Call for abstracts : Nile’s Earth International Conference

Earth, as a building material, played an important role in making possible the development of the ancient kingdoms along the Nile Valley from its earliest periods. However, this outstanding earthen heritage remains poorly known, while its resulting archaeological assets are increasingly threatened due to neglect, human activities, as well as by climatic and ecological changes (e.g., heavy rains, dam construction, extension of cultivation areas, soil salinisation), etc.

The hypothesis of the ANR Nile’s Earth project is that specific solutions are needed to effectively preserve and protect this heritage. Its aim is to explore the potential of multidisciplinary approaches for a better identification and knowledge of these earthen archaeological remains, the assessment of their state of conservation, and the definition of adapted and sustainable conservation methods and techniques. The assumption is that, to be relevant, conservation protocols must rely on a thorough knowledge of ancient building techniques and materials, as well as the original building culture.

Within this framework, the Nile’s Earth International Conference aims at stimulating an international debate towards better characterisation and long-term management of earthen architecture of the ancient Nile Valley, including potential lessons to be learnt to address some of the current concerns for a more sustainable development.

Researchers from different backgrounds and disciplines are invited to share their own experiences, issues and results on the three main themes of the conference which will be the basis for discussions towards a better knowledge, recognition and valorisation of this outstanding heritage of Egypt and Sudan in accordance with international standards and recommendations.

 

SCIENTIFIC THEMES

THEME 1

Archaeology, Architecture and Building cultures
1.1     History of earthen architecture: origins, evolutions, technological breakthroughs and continuity
1.2     Typologies, functions and uses
1.3     Building techniques, practices and know-how in their historical, environmental and cultural context
1.4     Building design, systems and metrology
1.5     Construction site organisation: production chains, manufacturing processes, workforce, etc.
1.6     Ethnoarchaeology and vernacular traditions
1.7     Ancient maintenance and rehabilitation practices

THEME 2

Raw and Building materials
2.1     Characterisation of building materials
2.2     Material analysis (laboratory and field) and protocols
2.3     Geoarchaeological and environmental analyses
2.4     Physico-technical analysis
2.5     Archaeobotanical analysis

THEME 3

Conservation, Valorisation and Management
3.1     Threats, circumstances and processes of decay; impact of climatic change
3.2     Condition survey protocols
3.3     Preventive conservation
3.4     Green conservation practices
3.5     Reconstruction: potential and limits with regard to international standards
3.6     Planning, management, community engagement

 

SELECTION PROCESS

Abstracts can be submitted for a paper or a poster. Abstracts will be peer-reviewed by the Scientific Committee resulting in a selection of about 40 papers to be completed before their oral presentation during the conference. All papers and posters will be in English. All oral presentations will be held live and on-site and only after registration. The selected papers will be published in the conference proceedings.

 

SUBMISSION OF ABSTRACTS

https://nilesearth2023.sciencesconf.org/submission/submit

 

KEY DATES

Sept 30th 2022       1st call for abstracts

Oct 31th 2022         2nd call for abstracts (recall)

Nov 30th 2022         Deadline submission of abstracts

Dec 16th 2022         Announcement of selected abstracts and call for papers/posters

Apr 28th 2023           Deadline for submission of completed papers and posters / speaker registration

Jun 27th 2023          Recommendations and suggestions from the Scientific Committee

Jul 4-6th 2023           Nile’s Earth International Conference

Aug 31st 2023          Sending of final papers

Sept – Oct 2023        Final review by editorial committee

Dec 2023                   Publication of the proceedings

 

More information about the call for abstracts

Download the call for abstract

 

USEFUL INFORMATION

NILE’S EARTH INTERNATIONAL CONFERENCE

4-6 JULY 2023

GRENOBLE SCHOOL OF ARCHITECTURE

60 AVENUE DE CONSTANTINE

38000 GRENOBLE

Mampionona RAKOTONIRINA reçoit un prix pour sa thèse «Pertinence et impacts d’une approche interdisciplinaire dans les projets de reconstruction post-catastrophe : cas du projet ANR ReparH après le séisme de 2010 à Port-au-Prince»

