication sera associée à une exposition.

Patrimoine et développement local :

Les actions associées à la promotion de politiques de prise en compte du patrimoine dans le développement local, menées en lien avec l’AIMF (Association Internationale des Maires Francophones) et les communes de pays africains, sous pilotage de notre chercheur associée Bakonirina RAKOTOMAMONJY, seront prolongées. Ces actions visent à renforcer les collectivités territoriales et le réseau de formateurs mais aussi à créer un réseau de compétences des différents acteurs investis sur ces questions articulant patrimoine et développement local. En continuité de ces deux dernières années, il s’agit de suivre et d’évaluer les conditions d’appropriation du guide (références théoriques et outils pédagogiques) qui a été produit à l’attention des collectivités locales africaines afin de promouvoir cet interface dynamique entre patrimoine et politique de développement local en lien direct avec des projets constituant des chantiers écoles.
Dans le contexte régional de Rhône-Alpes et en rapport avec la réhabilitation du patrimoine bâti ancien en pisé, au regard de l’amélioration de la performance énergétique (objectif BBC de 50 kWh/m2/an), une recherche visera à mieux connaître les acteurs impliqués (institutionnels et professionnels) et les actions qu’ils développent. Dans un premier temps l’objectif est de proposer des pistes d’actions concrètes au niveau régional pour répondre aux besoins d’information et de formation identifiés par les acteurs (décideurs, formateurs, artisans, collectivités, habitants) et de réfléchir à leur mise en oeuvre en plan d’action sur le territoire. Simultanément, un sujet de recherche doctorale sur ces enjeux de la réhabilitation du bâti ancien en pisé, au regard de la transition énergétique, en transversalité des trois axes patrimoine, matériaux et habitat est en cours de définition (Léa GENIS). Il s’agit de mieux analyser la place et le rôle des ressources locales en savoirs et savoir-faire dans les pratiques de réhabilitation afin d’évaluer quels sont les modes de constitution de systèmes de savoirs et de savoir-faire, de validation de l’expertise (entreprises revendiquant leur « spécialisation ») et de son transfert vers un plus large public, notamment vers les usagers (habitants) qui sont eux aussi en mesure d’agir sur la réhabilitation de leur patrimoine. Ce doctorat sera engagé dès la rentrée 2014-2015.
D’autres actions de valorisation du patrimoine seront menées au plan local, à Grenoble, avec un projet actuellement en cours d’élaboration de restauration de la Tour Perret. Ce projet mené en association des deux laboratoires d’AE&CC, qui retient l’intérêt de la municipalité, sera développé en lien avec le LRMH (Laboratoire de Recherche des Monuments Historiques) et avec l’appui du groupe cimentier Vicat. Parallèlement, le laboratoire Cultures constructives lance une recherche sur l’histoire des bétons.

Patrimoine mondial (UNESCO)

Les prochaines années, à l’horizon 2020, vont concrétiser plus avant la mise en oeuvre du programme WHEAP (World Heritage Earthen Architecture Programme) que CRAterre a défini avec le Centre du Patrimoine Mondial de l’UNESCO en lien avec le Comité scientifique international d’ICOMOS spécialisé sur la conservation des architectures de terre, ISCEAH (www.isceah.icomos.org). Au sein de l’unité de recherche, ce programme est piloté par Thierry JOFFROY. Le colloque organisé à l’UNESCO en décembre 2012 (actes édités par CRAterre avec l’UNESCO) a donné une nouvelle impulsion internationale au programme. Parmi les préoccupations importantes se situe la question du changement climatique (risques d’inondations) qui constitue un risque majeur pour le patrimoine architectural historique et archéologique en terre. L’approche qui est développée privilégie la préparation aux risques, soit la diffusion de pratiques de conservation préventive. Les principaux objectifs de ce programme visent la mise au point et la diffusion d’approches, de méthodes et de techniques adaptées permettant d’améliorer la durabilité des interventions de conservation des différents sites du patrimoine mondial en terre et ceux inscrits sur les listes indicatives des Etats membres de la convention du patrimoine mondial.
Ces actions sont menées à partir de projets pilotes sur une sélection de sites du patrimoine mondial. Ces projets associent des actions de recherche en transversalité avec le thème Matériaux (réhabilitation des techniques traditionnelle de stabilisation de la matière terre, monitoring des migrations d’humidité, expérimentations sur des pratiques innovantes de protection et conservation du bâti en terre).
Un des projets phares du thème patrimoine sera celui qui vient d’être lancé à l’invitation de la précédente ministre de la culture, Mme Aurélie FILIPETTI, en lien avec l’UNESCO pour la restauration et reconstruction des mausolées et mosquées qui ont été détruits ou affectés par l’occupation des régions nord du Mali (à Tombouctou, notamment). Les coopérations engagées au cours de ces deux dernières années avec la Chine, tant avec la China Academy of Arts de Hangzhou (Prof. WANG Shu, Prytzker Architecture Prize 2012), qu’avec l’Institut Technologique de Xi’an (Prof. MU Jun), au-delà de la valorisation des ressources locales de la terre crue pour l’habitat, pourraient intégrer les préoccupations de conservation des patrimoines architecturaux en terre vernaculaires de Chine qui constituent un nouveau centre d’intérêt pour les autorités chinoises dans le cadre d’une politique de promotion du tourisme culturel. La collaboration de CRAterre à l’organisation en Chine d’une deuxième conférence régionale sur les architectures de terre en Asie (la première conférence TerrAsia 2011 avait été organisée par CRAterre en octobre 2011 en Corée du Sud avec l’Université de Mokpo), en lien avec ces partenaires, est actuellement en discussion et prévue à l’horizon 2017. L’observatoire de la Chine Contemporaine de la Cité de l’Architecture et du Patrimoine sera associé à cet événement régional. Cette conférence abordera les architectures de terre en transversalité des trois thèmes Patrimoine, Matériaux et Habitat. Une autre action transversale au thème Patrimoine et en lien avec les deux autres thèmes Matériaux et Habitat est d’ores et déjà lancée avec l’organisation du 12ème Congrès mondial sur les architectures de terre, TERRA 2016, qui se tiendra à Lyon en juillet de cette année 2016. Dans le cadre de ce congrès plusieurs actions sont prévues : festival autour des architectures de terre avant le congrès, nouvelle édition actualisée du « Traité de construction en terre », Exposition Archéologie et conservation, exposition « Ma Terre pour construire demain » (actualisée) au musée des Confluences de Lyon, exposition sur François Cointeraux, pionnier du nouveau pisé en région Rhône-Alpes au Musée Gadagne de Lyon (cette action associe l’Institut National d’Histoire de l’Art (prof. Jean-Philippe GARIC) et l’Université de Lyon II (prof. Laurent BARIDON) avec lesquels un colloque international a été précédemment organisé en 2012.

Evolutions prévues sur le thème Matériaux

Les recherches du thème matériau visent le développement de filières de construction valorisant l’emploi des matériaux qui sont juste sous nos pieds ou à portée de main, tels que la terre ou les fibres végétales, par une meilleure compréhension de leurs comportements physiques, par la valorisation des potentiels de ces matières en termes d’art et de design, et enfin par un meilleur accompagnement technique et architectural des applications de terrain.
Ce thème matériau, jusqu’à présent structuré en deux sous-thématiques « histoire des cultures constructives » et « recherche fondamentale sur matière/matériau » sera réorganisé en trois sous-thématiques. « Histoire des cultures constructives » – dont les activités de recherche concernent à la fois le patrimoine, le matériau et l’habitat – sera désormais transversal au trois thèmes. « Recherche fondamentale sur matière/matériau » sera renommé « compréhension de la matière ». Une autre sous-thématique, dont les activités sont actuellement en plein essor, en lien avec la demande opérationnelle de terrain, s’intitulera « dessin-chantier ». Enfin, une nouvelle sous-thématique en émergence, mais dont l’équipe souhaite dans les années suivantes consolider les activités, s’intitulera « matière sensible ».

