Début du doctorat de Clara Caroff

Nous sommes heureux d’accueillir Clara Caroff qui a débuté son doctorat depuis janvier au sein de l’équipe Culture Constructive.

Intitulé de la thèse :

Habiter l’impermanence et processus projectuels contemporains : l’eau comme territoire vécu et pensé, à partir du cas du bassin du Tonlé Sap (Cambodge)

Résumé de la thèse :

Habiter l’impermanence : en quoi considérer l’eau comme ressource et territoire permet-il d’interroger les processus projectuels contemporains ? Comment penser les lieux d’établissement de l’homme avec les risques et aléas d’un milieu contraint, notamment par l’eau ? 
 
L’objectif de ce temps de recherche est d’appréhender l’eau comme espace d’impermanence, afin de renouveler les méthodes projectuelles afférentes à différents milieux contraints et d’inventer des outils qui permettent d’accepter les aléas d’un site pour affiner les processus de conception. Cette sensibilité accrue au contexte ancre l’intervention architecturale dans le milieu qui l’accueille. 
 
Nous proposons l’approche des aléas par le médium qu’est l’édifice, au travers du dialogue entre les connaissances savantes et vernaculaires d’un territoire. Le cas du bassin du Tonlé Sap, au Cambodge, nous intéresse car nous pourrons y appréhender l’eau comme espace et territoire vécu et pensé. À partir d’un milieu contraint tel que ce bassin, l’hypothèse est qu’il est possible de nourrir les processus de projet par l’interrogation des mythes et connaissances scientifiques, et ce à travers le prisme des questions sociétales contemporaines. Ce terrain a été auparavant pour nous un sujet d’étude dans le cadre du mémoire de master 1 ainsi que du Projet de Fin d’Etudes. 
 
Un temps de ce travail sera consacré au terrain, par le dessin et re-dessin de l’habitat du Tonlé Sap. Les connaissances extraites permettront de produire à propos de ce lieu de nouvelles données spatiales. L’étude d’un cas, connaissant de grands aléas saisonniers, permettra d’interroger les stratégies mises en place dans d’autres contextes, ainsi que l’expertise spécifique à l’architecte. 
 
En quoi la mise en vis-à-vis de connaissances vernaculaires (dispositifs, cycles, organisation spatiale) avec les connaissances institutionnelles peut-elle nourrir et renouveler la pratique de l’architecte ? Comment les connaissances produites à partir d’un terrain spécifique peuvent, au-delà de cette localité, participer à la mise en place et l’assemblage d’outils servant le processus de projet, et ce notamment au regard des enjeux actuels liés à l’environnement, l’économie et la société. Comment les outils propres au domaine de l’architecture tels que le dessin et re-dessin participent-ils à la construction des processus projectuels ? 
 
Dans le cadre de la thèse, ce temps de recherche vise à explorer les possibilités de renouveler les pratiques de projet en architecture, et ce en accord avec les questions actuelles de société. À partir de l’étude des établissements humains du Tonlé Sap, deux objectifs sont visés par ce projet de thèse : le premier est la production de connaissances locales. Le deuxième objectif est d’élargir la réflexion à partir de ces connaissances, pour contribuer aux processus projectuels contemporains, où l’aléa et l’impermanence font partie de la pensée.
 

Directeur de thèse : Aysegül CANKAT

Pour plus d’informations consulter sa fiche sur le site de l’ENSAG : http://www.grenoble.archi.fr/pdf/doctorants/caroff-clara-fiche.pdf

Soutenance de HDR d’Aysegül Cankat

Soutenance HDR

Vous êtes tous conviés à la soutenance de HDR d’Aysegül Cankat qui se déroulera le lundi 4 mars à 14h30 à l’université Paris-Nanterre (la salle sera communiquée ultérieurement).