Le 18 novembre a eu lieu l’atelier doctoral « construction durable et innovante » organisé à Annemasse par la Cité de la solidarité internationale (CSI) et le Campus des métiers et des qualifications. Cet atelier portait sur la rénovation, la réhabilitation, la conception de bâtiments à haute performance énergétique et environnemental ainsi que toutes les notions liées au confort, à la qualité de vie et de santé de ses occupants. A cette occasion des doctorants à dimension internationale ont présenté leurs recherches et expliqué comment ces dernières peuvent éclairer les enjeux de la construction durable, conduire à des applications concrètes et inspirer de l’innovation dans le domaine.

Mampionona RAKOTONIRINA, étudiante en thèse au laboratoire CRAterre d’AE&CC y a participée et a été récompensée d’un prix pour sa thèse “Pertinence et impacts d’une approche interdisciplinaire dans les projets de reconstruction post-catastrophe: cas du projet ANR ReparH après le séisme de Port-au-Prince en 2010″. Elle a obtenu la 3ème place parmi les 8 doctorants ayant présenté leur travail de thèse.

 

 Résumé de la thèse de Mampionona :

Dans  un contexte  de  mondialisation  qui  montre  une  augmentation  importante  des  catastrophes naturelles et de la précarité, les questions de l’adaptation au changement climatique (ACC) et de la réduction des  risques de  catastrophe  (RRC)  figurent en bonne  place  dans l’agenda international des organisations et des parties prenantes. Dans ce cadre, les problèmes de RRC pour les établissements humains   sont   souvent   confrontés   au   défi   des   coûts   et   de   la   pertinence   des   interventions (reconstruction, atténuation, etc.) pour répondre aux besoins quantitatifs et qualitatifs. En raison des contraintes économiques et de la volonté de l’« efficience », les interventions d’aide donnent la priorité  aux  infrastructures  critiques  et  fournissent  des  soutiens  à  certains  projets  de  logement. Néanmoins, l’aide et les efforts de reconstruction ne pourront jamais profiter à tous. Par conséquent, les communautés les plus vulnérables et défavorisées sont souvent laissées pour compte sans aucune solution  appropriée,  et  même  pire,  avec  des  solutions  qui  contribuent  à  éradiquer  les  cultures  de construction locales et à mettre les personnes en situation de vulnérabilité. Cependant, des éléments de  réponses  pertinentes  émergent  de  projets  de  terrain  impliquant  des  centres  de  recherche  ayant articulé enquêtes,  expérimentation  et  recherche-développement  soutenus  par  des  approches  de recherche multidisciplinaires / transversales. C’est plus spécifiquement le cas de celui soutenu par une subvention de recherche ANR FIash Haïti, le projet ReparH, avec lesquels des chercheurs des disciplines de  l’architecture  et  de  l’ingénierie  ont  collaboré  avec  le  soutien  d’autres  scientifiques  (sociologue, anthropologue, etc.) ainsi que des praticiens du secteur humanitaire et du bâtiment, partageant leurs expériences, méthodologies et développement de nouvelles connaissances. Les bons résultats obtenus et l’impact à moyen terme de la composante recherche sur le programme national de reconstruction des logements ont conduit à interroger les chercheurs et la communauté internationale d’experts. La question est actuellement discutée au sein du Global Shelter Cluster avec un groupe de travail spécifiquement consacré au BBB : Building Back Better. L’hypothèse de recherche est que les approches interdisciplinaires offrent un grand potentiel pour une meilleure analyse des situations de RRC et déterminent stratégies, projets et programmes pertinents pour  répondre  au  besoin  de  reconstruction  de  l’habitat  après  une  catastrophe,  ainsi  que  politiques préventives. Bien que cela doive encore être mieux compris, plus spécifiquement sur le (s) consortium (s) à construire et à quel niveau de décision / calendrier, de manière à ce qu’il puisse être mieux planifié et approfondi, appliqué largement.