Première sous-thématique : compréhension de la matière

La sous-thématique « Compréhension de la matière » s’organise autour de cinq « matières » : matière en grains, matière en fibres, matière molle, matière liante et matière eau. Ces cinq matières renvoient toutes au matériau terre, qui est une matière faite de grains agglomérés par un liant (l’argile), qui se présente pendant la mise en oeuvre sous la forme d’une matière molle (pâte ou boue), parfois mélangée à des fibres (paille, herbes), et dans lequel l’eau joue un rôle essentiel. Elles renvoient pour les mêmes raisons au béton, dont le liant est le ciment au lieu de l’argile. Ce découpage en cinq matières permet donc à la fois de mieux comprendre le matériau terre, tout en permettant d’élargir cette compréhension à d’autres matériaux, tels que le béton ou les fibres végétales, favorisant ainsi le transfert de connaissances et de technologies entre filières de matériaux habituellement séparées dans l’enseignement et dans l’industrie. Les travaux de recherche sont ici fortement connectés au contenu pédagogique de l’Idefi amàco. Pour chaque matière, il s’agira de réaliser un état de l’art des connaissances actuelles, de les illustrer par des expériences simples et de faire ressortir les grands questionnements scientifiques du moment, pour les approfondir par des travaux de thèse. Cette démarche, centrée sur l’expérimentation, privilégie le lien entre formation innovante et recherche, notamment pour catalyser l’innovation technologique.

  • Matière en grains
    La physique des granulaires secs et des granulaires humides a été abordée dans le passé à travers l’atelier pédagogique « Grains de Bâtisseurs », dont sont issus l’exposition « Ma Terre Première – pour construire demain », co-conçue avec la Cité des Sciences et de l’Industrie, et le livre « Bâtir en terre » (éd. Belin, 2009). Ce projet pédagogique est à l’origine du projet de recherche « Béton d’Argile Environnemental ». Cette approche sera approfondie notamment en vue d’une optimisation de l’empilement granulaire pour réaliser des bétons d’argile encore plus fluides, plus compacts et plus résistants. L’influence de la forme et de la rugosité des grains sera également étudiée.
  • Matière molle
    La physique de la matière molle sera l’occasion de revisiter la physique des colloïdes qui gouverne le comportement de la fraction la plus fine de la terre, constituée majoritairement d’argiles et d’oxydes. Les propriétés du matériau humide, à l’état de pâte, dont les propriétés rhéologiques, seront étudiées. Dans le prolongement du projet « Béton d’Argile Environnemental », l’équipe cherchera des solutions techniques d’une part pour fluidifier le liant au moment de la mise en oeuvre à l’aide de dispersants naturels et d’autre part pour « solidifier » ce liant sans séchage après coulage par coagulation des particules colloïdales naturellement présentes dans la terre, pour pouvoir décoffrer rapidement le béton d’argile encore humide. Cette solidification du liant, si elle était atteinte, constituerait une révolution technologique. Il a été montré précédemment que l’amélioration de la fluidité des bétons d’argile s’accompagne d’une amélioration de la cohésion du liant après séchage. Les techniques qui seront testées découleront d’un transfert de technologie de l’industrie du béton de ciment et/ou des céramiques vers le matériau terre.
  • Matière liante
    La matière liante fait référence aux poudres minérales qui, mélangées à l’eau, forment des pâtes capables de durcir et d’agglomérer des grains ou des fibres. Un état de l’art des connaissances sera réalisé sur les mécanismes de prises des liants minéraux tels que le ciment portland, le ciment prompt, la chaux hydraulique, la chaux aérienne, le plâtre, le béton romain, les géopolymères et la terre stabilisée à la chaux. L’enjeu technologique sera de chercher une solution simple et efficace pour provoquer un durcissement du liant argileux. Le cas de terres naturelles spéciales, tels que les plinthites, décrites par les pédologues comme des horizons de sols meubles capables de durcir de manière irréversible au contact de l’air, fera l’objet d’une recherche spécifique. Une autre piste, concernant l’ajout de molécules d’origine végétale ou animale pour améliorer certaines des qualités de la terre, sera explorée, dans le prolongement du projet « Paterre + » (programme PNRCC). L’amélioration de la cohésion des terres silteuses sera également abordée.
  • Matière eau
    L’eau interagit avec tous les matériaux de construction à tous les stades du cycle de vie du bâtiment. Il s’agit donc d’un élément central pour comprendre le comportement des matériaux. Le champ d’investigation, qui est immense, sera limité aux phénomènes de condensation et d’évaporation de l’eau dans les pores des matériaux et à leurs conséquences sur les pathologies, les dynamiques de séchage et le confort hygrothermique. En termes d’applications, l’équipe cherchera à produire des matériaux à changements de phase innovants, dont le liant principal sera l’argile, qui utilisent la chaleur latente de condensation et d’évaporation de l’eau pour conférer de l’inertie thermique à l’habitat. En partenariat avec le LRMH, et dans la suite du PNRCC, des techniques de validation de la compatibilité d’enduits sur support ancien seront mises au point, au regard de la perméabilité à la vapeur d’eau, afin d’éviter les phénomènes de condensation aux interfaces entre matériaux différents. L’équipe cherchera aussi des solutions techniques pour accélérer le séchage du matériau terre, qui constitue souvent un frein sur les chantiers de construction en terre.
  • Matière en fibres
    Avec la matière en fibres, un nouveau programme pédagogique intitulé « Fibres de Bâtisseurs » sera conçu, accompagné d’un ouvrage « Bâtir en fibres végétales – du brin d’herbe à l’architecture ». Un inventaire des architectures vernaculaires et contemporaines, ainsi qu’une veille technologique sur les écomatériaux biosourcés est actuellement en cours. Cet inventaire s’accompagnera d’un état de l’art sur les comportements physico-chimiques des fibres : frottement et enchevêtrement, empilement de fibres et empilement de mélange grains/fibres, gonflement et retrait hydrique, influence des fibres sur la rhéologie des pâtes, interactions ciment/fibres, propriétés et traitement de surface des fibres végétales, etc. L’équipe cherchera à développer des matériaux innovants à travers trois fonctions que ces fibres peuvent présenter : isoler, fibrer, armer. Ces activités s’appuieront pour commencer sur un projet de valorisation (PNUD/Ministère de l’environnement) d’une plante invasive dans la perspective de l’amélioration de l’efficacité énergétique du bâtiment au Sénégal, le Typha. Les matériaux produits seront soit des isolants exclusivement ou majoritairement constitués de fibres végétales, soit des composites terre et fibres à grande inertie thermique. Des projets de recherche seront montés pour valoriser d’autres plantes invasives présentes sur le territoire français (renouée du Japon ou algues de Bretagne par exemple).

Deuxième sous-thématique : matières sensibles

L’architecture, faite de matériaux, entretient des rapports sensibles avec les individus. La sous-thématique « matière sensible » s’intéresse aux liens entre poétique des matériaux, design et architecture, en lien avec l’émergence de cultures constructives contemporaines de la terre crue.