Titre: “Etre architecte, la construction d’une éthique par la compétence spatiale”

Sous le parrainage de Mme. Monique Poulot, Professeure de géographie, HDR, Université Paris-Nanterre

Composition du jury:

M. Baudoui Rémi, Professeur, HDR, Université de Genève,
M. Bonnaud Xavier, Professeur, HDR, ENSA de Paris-la-Villette,
Mme. Grout Catherine, Professeure, HDR, ENSAP de Lille,
M. Insel Ahmet, Professeur émérite, IEP Paris et Université de Galatasaray Istanbul,
M. Novarina Gilles, Professeur, HDR, Université Grenoble Alpes,
Mme. Very Françoise, Professeure d’architecture honoraire, ENSA de Grenoble.

Résumé:

“La compétence spatiale est multiple et n’est pas uniquement celle de l’architecte auteur/fabricant/constructeur. Elle est, bien sûr, celle de la mesure, de la dimension, des proportions, et fondamentalement celle des relations. Relations entre les lieux, les temps et les hommes qui engagent la responsabilité de l’architecte. Elle est celle de la capacité à saisir les qualités de tous les espaces, même des plus ordinaires, des plus délaissés, des plus pauvrement agrémentés, produits par les architectes ou autres professionnels de l’espace, ou par la transmission des savoir-faire et des savoir-vivre propres aux processus sans architecte et sans planification. Elle n’est pas que matérialisation physique mais aussi pensée ; elle n’est pas que technique mais aussi philosophie ; elle est processus inclusif. Il ne s’agit donc pas d’une éthique fournie par autrui, même bien fondée, qui dira à l’architecte ce qu’il doit ou ne doit pas faire, ce qui est bien ou mal pour lui, pour la société, pour l’environnement. L’architecture se déploie comme une éthique en soi, en d’autres termes comme un savoir du monde qui se construit et qui est construit à travers des choix, de pensée et d’action.

Il s’agit dans ce travail d’expliciter le cheminement qui m’amène, via la recherche et l’enseignement, à la construction d’un monde conceptuel renouvelé qui ouvre les possibles d’une manière propre de penser le projet où l’éthique se met en acte dès le début du processus.

Cinq parties organisent le volume inédit. Chaque fois, l’architecture croise un champ spécifique pour construire une distance réflexive dans laquelle se situe la pensée.
1) – Le vide comme le plan d’immanence de l’architecte
2) – Le territoire comme culture de l’architecte
3) – Le projet d’architecture comme question au territoire
4) – L’informel comme machine à penser l’espace et le temps
5) – Le dessin/re-dessin, mettre l’espace en récit pour l’habiter”

Soutenance de thèse d’Ivan Mazel

Soutenance de thèse

Vous êtes conviés à la soutenance de thèse d’Ivan Mazel le mardi 10 octobre à 13h30 à l’ENSAG.

Titre de la thèse: Habitation écologique et dispersion bâtie: les « habitats alternatifs » comme expérimentations pour des transitions socio-écologiques en territoires de moyenne montagne

Ecole doctorale “Sciences de l’Homme, du Politique et du Territoire” (Université de Grenoble Alpes).
Laboratoire d’accueil: Cultures constructives, unité AE&CC.
Directeurs de thèse: Anne Coste (ENSAG) et Xavier Guillot (ENSAPB)

Composition du jury :

Antoine BRÈS, Professeur, Université Paris 1 – Panthéon Sorbonne, Rapporteur
Mme Anne COSTE, Professeure, HDR, ENSA de Grenoble, Directrice de thèse
Mme Luna D’EMILIO, Maître assistante, ENSA de Lyon, Examinatrice
Xavier GUILLOT, Professeur, HDR, ENSAP de Bordeaux, Co-Directeur de thèse
Daniel PINSON, Professeur émérite, Aix-Marseille Université, Rapporteur
Mme Jodelle ZÉTLAOUI-LÉGER, Professeure, HDR, ENSA de Paris la Villette, Examinatrice

Résumé de la thèse:

Cette thèse interroge les mutations de l’habitation dans le cadre des transitions socio- écologiques. Ces transitions sont des processus de mutations des sociétés qui visent à diminuer leur empreinte écologique et s’initient par des expérimentations en marge du système productif, appelées niches de transitions. Ce travail s’intéresse ainsi à des dynamiques marginales de la production de l’habitat et de l’urbanisation. Il porte sur des « habitats alternatifs » où les futurs habitants sont impliqués à travers l’autopromotion ou leur participation à des projets de pouvoirs publics. Ces habitats sont situés en marge du phénomène d’urbanisation, dans les territoires ruraux de moyenne montagne. En effet, dans ces territoires, de nouvelles ruralités ont émergé à travers l’arrivée de nouveaux habitants soutenue par des structures associatives et favorisée par des politiques publiques de développement des collectivités locales et des Parcs naturels régionaux. J’interroge ainsi dans ce travail la mise en place de l’habitation écologique dans les territoires ruraux de moyenne montagne dans le cadre des transitions socio-écologiques.
L’hypothèse générale de ce travail est la suivante : les projets d’« habitat alternatif » sont le lieu privilégié de l’expérimentation de l’habitation écologique dans les territoires ruraux de moyenne montagne. Je propose ainsi de vérifier cette hypothèse par une approche globale des projets d’« habitat alternatif » afin de comprendre le système d’habitation écologique mis en place. J’analyse d’abord l’articulation entre acteurs dans le processus de projet et l’utilisation des ressources matérielles, énergétiques et en eau dans la construction et l’usage de ces habitats. J’explore ensuite le déploiement des modes d’habiter dans l’organisation de l’habitat et dans l’espace local par les mobilités. Aborder différents types d’« habitat alternatif », éco-hameaux, habitat participatif rural et éco-lotissement, permet d’abord d’interroger les mutations de l’aménagement des territoires ruraux à partir des initiatives habitantes. Par là même, je mets en évidence les articulations entre les démarches individuelles, les programmes d’accompagnement des réseaux associatifs et les politiques publiques incitatives. Ensuite, par l’approche des marges de la production de l’habitat, j’interroge la contribution des projets d’habitat alternatif à l’habitation écologique des territoires de dispersion bâtie. Je montre l’importance des stratégies collectives pour permettre une sobriété des modes de vie, une utilisation des ressources locales et une mutualisation de l’espace et des biens. Ce travail révèle ainsi une habitation écologique au sein de la dispersion bâtie qui s’appuie sur une autonomie locale et une intégration aux réseaux physiques et virtuels.

Mots-clefs : habitation écologique, dispersion bâtie, habitat alternatif, transitions socio-écologiques, territoire de moyenne montagne

 

Abstract:

This thesis examines the mutations of housing in the context of socio-ecological transitions. These society change processes aim to reduce ecological footprint and are initiated by experiments on the margins of the productive system, called niches of transitions. This work addresses the marginal dynamics of habitat production and urbanization. It deals with “alternative housing” where future inhabitants are involved through self-promotion housing or their participation in public authorities’ projects. These housing projects are located in urbanization margins, in mid mountains rural areas. In these territories, new ruralities have indeed emerged based on the arrival of new residents supported by non-profit organizations, promoted by local government policies and Parcs naturels régionaux. In this work, I thus question the organization of ecological housing in rural areas in the context of the socio-ecological transitions.
The general hypothesis of this research is the following one: the alternative housing projects experiment ecological housing in mid mountain rural areas. I propose to test this hypothesis with a global approach to alternative housing projects in order to understand the ecological housing system organization. First, I analyze the relationship between actors in the project process, and the use of material, energy and water resources in the construction and operation of these habitats. I then explore the deployment of the ways of living in the organization of the habitat, and in the local space through the mobilities. We address different types of alternative housing, ecocommunity, rural cohousing and ecological estate, and analyze the rural planning changes from inhabitants’ initiatives. In this way, I highlight the links between individual projects, support program of non-profit organizations and incentivizing public policies. Then, in the context of habitat production margins, I examine the contribution of alternative housing projects to the ecological housing of dispersedly built areas. I show the importance of collective strategies to allow a sober lifestyles, a use of local resources and mutualisation of space and goods. This work reveals an ecological housing of dispersedly built areas between based on local autonomy and integration within physical and virtual networks.