Soutenance de thèse de Léa Génis

Soutenance de thèse

Vous êtes conviés à la soutenance de thèse de Léa GENIS qui se tiendra le lundi 24 septembre à 14h dans l’Amphithéâtre Simounet de l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Grenoble

Titre de la thèse:
Réhabiliter le bâti ancien et les cultures constructives. Engagements, épreuves et attachements autour de la réhabilitation du bâti ancien en pisé en Isère.
Ecole doctorale 454 “Sciences de l’Homme, du Politique et du Territoire” (Université Grenoble Alpes).
Laboratoire d’accueil: l’Unité de recherche AE&CC – Laboratoire CRAterre-ENSAG
Directeurs de thèse: Hubert GUILLAUD et Michel RAUTENBERG

Composition du jury :
Hubert GUILLAUD , ENSA Grenoble / Communauté Université Grenoble Alpes, Directeur de thèse
Michel RAUTENBERG, Université Jean Monnet Saint-Etienne, Co-Directeur de thèse
Patrick PEREZ, ENSA Toulouse / Université Jean Jaurès, Rapporteur
Jean-Louis TORNATORE, Université de Bourgogne, Rapporteur
Monica ALCINDOR, Escola Superior Gallaecia, Examinatrice
Christelle FOUR, Communauté d’agglomération du Pays Voironnais, Examinatrice

Résumé de la thèse:
Le bâti ancien est aujourd’hui confronté à des enjeux normatifs, environnementaux et patrimoniaux qui favorisent sa réhabilitation et engagent une multiplicité d’acteurs dans cette activité. Ces engagements mettent en débat les savoirs, les mondes professionnels et les attachements que ces acteurs tissent autour des espaces édifiés. La thèse explore ces dynamiques autour du cas particulier du bâti ancien en pisé (bâtiments construits en terre crue damée dans des coffrages) dans le département de l’Isère. L’objectif de ce travail est de comprendre et de décrire comment et par qui ce bâti est mis en projet et réhabilité, dans un double sens d’amélioration physique et de revalorisation d’un objet aux significations multiples. Nous faisons l’hypothèse que les projets de réhabilitation, par les multiples formes d’engagement qu’ils construisent, participent à détacher l’expérience de ce bâti d’une expérience ordinaire. Ces projets mettent à l’épreuve les attachements que leurs porteurs développent autour du bâti existant et de la matière terre qui le constitue autant que les savoirs et les pratiques constructives qui s’y appliquent. Ces épreuves participent à l’émergence de collectifs qui tissent un maillage politique au sein duquel se composent des espaces de dialogue et d’appropriation des usages, de la pratique et du devenir du bâti existant.
Pour explorer cette hypothèse, la recherche s’inscrit dans une perspective interdisciplinaire qui articule ressources théoriques et méthodes développées en architecture, en ethnologie et en sociologie. Elle développe une anthropologie pragmatique des cultures constructives qui compose une problématisation commune entre ces disciplines autour des questions soulevées par la réhabilitation du bâti ancien. L’exploration de ces questions se base sur un travail d’enquête qualitative multi-située. Il décrit les mondes de la réhabilitation en action, en suivant des parcours de projet portés par plusieurs catégories d’acteurs (habitants, professionnels, institutions). La thèse revient d’abord sur les différentes formes d’engagement qui participent à mettre le bâti ancien en projet, de l’intervention sur un bâtiment spécifique à sa mise en valeur de manière générale. Ces expériences de réhabilitation portent l’attention sur différentes qualités du bâti et contribuent à le faire sortir de l’ordinaire. Le bâti ancien en pisé est ainsi engagé – et engage lui-même – dans de multiples réalités. À la fois maison, lieu de vie, lieu de travail, patrimoine local ou architecture de terre, il fait agir, réagir et rentrer en relation les acteurs qui s’y intéressent. La deuxième partie de l’analyse décrit comment la difficulté d’appliquer des protocoles de réhabilitation entraine les porteurs de projet à s’engager dans des épreuves et à chercher des prises leurs permettant de mener à bien leurs projets. Ces épreuves entrainent les acteurs qui s’y investissent à ajuster leurs relations entre eux et avec le bâti au fur et à mesure du processus de projet. À mesure qu’ils s’approprient les savoirs de la réhabilitation, ils développent différentes formes d’attachement autour du bâti. Les projets de réhabilitation contribuent alors à l’émergence de collectifs plus ou moins pérennes qui se réapproprient les modalités d’intervention sur le bâti et les décisions qui le concernent. La thèse s’attache finalement à mieux comprendre les dimensions plurielles (matérielle, constructive, architecturale et interactionnelle) des cultures constructives du pisé et de sa réhabilitation et propose les éléments d’un dialogue à poursuivre avec les acteurs de terrain autour de l’intérêt et des conditions permettant de faire tenir un espace politique autour des usages et du devenir du bâti existant.