  • Art et matière
    De tous les matériaux de l’architecture vernaculaire, la terre est sans aucun doute celui qui a la charge symbolique la plus forte. De nombreux artistes contemporains (Koïchi Kurita, Anne Ausloos, Andy Goldsworthy, Ulrike Arnold, Alexandra Engelfriet, Miquel Barcelo et Josef Nadj) s’intéressent à ce matériau pour son expressivité propre, faite de textures, de couleurs, de fissures, de déformation plastique, de coulures, etc. A partir du travail de ces artistes et de leurs pensées, selon la dimension phénoménologique, il s’agira ici d’explorer et d’expérimenter cette expressivité de la matière terre, l’imaginaire auquel elle renvoie.
  • Brique de terre crue
    Grâce au sculpteur et céramiste autrichien Martin Rauch, la technique et la texture particulière du pisé prennent une dimension symbolique. Le mur a l’aspect d’une roche sédimentaire et devient une métaphore du cycle géologique de la matière minérale. Désormais, dans le champ de la construction en terre, le pisé s’impose dans l’architecture contemporaine, devant toutes les autres techniques. Pourtant, en termes de design et d’architecture contemporaine, le torchis, la bauge ou la brique de terre crue ont-ils moins de potentiel ? Ces techniques sont-elles moins « nobles » ? Il s’agira ici d’explorer le potentiel de la brique de terre crue pour le design et l’architecture contemporaine. L’enjeu social de cette exploration est la réactualisation de la brique de terre, plus accessible que le pisé, au Nord comme au Sud.

Troisième sous-thématique : Dessin-chantier

La sous-thématique « dessin-chantier » se positionne à l’interface entre laboratoire et applications de terrain, pour favoriser le transfert de connaissances et de techniques du laboratoire au terrain et inversement. Son ambition est de construire un cadre scientifique, technique et architectural pour faciliter et accompagner la réalisation des projets de construction en terre et autres matériaux locaux, en lien avec la demande sociale.

  • Règles de l’art et cadres normatifs
    Sur la base d’une veille technologique par techniques de construction en terre (adobe, pisé, BTC, enduits, etc.), des ouvrages techniques et d’architecture seront produits pour diffuser les bases scientifiques, techniques et de conception architecturale de la construction en terre crue vers les professionnels. Certaines techniques seront optimisées, en termes d’outils de production et d’organisation de chantier, pour réduire les coûts de mise en oeuvre. Ce corpus de savoirs et savoir-faire servira au développement de cadres normatifs en France et à l’étranger.
  • Assistance projets
    Afin de mieux répondre à la demande de terrain en termes d’accompagnement technique et architectural, une méthodologie sera mise au point pour faciliter la réalisation des projets de construction en terre et autres matériaux locaux. Ces outils concerneront tout le cycle de construction : aide à la décision pour le choix des matières premières et des matériaux, identification des matières premières et recherche de carrières, analyses sur site et en laboratoire des matières premières, caractérisation mécanique et thermique des matériaux de construction, mise en place de filières de production de matériaux, aide à la conception architecturale, assistance entreprise et maitrise d’oeuvre.
  • Chantiers pilotes
    Certaines recherches développées dans le cadre des thématiques « comprendre la matière » et « matière sensible » seront formalisées par des chantiers pilotes ou des prototypes, afin de tester les solutions de laboratoires ou d’ateliers à l’échelle 1.

 

Evolutions prévues sur le thème Habitat

Les objectifs scientifiques du thème Habitat couvrent trois principales directions :

  • Contribuer au développement de recherches transversales rapprochant les sciences humaines et sociales et les sciences de l’ingénieur pour contribuer au développement d’un milieu de vie écoresponsable, notamment pour la mise en oeuvre de la spatialisation énergétique, aux échelles du construit, de l’architecture, de la ville et du territoire. Ces recherches articulent, en approche pluridisciplinaire, les questions de la qualité spatiale, constructive, architecturale et urbaine, l’économie de matière et des matériaux, des ressources et énergies non renouvelables, l’utilisation optimale des ressources des territoires pour le développement local des sociétés (aux plans environnemental, économique, social et culturel), au nord comme au sud.
  • Contribuer – par des activités de R&D et par l’expérimentation convoquant le faisceau de compétences de l’unité de recherche (architecture, ingénierie, énergétique, histoire, ethnologie, sciences des matériaux), l’association de qualifications extérieures (partenariats industriels et d’entreprises) – à l’innovation constructive et architecturale pour plus de frugalité (faire mieux avec moins), en développant l’expérimentation sur prototypes construits, évalués et validés.
  • Développer en réseau régional, national et international (scientifique et professionnel) des recherches sur les cultures constructives locales du risque (aléas naturels, séismes, inondations) pour apporter des réponses à l’habitat qui soient « situées » et accessibles au plan économique et social en situation de reconstruction postcatastrophes et pour la résilience du cadre bâti et des populations sinistrées. Développer des méthodes, stratégies et outils techniques permettant de mieux anticiper sur les aléas (approche préventive par la sensibilisation et la formation) et pour une meilleure gestion de la post-urgence dans la perspective d’une nouvelle impulsion pour la reconstruction et le développement local. Une attention particulière est accordée à « l’évolution » des cultures constructives plutôt qu’à l’innovation qui tend à s’y substituer.

Le développement de ces objectifs scientifiques du thème Habitat prend place dans le cadre de partenariats avec des ONG(s) internationales avec lesquelles l’unité de recherche entretient des relations privilégiées (Misereor, Caritas, FICR, URD, Fondation Abbé Pierre), et de réponses à des appels à projets régionaux (ARC de la Région Rhône-Alpes), nationaux (ANR), européens (FP8 et Horizon 2020) vis-à-vis desquels l’Unité de recherche adopte une posture de vigilance proactive pour y répondre (voir en fin de ce dossier).

Au cours du prochain exercice pluriannuel, le thème Habitat qui comptait deux sous-thématiques sera plus ramassé et restructuré en trois sous-thématiques :

  • ressources des territoires et développement local ;
  • construire et habiter écoresponsable ;
  • valorisation des cultures constructives du risque.

Ces trois sous-thématiques développent des actions de recherche qui intègrent davantage de transversalité entre les trois thèmes Patrimoine, Matériaux et Habitat sous l’angle de la valorisation des cultures constructives des territoires (matériaux, savoirs et savoir-faire locaux, leçons des patrimoines architecturaux vernaculaires d’habitat). Voici quelques-uns des projets majeurs qui seront développés.

Première sous-thématique : Ressources des territoires et développement local

  • Les actions de projets de développement local visant l’amélioration des conditions d’habitat et des infrastructures publiques (scolaires notamment), qui valorisent l’emploi des ressources des territoires (matériaux locaux et cultures constructives), menées par CRAterre en lien avec un partenariat d’ONG(s) (précédemment identifiées) vont davantage privilégier la formation de formateurs et la mise en place de référentiels des métiers afin d’appuyer le développement des filières courtes locales. Les résultats du projet européen « Pirate » (18 pays concernés) sur cette question de la validation des compétences pour un large panel de métiers de la construction en terre sont en mesure d’inspirer des démarches similaires en d’autres contextes (pays du sud). Une ouverture a été ménagée au cours de ces deux dernières années sur l’Amérique latine, notamment en Colombie avec l’appui de la plateforme nationale de la Chaire UNESCO Architecture de terre. Cette ouverture permet d’envisager la mise en place d’actions de formation de formateurs, autant en milieu universitaire (à l’Université Nationale de Bogota et à l’Université Pontificale Bolivarienne de Medellin) que dans le milieu professionnel : une convention est en cours de signature avec le SENA (Servicio Nacional de Aprendizaje), organisme national équivalent de nos AFPA pour promouvoir la filière de construction en blocs de terre comprimée par la formation professionnelle.
  • Le projet « Rating tool for sustainable houses », qui a été développé dans le cadre du « Global Network for Sustainable Housing » (GNSH) en lien avec UN-Habitat et présenté au World Urban Forum de Colombie (avril 2014), sera poursuivi pour diffuser la méthode « Sherpa » (Sustainable Housing Evaluation & Rating Participation Approach) à partir d’un guide d’utilisation. Dans un deuxième temps, il donnera lieu à des tests d’utilisation de la méthode sur des projets pilotes afin de vérifier sa pertinence et son efficacité. En lien avec les partenaires du projet, CRAterre développera un programme de séminaires scientifiques visant à définir les « voies prioritaires de la recherche » dans le domaine de la production d’un habitat économique pour la résorption de l’habitat précaire valorisant l’emploi des ressources locales des territoires.
  • Un projet de recherche abordera la question de la production de « normes » destinées à valoriser les cultures constructives locales, notamment dans le cadre de la réalisation de programmes de constructions scolaires, en République Démocratique du Congo (normes PARSE, Projet d’Appui au Redressement du Secteur de l’Education).