Keywords: ecological housing, dispersed settlement, alternative housing, socioecological transitions, mid mountain territories

 

Projet scientifique 2011-2014 de l’unité de recherche AE&CC

Ce document présente le projet de l’unité de recherche AE&CC: projet Habitat éco-responsable, création d’une nouvelle unité de recherche en rapprochant CRAterre et Cultures constructives, auto-analyse de l’unité, projets, objectifs scientifiques et adéquation des moyens humains et financiers de l’unité avec le projet.

couv_projet_scientif

Pour télécharger le document, cliquez sur l’image.

Médaille de la prospective 2016 de l’Académie d’Architecture pour Pascal Rollet

Pascal Rollet, co-directeur d’AE&CC, va recevoir la médaille de la prospective 2016 de l’Académie d’Architecture. Cette nouvelle médaille est destinée à récompenser « une personnalité ayant contribué, par ses écrits et/ou ses communications, à l’élargissement du débat architectural ».

Remise des médailles le 15 juin 2016 à 14h30 à la Maison de l’architecture, 148 rue du faubourg St Martin, 75010 Paris.

Rappel des chercheurs récompensés par des médailles de l’Académie d’architecture au sein de l’équipe AE&CC:

  • 2010: médaille d’argent de la restauration attribuée à Thierry Joffroy par l’Académie d’architecture.
  • 2014: médaille de la recherche et de la technique attribuée à Patrice Doat par l’Académie d’architecture.

 

Transition énergétique : conférence par Anne Coste, Nicolas Dubus et Stéphane Sadoux le 18 mai à Hatfield

« A teaching and research alliance to design socio-ecological transitions »

Conférence au Centre for Sustainable Communities, University of Hertfordshire.

Intervenants:

Anne Coste, Nicolas Dubus et Stephane Sadoux

Résumé:

Les scénarios de transition énergétique fixent des objectifs quantifiés à différentes échéances et suggèrent des chemins pour atteindre ces objectifs. C’est le rôle des disciplines de la conception  de traduire ces chemins en termes spatiaux.

Les logiques dominantes d’aménagement du territoire sont basées sur une approche technique et centralisée de l’innovation, tendance illustrée par l’explosion du photovoltaïque et de l’éolien et qui a conduit à une perte de diversité dans les paysages. La transition énergétique est une question spatiale qui doit être abordée dans toute sa complexité. Ces questions ont considérablement modifié les méthodes des chercheurs et les pratiques pédagogiques et ont amené les chercheurs à développer un “écosystème territorial socio-énergétique”. Ce concept fait référence à une approche fondée localement, holistique et systémique qui vise à intégrer les dimensions techniques, humaines et sociales de l’énergie dans  la conception de l’espace.

Cette présentation sera basée sur un calendrier “chrono-systémique” montrant la relation entre l’enseignement de la conception architecturale et le contexte socio-écologique en constante évolution dans lequel elle a eu lieu sur une période de dix ans. La transformation progressive de l’approche pédagogique des auteurs, qui vise à relier l’enseignement et la recherche, sera illustrée par un programme de recherche récent mené par le  laboratoire Cultures constructives et le Master Architecture et Cultures Constructives de l’école d’architecture de Grenoble.

Pour plus d’information cliquez ici

Équipe Cultures Constructives

Présentation

Le rapprochement des termes “culture” et “construction” spécifie une approche de l’acte constructif comme fait culturel. Il s’agit de décrire les processus par lesquels le savoir technique s’articule au fait architectural et urbain. La notion d’expérience occupe le centre de cette problématique. Le statut de l’expérimentation peut être réinterprété de manière fructueuse, en renouant avec le sens premier de ce terme, soit la construction empirique d’une connaissance. Ainsi formulée, cette définition permet de requalifier, dans le champ de l’architecture et de la fabrique de la ville, “l’expérimentation constructive”.

Le laboratoire Cultures constructives réunit architectes, historiens, urbanistes et ingénieurs, il développe des recherches dans les trois thèmes d’AE&CC : Habitat, Matériaux et Patrimoine. Les champs couverts par les travaux du laboratoire vont de la recherche à vocation théorique à la R&D, tous entendent contribuer au développement de la discipline architecturale et des outils de pensée de l’architecte.