Abstract :
Ancient buildings face today normative, environmental and patrimonial issues which foster their renovation and engage a great diversity of actors. This multiplicity initiates a debate around knowledge, professional worlds and attachments which are woven around existing buildings. This thesis delves into these dynamics focusing on the case of ancient rammed earth building (raw earth compressed into an external formwork) in the French department of Isere, France. It aims at describing how and by whom rammed earth buildings are involved in retrofitting projects, considering both their physical and representational improvement. We make the hypothesis that retrofitting projects, through the multiple ways of engagement they imply, help to free the experience of this buildings from an ordinary experience. Indeed, they put on trial the attachments developed by the actors around existing buildings and earthen material as much as the building knowledge and practices. These trials bring out collectives that weave a political meshwork. At different scales, this meshwork composes spaces for dialogue and appropriation of uses, practices and futures of existing buildings.
The exploration of this hypothesis follows an interdisciplinary perspective that connect theoretical resources and methods developed in architecture, ethnology and sociology. It develops a pragmatic anthropology of building cultures composing a common problematic for these disciplines to discuss ancient building retrofitting. The investigation is based on multi-sited qualitative ethnography. Following projects paths carried by different actors (inhabitants, professionals, institutions), it describes the retrofitting worlds in action. First, the thesis describes the various forms of engagement in retrofitting projects, from the intervention on a specific building to its evaluation as heritage. These experience draw attention on different qualities of the buildings and bring them out of their ordinary status. Ancient rammed earth buildings are therefore engaged – and engage themselves – in multiple realities: house, place of life, workplace, local heritage, earthen architecture. It makes the actors act, react and interact. Then, the analysis shows how the difficulty of applying strict rehabilitation protocols leads the actors to engage in trials and to develop holds to carry out their projects. As the project progresses, these trials lead them to adjust their relations with each other and with existing buildings. As they grasp knowledge about retrofitting, they develop different attachments. Therefore, retrofitting projects contribute to the emergence of collectives, more or less durable. At their own scale, these collectives reclaim the methods of interventions on buildings and the decision that concern them. The thesis eventually aims to better understand the plural dimensions (material, constructive, architectural and interactional) of rammed earth building retrofitting and propose components for a dialogue to carry on with local stakeholders around the interests and conditions that would make possible to hold a political space around the uses and futures of existing buildings.

Mots clés : bâti ancien en pisé, réhabilitation, cultures constructives, collectifs, communautés de pratiques, politiques de l’architecture
Keywords : rammed earth building, retrofitting, building cultures, collectives, communities of practice, politics of architecture

Soutenance de HDR de Thierry Joffroy

HDR de Thierry Joffroy

Vous êtes tous conviés à la soutenance de HDR de Thierry Joffroy le lundi 23 avril 2018 à 14h00 en amphi Maglione à l’ENSA de Grenoble.