Deuxième sous-thématique : Construire et habiter écoresponsable

  • Le projet européen VerSus sur les leçons des architectures vernaculaires pour la conception d’une architecture durable, mieux contextualisée dans les territoires, a produit une méthode d’analyse des architectures vernaculaires qui identifie 15 grands principes et une centaine de stratégies de conception au regard des piliers du développement durable (environnement, social, économie, et culture). Cette méthode d’analyse, comme la méthode « Sherpa », sont par ailleurs complémentées par l’élaboration en cours d’un autre outil d’évaluation multicritères d’aide à la conception des projets d’architecture durable en phase esquisse qui est en cours de développement par le laboratoire Cultures constructives, en lien avec le CSTB (Laetitia ARANTES et Julien HANS). Cet outil d’évaluation, dénommé SOCRATE est destiné aux architectes et vise à donner au concepteur une appréciation « experte » de ses choix conceptuels, sur la base de critères d’usages, de confort et de performances techniques et environnementales. Issue de l’expérience, l’appréciation experte est formalisée à partir de dires d’experts, de documents de référence ou de résultats d’études. Outre son application pratique dans les agences d’architecture, cet outil se veut un intégrateur de connaissances et un outil de capitalisation des règles de l’art pour une conception durable des projets d’architecture. À ce titre, il revêt une visée pédagogique, dans une logique de sensibilisation et de valorisation des pratiques éco-socio-responsables. Dans sa version actuelle, l’outil SOCRATE recense des savoirs experts sur les impacts environnementaux et les performances énergétiques des bâtiments. Les perspectives d’évolution de l’outil visent à enrichir la base de données sur d’autres thématiques performantielles du bâtiment (confort, santé, qualités d’usages, etc.). Dans cet objectif, des partenariats seront développés avec des institutions locales et nationales (ADEME, ALE, etc.) voire internationales, en leur proposant d’intégrer leurs résultats d’études dans l’outil SOCRATE.
    Ces trois outils d’analyse et d’évaluation des projets, les méthodes VerSus, Sherpa et SOCRATE sont en mesure d’être mis à profit dans des actions de R & D associées à la conception de prototypes expérimentaux. Elles peuvent notamment s’inscrire dans la continuité de développement du projet « Canopea », lauréat du Solar Decathlon en 2012. Deux actions d’expérimentation sur prototypes sont d’ores et déjà programmées, l’une dans le cadre du futur Congrès Mondial des architectures de terre, Terra 2016, organisé par CRAterre (en large partenariat régional et national), à Lyon, l’autre en 2016-2017 sur la Commune d’Ambert (Puy-de-Dôme). A court terme, le prototype « Canopea » qui a été reconstruit sur la presqu’île à Grenoble (confluence Isère et Drac) va faire l’objet d’un protocole de suivi de son fonctionnement et de sa performance énergétique en collaboration avec l’Université Joseph Fourier. Ces projets sont étroitement développés en lien avec le Master A&CC que dirigent des enseignants et chercheurs de l’unité de recherche sur les thématiques des échelles du développement durable (environnement bâti, ville, mobilité et territoire) et de « l’habiter léger pour la planète ».
  • Spatialiser la transition énergétique
    Le projet « Spatialiser la transition énergétique, vers la production d’écosystèmes énergétiques territoriaux en milieu rural », obtenu par le laboratoire Cultures constructives pour la période 2013-2015 et conjointement porté par AE&CC et le réseau ERPS dans le cadre du programme Ignis Mutat Res, L’architecture, la ville et le paysage au prisme de l’énergie, entre en phase finale. Cette recherche vise à interroger la cohérence spatiale des logiques de substitution énergétique à l’oeuvre en France, notamment dans les territoires ruraux qui représentent un enjeu de projet stratégique. Le projet combine activité scientifique et activité pédagogique et s’appuie sur des travaux effectués dans le cadre d’un atelier de projet de Master sur le terrain d’étude de la commune d’Ambert dans le Parc Naturel Régional (PNR) du Livradois-Forez. Sur la base de l’analyse des travaux des trois dernières années (33 Projets de Fin d’Etudes), des hypothèses liées à la question de la transition énergétique seront proposées aux étudiants à la rentrée 2014 pour aller plus loin dans la réflexion. L’objectif est de faire émerger des questions architecturales et territoriales stratégiques, ainsi que des pistes prospectives qui seront valorisées dans les livrables de la recherche à l’automne 2015. Au-delà de cette échéance à court terme, pour le prochain quinquennal, les projets de recherche conduits par le laboratoire Cultures constructives, bien que toujours répartis sur les trois thèmes du programme scientifique, sont fortement orientés sur la spatialisation de la transition énergétique. Cette question, dont il nous apparaît que les centres de recherche doivent s’emparer collectivement et de manière interdisciplinaire, se déclinera dans la poursuite et la montée en puissance du thème de la résilience et de la ville décroissante. Cette orientation permettra de faire converger encore davantage l’approche R&D issue des expériences du Solar Decathlon avec les travaux plus théoriques conduits sur Detroit (Etat-Unis) et Ambert et la recherche par le projet initiée dans le programme Ignis Mutat Res. Cela se traduit dès à présent par l’intégration dans le laboratoire de Tadd HEIDGERKEN, enseignant à l’université de Detroit Mercy et de deux nouvelles enseignantes chercheuses de l’ENSAG dans ce même domaine (Stéphanie DAVID et Cécile LEONARDI).
    Les échanges avec Detroit dans le cadre des formations se poursuivent en 2014-2015 et s’élargissent à un deuxième master de l’ENSAG (Architecture, Entre usages et paysages urbains). Ils devraient déboucher sur la mise en oeuvre d’un FabLab à Detroit au cours du programme 2016-2020. Ce Laboratoire de fabrication développera des projets de R&D pour des réponses constructives d’habitat à partir de la récupération et du recyclage des matériaux de la ville « décroissante » de Detroit.
    Les travaux actuellement conduits sur les transports doux », dans le cadre de l’ARC 7 de la Région Rhône-Alpes « Innovations, mobilités, territoires et dynamiques urbaines », viendront également enrichir notre approche des territoires par la transition énergétique. Tous ces programmes viendront abonder les thématiques transversales du pôle SHS1 « Gouvernance, territoires et développement durable » de la ComuE, démarche amorcée dans le cadre de PCEHT (Prospective Créative Energie Habitat et Territoires, ARC 4 « Energies ») et du colloque en cours de montage : « SHS et transition énergétique » (PACTE/CIRED).
  • Solar Decathlon 2017 : un projet pluridisciplinaire d’habitat durable
    Dans la suite des Solar Decathlon 2010, 2012 et 2014, il s’agira de concevoir et de construire un prototype d’habitat fonctionnant à l’énergie solaire dans un milieu urbain dense et à l’export. Ce projet répond aux enjeux de société que sont le réchauffement climatique et l’augmentation constante de la population dans des aires urbaines de densité croissante qui provoquent un changement de paradigme majeur en matière d’habitat (entendu dans le sens écologique). De ce fait, les établissements humains et leurs évolutions doivent impérativement être pensés dans une approche pluridisciplinaire et holistique. L’aménagement des espaces habités doit viser à constituer un environnement capable de répondre aux besoins culturels et socioéconomiques du plus grand nombre à partir des ressources locales et des conditions physiques du milieu. Ce processus doit rechercher un optimum entre la consommation minimale de matière, d’énergie, de transport, d’espace agricole et d’espace naturel, et le maximum de confort et de stimulations culturelles pour l’ensemble des populations. Le projet répond aussi à un enjeu éducatif. L’éducation du plus grand nombre en matière de conception et de réalisation de l’espace bâti, d’aménagement des espaces habités, de composition architecturale et urbaine et de logique d’utilisation des matières pour construire, représente un enjeu capital pour l’avenir de nos sociétés urbaines denses. La formation, à travers un projet partagé mené en équipe pluridisciplinaire permet de répondre à la question cruciale de la formation initiale des futurs acteurs. La diffusion de connaissances via des démonstrateurs exposés lors d’événements internationaux permet également de répondre à la question de la diffusion de masse. Solar Decathlon est un outil puissant d’intégration de la co-création dans les cursus académiques. Cette compétition permet de faire travailler ensemble tous les métiers de la conception et de la réalisation architecturale et urbaine. Urbanistes, architectes, ingénieurs, techniciens, constructeurs, communicants, aménageurs et économistes de la construction mais aussi chercheurs et partenaires industriels joignent leurs efforts – dans le cadre académique – pour mettre au point des solutions innovantes dans le domaine de l’habitat et de la ville. La collaboration active entre des disciplines souvent cloisonnées s’installe au coeur des cursus académiques. Ce projet propose un nouveau challenge pour un Solar Decathlon à l’export. Il s’agira de former les étudiants grenoblois en participant à la compétition américaine ou chinoise en 2017. L’ambition consiste à former nos jeunes étudiants à mener des opérations loin de leurs bases culturelles et dans des milieux différents, d’une part ; et à montrer des méthodes de travail et de conception qui peuvent s’inspirer des démarches développées dans d’autres pays, d’autre part. C’est donc plutôt sur l’exportation de savoir-faire et de matière grise que cette proposition est basée. Elle permet également de conforter un réseau international de diffusion des produits français dans le domaine du BTP et dans le cadre de la ré-industrialisation de notre pays. L’intégration de ce projet dans l’IDEX grenoblois permet de créer un véritable projet transdisciplinaire en le gérant à l’échelle de l’université de Grenoble et avec les moyens de l’IDEX, notamment pour ce concerne la collecte de fonds auprès de sponsors et de partenaires privés. La possibilité d’utiliser le Crédit d’Impôt Recherche pour inciter les entreprises à participer au projet est un levier indispensable pour le montage financier d’une telle entreprise.
  • Habitat coopératif, participatif ou groupé : Depuis 2011-2012, l’unité de recherche a renforcé son positionnement sur cette thématique. Tout d’abord en analysant les blocages et leviers pour la production d’un habitat participatif ou groupé dans le cadre d’un projet soutenu par la région Rhône-Alpes au programme « Université citoyenne et solidaire ». L’unité s’est ensuite investie dans le comité d’organisation des Rencontres Nationales de l’Habitat Participatif organisées à Grenoble en 2012. Puis, les recherches menées sur l’habitat coopératif sous la direction du professeur Yann MAURY, qui a réalisé en juillet 2013 un colloque international sur l’habitat coopératif à l’Université Catholique de Lyon ont donné lieu à une récente publication collective d’articles scientifiques (voir http://chairecoop.hypothese.org). Une thèse de doctorat (Eric RUIZ) a été développée qui analyse notamment le potentiel d’innovation constructive, architecturale et spatiale des projets d’habitat participatif. Ainsi, le prochain pluriannuel 2016-2010 visera :
    Réseau et recherche :
    – Poursuivre la Chaire Habitat coopératif et coopération sociale sous la direction de Yann MAURY ;
    – Prendre appui sur le réseau international Chairecoop et sur l’école doctorale de l’Ecole d’Architecture de Séville (Espagne) pour réaliser au cours de l’année 2015-2016, à Séville, les deuxièmes rencontres internationales sur l’habitat coopératif comparé. Ces rencontres donneront notamment l’occasion de valoriser des démarches originales de réappropriation de logements vacants neufs (3,4 millions depuis l’effondrement du marché immobilier), dénommées « corralas ».
    – Participer activement au montage d’un réseau européen des « Community Land Trust » sous le pilotage d’Eric RUIZ ;
    – Développer un axe spécifique de recherche sur la production d’un habitat participatif en France et en Europe (en projet) ;
    Réponse à la demande sociale :
    – Collaborer avec la Ville de Grenoble et la Communauté d’Agglomération de Grenoble sur la promotion de l’habitat participatif sur le bassin grenoblois (en projet) ; possibilité de mettre en place des ateliers participatifs dans le cadre de l’ANRU 2016-2020, et un Atelier populaire d’urbanisme de la Villeneuve, pour un meilleur ancrage sur le terrain.
    Formation :
    – Renforcer la thématique au sein du séminaire « Habitat écoresponsable » du Master A&CC et la collaboration avec des associations locales, à Grenoble, qui accompagnent des groupes de projets (association Les HabiLes). Envisager une expérimentation de coproduction.
    – Renforcer le partenariat avec le CAUE de l’Isère, la Maison de l’Architecture et le réseau associatif (avec Les HabiLes notamment) pour la formation des architectes praticiens sur l’accompagnement des projets en auto-promotion, et la formation des auto-promoteurs eux-mêmes.