Membre fondateur de l’unité de recherche AE&CC, notée A+ par l’AERES lors de l’évaluation 2010, Cultures constructives est partenaire du Labex AE&CC porté par CRAterre-ENSAG. Le laboratoire Cultures constructives accueille une partie des enseignants chercheurs encadrant l’équipe du projet Canopea®, vainqueur de la compétition Solar Decathlon Europe – Madrid 2012, emmenée par Pascal Rollet.

Historique du laboratoire Cultures constructives

L’équipe Cultures constructives a été fondée en 2002 sur la base de l’héritage d’une vingtaine d’années de travaux de recherche dans différents cadres institutionnels. C’est avec le laboratoire Dessin-Chantier, fondé au début des années 1980 par Sergio Ferro à l’école d’architecture de Grenoble, que commence l’histoire (c’est à cette période que nous devons des ouvrages tels que Le Corbusier, Le Couvent de la Tourette, de S. Ferro, C. Kebbal, P. Potié et C. Simonnet). Elle se poursuit avec le réseau Cultures constructives, initié par le Bureau de la Recherche Architecturale, Urbaine et Paysagère en 1993, et dirigé successivement par Philippe Potié et Cyrille Simonnet : ce réseau a progressivement fait émerger une problématique commune qui ne trouvait pas son inscription dans les laboratoires existants. La question constructive, telle que la posaient les différents chercheurs de l’équipe, n’était pas liée aux seules sciences de l’ingénieur, comme c’est souvent le cas, mais s’inscrivait dans l’orbite de la discipline architecturale, et plus précisément du champ théorie et pratique de la conception architecturale et urbaine de nos écoles d’architecture. Il s’agissait d’interroger la relation architecture-construction à partir du champ de l’architecture plutôt que de celui de la technique qui est l’optique habituellement privilégiée. De cette période datent des ouvrages fondateurs tels que Culture constructive (sous la direction de P. Potié et C. Simonnet, 1992) et Philibert De l’Orme (P. Potié, 1998).


De 2002 à 2009, l’équipe Cultures constructives, devenue en 2007 laboratoire habilité, s’étoffe et produit des ouvrages qui marqueront cette période féconde : André Ravéreau, l’atelier du désert (P. Potié et R. Baudouï, 2003) ; Le Béton, histoire d’un matériau (C. Simonnet, 2005) ; Le projet tectonique (sous la direction de J.P. Chupin et C. Simonnet, 2005) ; etc. Si l’ancrage de l’équipe reposait sur un noyau de chercheurs historiquement situé à l’école d’architecture de Grenoble, ses membres issus de l’ancien réseau Cultures constructives appartenaient à plusieurs écoles : au pôle historique grenoblois s’était peu à peu adjointe la dynamique versaillaise qui a accueilli et largement favorisé le développement de cette activité de recherche en son sein. Jusqu’à 2009, Cultures Constructives était donc une unité de recherche multi-site dont les membres étaient répartis entre l’école nationale supérieure d’architecture de Grenoble et l’école nationale supérieure d’architecture de Versailles. Elle accueille alors ses premiers doctorants et contribue significativement à la réflexion portée par l’ENSAG pour la mise en place du doctorat en architecture (qui verra concrètement le jour avec les premières inscriptions en 2007).


C’est cette même notion partagée de cultures constructives qui a motivé en 2010 le rapprochement du laboratoire Cultures constructives avec le laboratoire CRAterre-ENSAG. Alors que les chercheurs de l’ENSA Versailles se repliaient sur un nouveau laboratoire versaillais dans une logique de site, CRAterre et Cultures constructives posaient ensemble les bases du projet d’unité de recherche Architecture, Environnement et Cultures Constructives, soumis à l’évaluation de l’AERES en 2010 (note obtenue : A+) et lauréat en 2011 de la première vague des LabEx (LabEx AE&CC)

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search