Titre: De quelques briques à un Labex : vers le renforcement de nos recherches en architecture liées à l’expérimentation et à la pratique opérationnelle

Ecole doctorale “Sciences de l’Homme, du Politique et du Territoire” (ED 454 , Université Grenoble Alpes)

HDR préparée au sein du laboratoire CRAterre/AE&CC – EA 7444

Composition du jury :
Remi Baudoui, Professeur, Université de Genève, rapporteur
Laurent Daudeville, Professeur, Université Grenoble Alpes, membre
Hubert Guillaud, Professeur honoraire, ENSA de Grenoble, tuteur
Judith Le Maire, Professeure, Université de la Cambre-Horta, rapporteure
Caroline Maniaque, Professeur, ENSA de Normandie, membre
Philippe Potié, Professeur, ENSA de Versailles, rapporteur

Résumé:

Cette Habilitation à Diriger les Recherches présentée par Thierry Joffroy, directeur de l’Unité de recherche Architecture, Environnement et Cultures Constructives (AE&CC) rend compte d’un parcours de chercheur de plus de trente années. Ce parcours, fortement lié à une démarche de recherche-action et d’expérimentation, et de dimension internationale, porte sur les domaines de la conservation et mise en valeur des patrimoines architecturaux en terre crue et sur celui de la production d’un habitat économique valorisant les ressources locales, matérielles et humaines. Les résultats de ces recherches – qui connaissent des applications concrètes en de nombreuses régions, tant en matière de projets que pour la formation universitaire et professionnelle -, ont amené à une réflexion reconnaissant l’importance majeure de la notion de « culture constructive ». Sa réinterprétation contemporaine pour de nouvelles applications architecturales à l’habitat, « situées » face aux nouveaux défis de société en matière sociale, économique, environnementale et culturelle devient un enjeu majeur. Étroitement lié à celui du laboratoire CRAterre-ENSAG, l’itinéraire scientifique de Thierry Joffroy a décisivement contribué à la création du Labex AE&CC dont le programme scientifique visera désormais à renforcer un questionnement sur les savoirs constitués. Les perspectives annoncées contribueront au développement d’une recherche transdisciplinaire sur “les” cultures constructives que continueront à nourrir la recherche-action et l’expérimentation mais aussi une heuristique, toutes trois mieux distanciées au plan épistémologique et théorique.

Soutenance de thèse de David Gandreau

Soutenance de thèse

Vous êtes conviés à la soutenance de thèse de David Gandreau le jeudi 14 décembre à 14h à l’ENSA de Grenoble.

Titre de la thèse : Patrimoine archéologique en terre et développement local: enjeux interdisciplinaires et perspectives de formation.

École doctorale “Sciences de l’Homme, du Politique et du Territoire” (Université de Grenoble Alpes)
Thèse préparée au sein l’équipe d’accueil 7444 AE&CC.

Directeur de thèse: Hubert Guillaud

Composition du jury :

Hamady BOCOUM, Professeur, Université Cheikh Anta Diop de Dakar, Sénégal, Examinateur
Mme Corinne CASTEL, Directrice de recherche au CNRS, Université Lyon 2 Louis Lumière, Rapporteure
Mme Annick DANEELS, chercheuse, Université Nationale Autonome de México, Examinatrice
Hubert GUILLAUD, Professeur honoraire, HDR, ENSA de Grenoble, Directeur de thèse
Romain LAJARGE, Professeur, HDR, ENSA de Grenoble, Examinateur
Patrick PÉREZ , Maître assistant, HDR, ENSA de Toulouse, Rapporteur

Résumé de la thèse en français

Très présents sur les sites archéologiques, les vestiges d’architecture de terre suscitent un intérêt grandissant, pour la communauté scientifique, pour les autorités en charge de la protection du patrimoine, pour les populations locales et pour le grand public, amateur de tourisme culturel. De plus en plus de projets d’étude, conservation et mise en valeur des vestiges en terre sur les sites archéologiques voient le jour dans le monde, dans une perspective d’apport du patrimoine au développement local et territorial. Ces projets font appel à des compétences multiples, empruntant notamment aux disciplines de l’archéologie, de l’architecture, de la conservation, et au domaine de la valorisation patrimoniale. Des acteurs aux profils variés sont ainsi amenés à collaborer sur des projets à la fois plus nombreux et plus complexes, intégrant les apports et attentes de parties prenantes très diversifiées, dans une approche holistique et contextualisée de gestion du patrimoine (Agnew et Bridgland 2006).