Troisième sous-thématique : Valorisation des cultures constructives du risque

  • La production issue de recherches en doctorat (Annalisa CAIMI) menées sur la période du précédent contrat (en Haïti et au Bangladesh), d’autres recherches doctorales menées en codirection (Milo HOFMANN, à l’EPFL de Lausanne) et la collecte de données issues d’enquêtes menées en diverses autres régions (Pays de Méditerranée, Asie centrale, pays d’Amérique latine) sera mise en ligne dans le cadre d’un forum d’échange des savoirs au sein de plusieurs réseaux (Chaire UNESCO Architecture de terre, PROTERRA, ICOMOS-ISCEAH, et autres réseaux régionaux). Cette initiative sera accompagnée d’une réflexion en partenariat international sur la méthodologie d’enquête et de collecte des données, sur la codification de la typologie des cultures constructives du risque afin de fonder un atlas construit sur une base méthodologique partagée. Au-delà des aspects « techniques » une attention particulière sera portée à la dimension anthropologique de la collecte des données.
  • Les recherches sur ce thème déboucheront sur la préparation d’un guide de conception de projets d’habitat valorisant les ressources des cultures constructives locales du risque. Ce guide vise à soutenir l’élaboration de stratégies d’amélioration de l’habitat et de réduction de la vulnérabilité, à partir des ressources et des cultures constructives locales. Il offrira des supports méthodologiques et pédagogiques favorisant une compréhension et valorisation de la pertinence des dispositions – techniques, pratiques et comportementales – développées par les bâtisseurs et les populations locales pour faire face à des aléas naturels. Il contribuera à susciter une plus large prise de conscience du potentiel des cultures constructives locales et permettra aux acteurs en charge de la définition et mise en œuvre d’activités d’amélioration de l’habitat de disposer d’outils facilitant leur identification et compréhension dans les différents contextes de travail.