Les modalités de ces nouvelles collaborations sont étudiées en profondeur dans cette thèse, afin d’analyser les enjeux interdisciplinaires et les enjeux de formation qui en résultent. Nous faisons l’hypothèse que les rapprochements entre les différents acteurs concernés par le patrimoine archéologique génèrent des perspectives de formations plus spécifiques, voire l’émergence de nouveaux métiers au carrefour des disciplines, qui seraient en mesure de mieux répondre aux attentes actuelles vis-à-vis de ce patrimoine.

La recherche est fondée sur des enquêtes de terrain et des rencontres d’acteurs menées sur le long terme (quinze années d’exercice scientifique et professionnel), sur cinq sites principaux et douze sites de référence, principalement en Asie, mais aussi en Afrique et en Amérique Latine. Une grille d’analyse permet de confronter les pratiques observées sur ces terrains d’étude aux recommandations internationales en termes d’étude, conservation et valorisation du patrimoine archéologique en terre. Ces recommandations sont issues d’un corpus composé de publications de référence, de chartes et déclarations internationales, de conférences sur l’architecture de terre et de programmes internationaux sur cette thématique. Les résultats de l’analyse comparative nous amènent à faire des propositions méthodologiques et à énoncer des lignes directrices de programmes de formations plus spécifiques. Nous souhaitons ainsi contribuer aux dynamiques de recherche et d’enseignement qui se mettent en place autour du patrimoine archéologique en terre et de son apport au développement local.

Mots clés en français: Architecture de terre, patrimoine culturel, archéologie, histoire, conservation du patrimoine, valorisation, développement local, territoire, tourisme, interdisciplinarité, formation

 

Title: Earthen archaeological heritage and local development interdisciplinary challenges and training perspectives

Abstract

Very present on archaeological sites, the vestiges of earthen architecture are arousing a growing interest, for the scientific community, for the authorities in charge of heritage protection, for the local populations and for the general public, fan of cultural tourism. More and more projects for study, conservation and enhancement of earthen architecture in archaeological context are emerging in the world, with a view to contributing to local and territorial development. These projects involve multiple skills, borrowing in particular from the disciplines of archeology, of architecture, of heritage conservation, and from the field of heritage valorisation. Specialists in each field are invited to collaborate on projects that are more numerous and more complex, integrating the inputs and expectations of very diverse stakeholders, in a holistic and contextualized approach to heritage management (Agnew, Bridgland 2006).

The conditions governing these new collaborations are studied in depth in this thesis, in order to analyze the interdisciplinary challenges and the resulting training issues. We make the hypothesis that the links between the various actors involved in the archaeological heritage generate more specific training prospects, and even the emergence of new trades at the crossroads and interfaces of the disciplines, which would better meet current expectations with regard to this heritage.

The research is based on field surveys and stakeholder meetings realized over the long term (fifteen years of scientific and professional practice), at five main sites and twelve reference sites, mainly in Asia, but also in Africa and in Latin America. An analysis grid allows to compare the practices observed on the field with the international recommendations in terms of study, conservation and valorisation of the archaeological heritage built with earth. These recommendations are based on a corpus of reference publications, international charters and declarations, conferences on earthen architecture and international programs on this theme. The results of the comparative analysis lead us to make methodological proposals and to formulate guidelines for more specific training programs. In this way, we wish to contribute to the new research and training dynamics that are set up around the earthen archaeological heritage and its contribution to local development.

 

Mots clés en anglais: Earthen architecture, cultural heritage, archaeology, history, heritage conservation, heritage valorisation, local development, territory, tourism, interdisciplinarity, training

Projet scientifique 2011-2014 de l’unité de recherche AE&CC

Ce document présente le projet de l’unité de recherche AE&CC: projet Habitat éco-responsable, création d’une nouvelle unité de recherche en rapprochant CRAterre et Cultures constructives, auto-analyse de l’unité, projets, objectifs scientifiques et adéquation des moyens humains et financiers de l’unité avec le projet.

couv_projet_scientif

Pour télécharger le document, cliquez sur l’image.

Patrice Doat lauréat des Global Award for Sustainable Architecture 2016

Patrice Doat est l’un des cinq lauréats des Global Award for Sustainable Architecture 2016 aux côtés de Kengo Kuma, Patama Roonrakwit (CASE Studio), Gion Caminada et East Coast Architects.

A l’origine du studio Architecture et Cultures Constructives pour lequel il a enseigné pendant plus de 30 ans à l’ École nationale supérieure d’architecture de Grenoble et fondateur du laboratoire CRAterre, Patrice Doat a tout au long de sa carrière donné toute son énergie au service d’une pédagogie si particulière, qui a permis l’éclosion d’architectes passionnés et de projets extraordinaires, trop nombreux pour être cités.

Vous pouvez assister à la conférence des architectes lauréats le lundi 9 mai 2016 à l’auditorium de la Cité de l’architecture et du Patrimoine à Paris. Retrouvez toutes les informations pratiques ici : http://www.citechaillot.fr/fr/auditorium/ecosophies/26246-global_award_for_sustainable_architecture.html

 

 

Inscriptions au DSA Architecture de terre

Le DSA “Architecture de terre” est une formation post-master valorisée par un diplôme national de spécialisation et d’approfondissement, délivré par le ministère de la Culture et de la Communication.

Les inscriptions sont ouvertes jusqu’au 30 mars 2016.

Pour plus d’informations, veuillez consulter la page de présentation du DSA, sur laquelle vous trouverez la présentation de la formation, les contacts et le formulaire de candidature.

Équipe CRAterre

Depuis 1979, CRAterre, Centre international de la construction en terre, œuvre à la reconnaissance du matériau terre afin de répondre aux défis liés à l’environnement, à la diversité culturelle et à la lutte contre la pauvreté. Dans cette perspective, CRAterre poursuit trois objectifs :
• mieux utiliser les ressources locales, humaines et naturelles,
• améliorer l’habitat et les conditions de vie,
• valoriser la diversité culturelle.

Equipe pluridisciplinaire et internationale, CRAterre est une Association et un Laboratoire de recherche de l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Grenoble, qui rassemble chercheurs, professionnels et enseignants, et travaille avec de nombreux partenaires, ce qui permet d’établir des liens créatifs entre recherche, actions de terrain, formation et diffusion des connaissances.
Démarche
La démarche de projet de CRAterre établit une cohérence entre concepts, méthodes et objectifs en facilitant la participation active des parties prenantes (institutionnelles, professionnelles et communautaires). Cette approche lie de façon dynamique diagnostic, recherche, expérimentation et application. Elle renforce les compétences et valorise les coopérations scientifiques et universitaires.
Des capacités d’innovation
L’analyse des “Cultures Constructives” permet à CRAterre de développer des filières de construction innovantes et des méthodes de projets adaptées aux contextes locaux. CRAterre a également mis au point de nouveaux modes pédagogiques allant de la manipulation de la matière jusqu’au chantier formation.
Ses capacités d’innovation et d’intégration pluridisciplinaire sont reconnues et inspirent de nombreuses institutions de par le monde. A cet égard, des projets d’envergure, comme les Grands Ateliers, la Chaire UNESCO et Africa 2009 sont exemplaires.
Action
CRAterre déploie ses activités dans 3 domaines principaux :

  • La conservation et la gestion des patrimoines architecturaux en terre ;
  • La constitution des bases scientifiques et techniques pour la construction et l’architecture de terre ;
  • Les établissements humains, l’habitat et l’amélioration des conditions de vie des sociétés.

Les activités sont menées en partenariat avec des organisations internationales, nationales et locales dans plus de 50 pays.

Site web de CRAterre icone_internet

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search