Pour en savoir plus: http://aecc.hypotheses.org/439

Soutenance de thèse de Léa Génis

Soutenance de thèse

Vous êtes conviés à la soutenance de thèse de Léa GENIS qui se tiendra le lundi 24 septembre à 14h dans l’Amphithéâtre Simounet de l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Grenoble

Titre de la thèse:
Réhabiliter le bâti ancien et les cultures constructives. Engagements, épreuves et attachements autour de la réhabilitation du bâti ancien en pisé en Isère.
Ecole doctorale 454 “Sciences de l’Homme, du Politique et du Territoire” (Université Grenoble Alpes).
Laboratoire d’accueil: l’Unité de recherche AE&CC – Laboratoire CRAterre-ENSAG
Directeurs de thèse: Hubert GUILLAUD et Michel RAUTENBERG

Composition du jury :
Hubert GUILLAUD , ENSA Grenoble / Communauté Université Grenoble Alpes, Directeur de thèse
Michel RAUTENBERG, Université Jean Monnet Saint-Etienne, Co-Directeur de thèse
Patrick PEREZ, ENSA Toulouse / Université Jean Jaurès, Rapporteur
Jean-Louis TORNATORE, Université de Bourgogne, Rapporteur
Monica ALCINDOR, Escola Superior Gallaecia, Examinatrice
Christelle FOUR, Communauté d’agglomération du Pays Voironnais, Examinatrice

Résumé de la thèse:
Le bâti ancien est aujourd’hui confronté à des enjeux normatifs, environnementaux et patrimoniaux qui favorisent sa réhabilitation et engagent une multiplicité d’acteurs dans cette activité. Ces engagements mettent en débat les savoirs, les mondes professionnels et les attachements que ces acteurs tissent autour des espaces édifiés. La thèse explore ces dynamiques autour du cas particulier du bâti ancien en pisé (bâtiments construits en terre crue damée dans des coffrages) dans le département de l’Isère. L’objectif de ce travail est de comprendre et de décrire comment et par qui ce bâti est mis en projet et réhabilité, dans un double sens d’amélioration physique et de revalorisation d’un objet aux significations multiples. Nous faisons l’hypothèse que les projets de réhabilitation, par les multiples formes d’engagement qu’ils construisent, participent à détacher l’expérience de ce bâti d’une expérience ordinaire. Ces projets mettent à l’épreuve les attachements que leurs porteurs développent autour du bâti existant et de la matière terre qui le constitue autant que les savoirs et les pratiques constructives qui s’y appliquent. Ces épreuves participent à l’émergence de collectifs qui tissent un maillage politique au sein duquel se composent des espaces de dialogue et d’appropriation des usages, de la pratique et du devenir du bâti existant.
Pour explorer cette hypothèse, la recherche s’inscrit dans une perspective interdisciplinaire qui articule ressources théoriques et méthodes développées en architecture, en ethnologie et en sociologie. Elle développe une anthropologie pragmatique des cultures constructives qui compose une problématisation commune entre ces disciplines autour des questions soulevées par la réhabilitation du bâti ancien. L’exploration de ces questions se base sur un travail d’enquête qualitative multi-située. Il décrit les mondes de la réhabilitation en action, en suivant des parcours de projet portés par plusieurs catégories d’acteurs (habitants, professionnels, institutions). La thèse revient d’abord sur les différentes formes d’engagement qui participent à mettre le bâti ancien en projet, de l’intervention sur un bâtiment spécifique à sa mise en valeur de manière générale. Ces expériences de réhabilitation portent l’attention sur différentes qualités du bâti et contribuent à le faire sortir de l’ordinaire. Le bâti ancien en pisé est ainsi engagé – et engage lui-même – dans de multiples réalités. À la fois maison, lieu de vie, lieu de travail, patrimoine local ou architecture de terre, il fait agir, réagir et rentrer en relation les acteurs qui s’y intéressent. La deuxième partie de l’analyse décrit comment la difficulté d’appliquer des protocoles de réhabilitation entraine les porteurs de projet à s’engager dans des épreuves et à chercher des prises leurs permettant de mener à bien leurs projets. Ces épreuves entrainent les acteurs qui s’y investissent à ajuster leurs relations entre eux et avec le bâti au fur et à mesure du processus de projet. À mesure qu’ils s’approprient les savoirs de la réhabilitation, ils développent différentes formes d’attachement autour du bâti. Les projets de réhabilitation contribuent alors à l’émergence de collectifs plus ou moins pérennes qui se réapproprient les modalités d’intervention sur le bâti et les décisions qui le concernent. La thèse s’attache finalement à mieux comprendre les dimensions plurielles (matérielle, constructive, architecturale et interactionnelle) des cultures constructives du pisé et de sa réhabilitation et propose les éléments d’un dialogue à poursuivre avec les acteurs de terrain autour de l’intérêt et des conditions permettant de faire tenir un espace politique autour des usages et du devenir du bâti existant.

Abstract :
Ancient buildings face today normative, environmental and patrimonial issues which foster their renovation and engage a great diversity of actors. This multiplicity initiates a debate around knowledge, professional worlds and attachments which are woven around existing buildings. This thesis delves into these dynamics focusing on the case of ancient rammed earth building (raw earth compressed into an external formwork) in the French department of Isere, France. It aims at describing how and by whom rammed earth buildings are involved in retrofitting projects, considering both their physical and representational improvement. We make the hypothesis that retrofitting projects, through the multiple ways of engagement they imply, help to free the experience of this buildings from an ordinary experience. Indeed, they put on trial the attachments developed by the actors around existing buildings and earthen material as much as the building knowledge and practices. These trials bring out collectives that weave a political meshwork. At different scales, this meshwork composes spaces for dialogue and appropriation of uses, practices and futures of existing buildings.
The exploration of this hypothesis follows an interdisciplinary perspective that connect theoretical resources and methods developed in architecture, ethnology and sociology. It develops a pragmatic anthropology of building cultures composing a common problematic for these disciplines to discuss ancient building retrofitting. The investigation is based on multi-sited qualitative ethnography. Following projects paths carried by different actors (inhabitants, professionals, institutions), it describes the retrofitting worlds in action. First, the thesis describes the various forms of engagement in retrofitting projects, from the intervention on a specific building to its evaluation as heritage. These experience draw attention on different qualities of the buildings and bring them out of their ordinary status. Ancient rammed earth buildings are therefore engaged – and engage themselves – in multiple realities: house, place of life, workplace, local heritage, earthen architecture. It makes the actors act, react and interact. Then, the analysis shows how the difficulty of applying strict rehabilitation protocols leads the actors to engage in trials and to develop holds to carry out their projects. As the project progresses, these trials lead them to adjust their relations with each other and with existing buildings. As they grasp knowledge about retrofitting, they develop different attachments. Therefore, retrofitting projects contribute to the emergence of collectives, more or less durable. At their own scale, these collectives reclaim the methods of interventions on buildings and the decision that concern them. The thesis eventually aims to better understand the plural dimensions (material, constructive, architectural and interactional) of rammed earth building retrofitting and propose components for a dialogue to carry on with local stakeholders around the interests and conditions that would make possible to hold a political space around the uses and futures of existing buildings.

Mots clés : bâti ancien en pisé, réhabilitation, cultures constructives, collectifs, communautés de pratiques, politiques de l’architecture
Keywords : rammed earth building, retrofitting, building cultures, collectives, communities of practice, politics of architecture

Soutenance de HDR de Thierry Joffroy

HDR de Thierry Joffroy

Vous êtes tous conviés à la soutenance de HDR de Thierry Joffroy le lundi 23 avril 2018 à 14h00 en amphi Maglione à l’ENSA de Grenoble.

Titre: De quelques briques à un Labex : vers le renforcement de nos recherches en architecture liées à l’expérimentation et à la pratique opérationnelle

Ecole doctorale “Sciences de l’Homme, du Politique et du Territoire” (ED 454 , Université Grenoble Alpes)

HDR préparée au sein du laboratoire CRAterre/AE&CC – EA 7444

Composition du jury :
Remi Baudoui, Professeur, Université de Genève, rapporteur
Laurent Daudeville, Professeur, Université Grenoble Alpes, membre
Hubert Guillaud, Professeur honoraire, ENSA de Grenoble, tuteur
Judith Le Maire, Professeure, Université de la Cambre-Horta, rapporteure
Caroline Maniaque, Professeur, ENSA de Normandie, membre
Philippe Potié, Professeur, ENSA de Versailles, rapporteur

Résumé:

Cette Habilitation à Diriger les Recherches présentée par Thierry Joffroy, directeur de l’Unité de recherche Architecture, Environnement et Cultures Constructives (AE&CC) rend compte d’un parcours de chercheur de plus de trente années. Ce parcours, fortement lié à une démarche de recherche-action et d’expérimentation, et de dimension internationale, porte sur les domaines de la conservation et mise en valeur des patrimoines architecturaux en terre crue et sur celui de la production d’un habitat économique valorisant les ressources locales, matérielles et humaines. Les résultats de ces recherches – qui connaissent des applications concrètes en de nombreuses régions, tant en matière de projets que pour la formation universitaire et professionnelle -, ont amené à une réflexion reconnaissant l’importance majeure de la notion de « culture constructive ». Sa réinterprétation contemporaine pour de nouvelles applications architecturales à l’habitat, « situées » face aux nouveaux défis de société en matière sociale, économique, environnementale et culturelle devient un enjeu majeur. Étroitement lié à celui du laboratoire CRAterre-ENSAG, l’itinéraire scientifique de Thierry Joffroy a décisivement contribué à la création du Labex AE&CC dont le programme scientifique visera désormais à renforcer un questionnement sur les savoirs constitués. Les perspectives annoncées contribueront au développement d’une recherche transdisciplinaire sur “les” cultures constructives que continueront à nourrir la recherche-action et l’expérimentation mais aussi une heuristique, toutes trois mieux distanciées au plan épistémologique et théorique.

Soutenance de thèse de David Gandreau

Soutenance de thèse

Vous êtes conviés à la soutenance de thèse de David Gandreau le jeudi 14 décembre à 14h à l’ENSA de Grenoble.

Titre de la thèse : Patrimoine archéologique en terre et développement local: enjeux interdisciplinaires et perspectives de formation.

École doctorale “Sciences de l’Homme, du Politique et du Territoire” (Université de Grenoble Alpes)
Thèse préparée au sein l’équipe d’accueil 7444 AE&CC.

Directeur de thèse: Hubert Guillaud

Composition du jury :

Hamady BOCOUM, Professeur, Université Cheikh Anta Diop de Dakar, Sénégal, Examinateur
Mme Corinne CASTEL, Directrice de recherche au CNRS, Université Lyon 2 Louis Lumière, Rapporteure
Mme Annick DANEELS, chercheuse, Université Nationale Autonome de México, Examinatrice
Hubert GUILLAUD, Professeur honoraire, HDR, ENSA de Grenoble, Directeur de thèse
Romain LAJARGE, Professeur, HDR, ENSA de Grenoble, Examinateur
Patrick PÉREZ , Maître assistant, HDR, ENSA de Toulouse, Rapporteur

Résumé de la thèse en français

Très présents sur les sites archéologiques, les vestiges d’architecture de terre suscitent un intérêt grandissant, pour la communauté scientifique, pour les autorités en charge de la protection du patrimoine, pour les populations locales et pour le grand public, amateur de tourisme culturel. De plus en plus de projets d’étude, conservation et mise en valeur des vestiges en terre sur les sites archéologiques voient le jour dans le monde, dans une perspective d’apport du patrimoine au développement local et territorial. Ces projets font appel à des compétences multiples, empruntant notamment aux disciplines de l’archéologie, de l’architecture, de la conservation, et au domaine de la valorisation patrimoniale. Des acteurs aux profils variés sont ainsi amenés à collaborer sur des projets à la fois plus nombreux et plus complexes, intégrant les apports et attentes de parties prenantes très diversifiées, dans une approche holistique et contextualisée de gestion du patrimoine (Agnew et Bridgland 2006).

Les modalités de ces nouvelles collaborations sont étudiées en profondeur dans cette thèse, afin d’analyser les enjeux interdisciplinaires et les enjeux de formation qui en résultent. Nous faisons l’hypothèse que les rapprochements entre les différents acteurs concernés par le patrimoine archéologique génèrent des perspectives de formations plus spécifiques, voire l’émergence de nouveaux métiers au carrefour des disciplines, qui seraient en mesure de mieux répondre aux attentes actuelles vis-à-vis de ce patrimoine.

La recherche est fondée sur des enquêtes de terrain et des rencontres d’acteurs menées sur le long terme (quinze années d’exercice scientifique et professionnel), sur cinq sites principaux et douze sites de référence, principalement en Asie, mais aussi en Afrique et en Amérique Latine. Une grille d’analyse permet de confronter les pratiques observées sur ces terrains d’étude aux recommandations internationales en termes d’étude, conservation et valorisation du patrimoine archéologique en terre. Ces recommandations sont issues d’un corpus composé de publications de référence, de chartes et déclarations internationales, de conférences sur l’architecture de terre et de programmes internationaux sur cette thématique. Les résultats de l’analyse comparative nous amènent à faire des propositions méthodologiques et à énoncer des lignes directrices de programmes de formations plus spécifiques. Nous souhaitons ainsi contribuer aux dynamiques de recherche et d’enseignement qui se mettent en place autour du patrimoine archéologique en terre et de son apport au développement local.

Mots clés en français: Architecture de terre, patrimoine culturel, archéologie, histoire, conservation du patrimoine, valorisation, développement local, territoire, tourisme, interdisciplinarité, formation

 

Title: Earthen archaeological heritage and local development interdisciplinary challenges and training perspectives

Abstract

Very present on archaeological sites, the vestiges of earthen architecture are arousing a growing interest, for the scientific community, for the authorities in charge of heritage protection, for the local populations and for the general public, fan of cultural tourism. More and more projects for study, conservation and enhancement of earthen architecture in archaeological context are emerging in the world, with a view to contributing to local and territorial development. These projects involve multiple skills, borrowing in particular from the disciplines of archeology, of architecture, of heritage conservation, and from the field of heritage valorisation. Specialists in each field are invited to collaborate on projects that are more numerous and more complex, integrating the inputs and expectations of very diverse stakeholders, in a holistic and contextualized approach to heritage management (Agnew, Bridgland 2006).

The conditions governing these new collaborations are studied in depth in this thesis, in order to analyze the interdisciplinary challenges and the resulting training issues. We make the hypothesis that the links between the various actors involved in the archaeological heritage generate more specific training prospects, and even the emergence of new trades at the crossroads and interfaces of the disciplines, which would better meet current expectations with regard to this heritage.

The research is based on field surveys and stakeholder meetings realized over the long term (fifteen years of scientific and professional practice), at five main sites and twelve reference sites, mainly in Asia, but also in Africa and in Latin America. An analysis grid allows to compare the practices observed on the field with the international recommendations in terms of study, conservation and valorisation of the archaeological heritage built with earth. These recommendations are based on a corpus of reference publications, international charters and declarations, conferences on earthen architecture and international programs on this theme. The results of the comparative analysis lead us to make methodological proposals and to formulate guidelines for more specific training programs. In this way, we wish to contribute to the new research and training dynamics that are set up around the earthen archaeological heritage and its contribution to local development.

 

Mots clés en anglais: Earthen architecture, cultural heritage, archaeology, history, heritage conservation, heritage valorisation, local development, territory, tourism, interdisciplinarity, training

Soutenance de thèse d’Ivan Mazel

Soutenance de thèse

Vous êtes conviés à la soutenance de thèse d’Ivan Mazel le mardi 10 octobre à 13h30 à l’ENSAG.

Titre de la thèse: Habitation écologique et dispersion bâtie: les « habitats alternatifs » comme expérimentations pour des transitions socio-écologiques en territoires de moyenne montagne

Ecole doctorale “Sciences de l’Homme, du Politique et du Territoire” (Université de Grenoble Alpes).
Laboratoire d’accueil: Cultures constructives, unité AE&CC.
Directeurs de thèse: Anne Coste (ENSAG) et Xavier Guillot (ENSAPB)

Composition du jury :

Antoine BRÈS, Professeur, Université Paris 1 – Panthéon Sorbonne, Rapporteur
Mme Anne COSTE, Professeure, HDR, ENSA de Grenoble, Directrice de thèse
Mme Luna D’EMILIO, Maître assistante, ENSA de Lyon, Examinatrice
Xavier GUILLOT, Professeur, HDR, ENSAP de Bordeaux, Co-Directeur de thèse
Daniel PINSON, Professeur émérite, Aix-Marseille Université, Rapporteur
Mme Jodelle ZÉTLAOUI-LÉGER, Professeure, HDR, ENSA de Paris la Villette, Examinatrice

Résumé de la thèse:

Cette thèse interroge les mutations de l’habitation dans le cadre des transitions socio- écologiques. Ces transitions sont des processus de mutations des sociétés qui visent à diminuer leur empreinte écologique et s’initient par des expérimentations en marge du système productif, appelées niches de transitions. Ce travail s’intéresse ainsi à des dynamiques marginales de la production de l’habitat et de l’urbanisation. Il porte sur des « habitats alternatifs » où les futurs habitants sont impliqués à travers l’autopromotion ou leur participation à des projets de pouvoirs publics. Ces habitats sont situés en marge du phénomène d’urbanisation, dans les territoires ruraux de moyenne montagne. En effet, dans ces territoires, de nouvelles ruralités ont émergé à travers l’arrivée de nouveaux habitants soutenue par des structures associatives et favorisée par des politiques publiques de développement des collectivités locales et des Parcs naturels régionaux. J’interroge ainsi dans ce travail la mise en place de l’habitation écologique dans les territoires ruraux de moyenne montagne dans le cadre des transitions socio-écologiques.
L’hypothèse générale de ce travail est la suivante : les projets d’« habitat alternatif » sont le lieu privilégié de l’expérimentation de l’habitation écologique dans les territoires ruraux de moyenne montagne. Je propose ainsi de vérifier cette hypothèse par une approche globale des projets d’« habitat alternatif » afin de comprendre le système d’habitation écologique mis en place. J’analyse d’abord l’articulation entre acteurs dans le processus de projet et l’utilisation des ressources matérielles, énergétiques et en eau dans la construction et l’usage de ces habitats. J’explore ensuite le déploiement des modes d’habiter dans l’organisation de l’habitat et dans l’espace local par les mobilités. Aborder différents types d’« habitat alternatif », éco-hameaux, habitat participatif rural et éco-lotissement, permet d’abord d’interroger les mutations de l’aménagement des territoires ruraux à partir des initiatives habitantes. Par là même, je mets en évidence les articulations entre les démarches individuelles, les programmes d’accompagnement des réseaux associatifs et les politiques publiques incitatives. Ensuite, par l’approche des marges de la production de l’habitat, j’interroge la contribution des projets d’habitat alternatif à l’habitation écologique des territoires de dispersion bâtie. Je montre l’importance des stratégies collectives pour permettre une sobriété des modes de vie, une utilisation des ressources locales et une mutualisation de l’espace et des biens. Ce travail révèle ainsi une habitation écologique au sein de la dispersion bâtie qui s’appuie sur une autonomie locale et une intégration aux réseaux physiques et virtuels.

Mots-clefs : habitation écologique, dispersion bâtie, habitat alternatif, transitions socio-écologiques, territoire de moyenne montagne

 

Abstract:

This thesis examines the mutations of housing in the context of socio-ecological transitions. These society change processes aim to reduce ecological footprint and are initiated by experiments on the margins of the productive system, called niches of transitions. This work addresses the marginal dynamics of habitat production and urbanization. It deals with “alternative housing” where future inhabitants are involved through self-promotion housing or their participation in public authorities’ projects. These housing projects are located in urbanization margins, in mid mountains rural areas. In these territories, new ruralities have indeed emerged based on the arrival of new residents supported by non-profit organizations, promoted by local government policies and Parcs naturels régionaux. In this work, I thus question the organization of ecological housing in rural areas in the context of the socio-ecological transitions.
The general hypothesis of this research is the following one: the alternative housing projects experiment ecological housing in mid mountain rural areas. I propose to test this hypothesis with a global approach to alternative housing projects in order to understand the ecological housing system organization. First, I analyze the relationship between actors in the project process, and the use of material, energy and water resources in the construction and operation of these habitats. I then explore the deployment of the ways of living in the organization of the habitat, and in the local space through the mobilities. We address different types of alternative housing, ecocommunity, rural cohousing and ecological estate, and analyze the rural planning changes from inhabitants’ initiatives. In this way, I highlight the links between individual projects, support program of non-profit organizations and incentivizing public policies. Then, in the context of habitat production margins, I examine the contribution of alternative housing projects to the ecological housing of dispersedly built areas. I show the importance of collective strategies to allow a sober lifestyles, a use of local resources and mutualisation of space and goods. This work reveals an ecological housing of dispersedly built areas between based on local autonomy and integration within physical and virtual networks.

Keywords: ecological housing, dispersed settlement, alternative housing, socioecological transitions, mid mountain territories

 

Projet scientifique 2011-2014 de l’unité de recherche AE&CC

Ce document présente le projet de l’unité de recherche AE&CC: projet Habitat éco-responsable, création d’une nouvelle unité de recherche en rapprochant CRAterre et Cultures constructives, auto-analyse de l’unité, projets, objectifs scientifiques et adéquation des moyens humains et financiers de l’unité avec le projet.

couv_projet_scientif

Pour télécharger le document, cliquez sur l’image.

Médaille de la prospective 2016 de l’Académie d’Architecture pour Pascal Rollet

Pascal Rollet, co-directeur d’AE&CC, va recevoir la médaille de la prospective 2016 de l’Académie d’Architecture. Cette nouvelle médaille est destinée à récompenser « une personnalité ayant contribué, par ses écrits et/ou ses communications, à l’élargissement du débat architectural ».

Remise des médailles le 15 juin 2016 à 14h30 à la Maison de l’architecture, 148 rue du faubourg St Martin, 75010 Paris.

Rappel des chercheurs récompensés par des médailles de l’Académie d’architecture au sein de l’équipe AE&CC:

  • 2010: médaille d’argent de la restauration attribuée à Thierry Joffroy par l’Académie d’architecture.
  • 2014: médaille de la recherche et de la technique attribuée à Patrice Doat par l’Académie d’architecture.

 

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search